Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2017

« De sueur et de sable », COL Raphaël Bernard, EM 1re DIV, éd. Le Polémarque

Extraits publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur. Photos et vidéos © Colonel Bernard. Droits réservés.

 

 

« Qu’importe si le chemin est long, du moment qu’au bout il y a un puits »

Proverbe touareg

 

00.jpg

Il fût un temps où nous devions attendre des années avant de lire un témoignage sur une opération. Cette frustration est désormais caduque, la parole de nos militaires s’étant libérée ; leur volonté de témoigner certainement encouragée par l’Institution. Voici donc,  après les beaux récits sur Serval, un premier témoignage sur Barkhane et la MINUSMA.

dedicace.jpg

Journal de marche du Colonel Raphaël Bernard, artilleur promu chef de méharée-mécanique, « De sueur et de sable » nous fait vivre son épopée de 1200 km, ouverture de route dans le Nord-Mali, par un convoi composé de Tchadiens, Népalais et Ivoiriens. Nouveau « Salaire de la peur » (Ah ce p* de camion-citerne antédiluvien ! Ah ces p* de wadi !), mission digne de nos grands anciens de la Saharienne, le récit est aussi bien mené que l'aventure l’aura été en elle-même. Excitation, engagement, risques, galère, fatigue, doutes, rigolades... mais aussi l’occasion d’une belle introspection ; le désert, il est vrai, s’y prête.

Plongez à votre tour dans ce beau récit écrit avec le cœur, tout en sueur, sable... et fraternité.

01.jpg

Le jour point. La lune est basse, presque occultée (...). Seul un petit croissant demeure encore et il est magnifique de finesse. Comme chaque matin, l’artiste revoit sa toile. Les touches de couleurs se succèdent et les pastels virevoltent dans le ciel. Le soleil viendra mettre de l’ordre dans tout ça avec un bleu superbe comme chaque jour ici. Les véhiculent fument, les hommes s’agitent, chargent les paquetages, « déshaubanent » les antennes, vérifient les véhicules et l’état des pneumatiques. J’aime cette ambiance.

02.jpg

Le sapeur népalais me convie à venir goûter le dîner de ses hommes. Je suis touché et ravi ; j’accepte de bon cœur (…) Au menu il y a du riz, quelle surprise ! Une assiette m’est tendue une sauce aux légumes est versée. Me croirez-vous si je vous dis que la sauce ferait décoller la rouille sur une épave millénaire : ça AR-RACHE !!!

- Sir, it’s not too spicy, Sir?

- You’re kidding! I’m really a fan of Asiatic food!

Ma bouche est un volcan, mes lèvres pèsent trois tonnes et il me semble qu’elles enflent démesurément. Je vais cracher le feu, c’est sûr. Ca ne peut finir que comme ça. Pour autant, comme le dit Thérèse dans le Père Noël est une ordure : « Je mange car c’est offert de bon cœur ».

03a.jpg

Le véhicule stoppe à deux cents mètres de notre position. Il s’arrête et éteint ses feux. Je regarde le commandant Abakar. Nos yeux disent la même chose : bizarre. Je demande à Tornade d’envoyer un élément pour contrôler le véhicule en positionnant un second élément en appui direct prêt à ouvrir le feu. J’ignore la nature exacte de ces « voyageurs » (…) J’entends la tourelle du blindé deux cents mètres à l’ouest pivoter avec un bruit de crémaillère. Tout le monde observe et retient son souffle. Je saisis mon Famas qui me suit partout. Je le colle sur la poitrine. Les officiers tchadiens saisissent leurs Kalachnikov…

04.jpg

Nous avons eu un fou rire lors du petit-déjeuner. Derrière nous, un jeune soldat faisait sa prière du matin. Les autres Tchadiens l’ont interpellé en arabe dans des éclats de voix et de rire. Je n’ai pas immédiatement saisi la raison de cette hilarité générale mais Abakar vint à mon secours. Le jeune Abdallah faisait fort convenablement sa prière, malheureusement pas dans la bonne direction. Au Mali la Mecque est plein est, justement où le soleil se lève. Et justement, il était là, l’astre repère. Bien que ne comprenant pas l’arabe, j’ai saisi l’infortune cocasse du jeune Abdallah, jeune croyant très mal réveillé, montrant ses fesses à la Mecque en se prosternant face à l’Ouest.

05a.jpg

Arrive le tour de la citerne de tous nos maux. Comme les autres véhicules, elle s’élance à tombeau ouvert, passe à un mètre de nous dans un bruit de mécanique et de ferraille, attaque le sable, vire légèrement. Nous suivons le monstre des yeux. Le nuage noir qui le suit laisse présager de sa colère et de sa hargne de vaincre. Pourtant, sa vitesse décroit doucement. Le monstre est bel et bien sorti de la piste principale et il baisse rapidement le nez avant de s’immobiliser. Son conducteur tente de repartir mais son action ne fait qu’ensabler un peu plus la citerne. Je vois les visages autour de moi se fermer. Je relance l’action par un « Allez, on s’y met tous et on l’arrache cette putain de citerne ! ». Et je saisis une pelle.

Je dîne sans appétit. Je repense à cette foutue après-midi où nous avons parcouru vingt-trois kilomètres en sept heures. Quel enfer, que de tension, de stress rentré et de prise sur soi pour se montrer confiant et « pushy » devant des hommes persuadés que je sais où je vais. Je suis exténué et j’ai besoin de faire une toilette comme pour chasser la chkoumoun qui nous colle aux pneus.

07.jpg

Je suis furieux. Je dis [au chauffeur] qu’il est un amateur, que j’en ai marre de lui et de toutes les emmerdes qu’il nous apporte et que, arrivé à Anéfis, je le laisserai sur place (…) Le ton sur lequel je dis ces mots en haussant la voix fait taire les Tchadiens. Le chauffeur, au lieu d’accuser le coup et de plaider coupable (…) me regarde et me dit : « J’en ai marre, marre, marre et j’en ai marre de vous et de toi ! ». L’homme pointe son index de manière circulaire vers les Tchadiens puis finalement vers moi en le maintenant, bras tendu. Un Tchadien à ma droite relève brutalement le canon de sa Kalachnikov…

06.jpg

Nous ne sommes plus très loin. Je me suis un peu isolé avec, à la main, un manche cassé de pelle. Mon esprit s’évade un peu, le présent se débloque et je pense à l’après.

***

 

13000314_590126381145007_8615185324440209308_n.jpgSaint-Cyrien de la promotion « Chef de Bataillon de Cointet », Raphaël Bernard rejoint l’Artillerie. Déployé en Côte d’Ivoire, Sahara Occidental, Liban, Ex-Yougoslavie et Kosovo, passé par l’Ecole de guerre et titulaire d’un MBA d’HEC, il est chef de corps du 1er RA de 2013 à 2015. Fin 2014, en poste à Kidal Nord-Mali, il s’élance dans une mission d’ouverture de route de mille deux cents kilomètres, seul Occidental à la tête d’un convoi MINUSMA de cent quarante-deux Tchadiens, Ivoiriens et Népalais, expérience dont il tire le récit « De sueur et de sable ». Il est désormais chef du bureau Opérations de la 1ère Division.

Avant de partir au Mali, quelqu’un m’a demandé ce dont j’étais le plus fier. Je ne m’étais jamais posé cette question. Mon parcours professionnel ? Mon parcours académique ? Mon parcours sportif et associatif ? Mes OPEX ? J’ai réfléchi à ce que je ne pourrais jamais remplacer, à ce que je n’accepterais jamais de perdre, à ce qui me constitue les plus intimement. J’ai répondu sans hésiter : mes trois fils.

1erRA.jpg

Page FaceBook de l'auteur ici.

IMG_9091.jpg

Avec le COL Bernard, Salon de l’Écrivain Soldat, Nice 2016.

***

livre.jpg

« De sueur et de sable », Colonel Raphaël Bernard,

ISBN 978-1092525077 – Prix 15€ – Format 21x14, 255 pages.

editeur.JPG

Aux éditions Le Polémarque

Disponible ici.

***

000.jpg

Hommage

à tous les soldats qui ont défait les djihadistes au Nord-Mali et œuvrent aujourd’hui pour la stabilisation du Sahel.

***

150px-Insigne_1°_DB.JPG

J’aime comprendre ce que chaque homme a en lui et ce qui le fait avancer : le pognon, l’aventure, l’idéal, l’égo, la vocation, la volonté de démontrer à son père ou ses proches qu’il est quelqu’un, qu’il est capable, qu’il est un homme… Suis-je anthropophile ou sociologue ? Je crois que c’est surtout ma façon, d’une part de respecter et de considérer mes garçons et d’autre part un biais pour les motiver et répondre à leurs attentes (…) Je suis convaincu que chaque soldat a des qualités en lui, même s’il est sans diplôme, même s’il a fui une école où il a additionné les échecs. Il s’agit, pour nous, de le remettre dans la spirale de la réussite, de valoriser ce qu’il sait faire et ce qu’il réussit en apprenant différemment que sur une chaise scolaire. L’Institution militaire est, pour la grande majorité des dix mille jeunes qui chaque année la rejoignent, une école de la seconde chance, une vraie école de la vie.

COL Raphaël Bernard

 

 

 

 

20/09/2016

« Opération Serval - Notes de guerre, Mali 2013 », GAL Bernard Barrera, éd. du Seuil

Extraits publiés avec l'aimable autorisation de l'auteur, photos ECPAD – Droits réservés

 

« Veni, vidi, vici »

Jules César après sa victoire à la bataille de Zéla

 

Etre associé à Jules César, voici qui va faire sourire (voire bleu-ceriser ?) l'aussi modeste que sympathique général Bernard Barrera…

11986430_929492167088247_8789813558849897946_n.jpg 

Et pourtant, lorsque nous avons cherché notre habituelle citation d’introduction, celle-ci s’est imposée d’elle-même.

Evidemment, elle ne s'applique pas spécifiquement au général commandant la brigade Serval, mais bien à tous les hommes et femmes qui l'ont composée, auxquels il convient d'associer les forces de soutien et les alliés Tchadiens et Maliens. Qui aurait imaginé, début 2013, une telle charge dans le désert ? Un parachutage sur Tombouctou ? Des djihadistes extirpés à la fourchette à escargot de l'Adrar des Ifoghas ? Et pour finir une si implacable victoire française sur les nouveaux barbares ?

Hommage à tous Ceux du Mali. Vous êtes venus. Vous avez vu. Vous avez vaincu. Vous avez écrit l'une des pages les plus glorieuses de l'histoire de France et qui plus est, pour une cause des plus nobles.

Quant à vous lecteurs, revivez l'opération avec le même plaisir que fût le nôtre grâce à ce récit particulièrement bien écrit, très "terrain", sans veine prétention, passionnant de bout en bout.

Noel Quidu 2.jpg

Il est 17 heures, il fait froid. J'ai passé l'après-midi dans le petit camp d'instruction à voir les ateliers, à discuter avec les formateurs qui apprennent consciencieusement les actes réflexes du combattant (…) Un petit soldat trapu s'approche de moi. Il me pose la question à laquelle tout le monde pense : « Mon général, l’Afghanistan se termine. Est-ce qu'on n'arrive pas trop tard ? » Autour de moi, tout le monde se tait (…) Ils sont quarante à me regarder. Un général a forcément la réponse. Ne jamais mentir, la confiance est un fusil à un coup et seul le langage de vérité permet de commander sereinement, de rester crédible aussi. « Je n'en sais rien. Mais ce dont je suis sûr, c'est que ce monde est de plus en plus dangereux et instable, que la France aura toujours besoin de ses soldats pour la défendre et que, en cas d'alerte, il faudra être prêts immédiatement. (…) Apprenez votre métier, nous ne savons pas de quoi sera fait l'avenir ».

IMG_0580.jpg

La charge

Tout se met vite en place. Les hélicoptères survolent en rase-mottes les bras du fleuve Niger, les marécages, les troupeaux. Les Maliens nous saluent, les bergers, les enfants. Ils nous voient foncer vers les nord, vers Tombouctou. Pour eux, nous sommes la liberté, la fin d'une oppression par la terreur.

GENERAL-BERNARD-BARRERA-SERVAL-OFFICIERS-AKELLO.jpg

GAL Barrera entre Gao et Ménaka

Mes hommes sont accablés par la chaleur, le poids de leur équipement, stoppés à l'ouest par les mines ; les djihadistes sont pilonnés, mais cela fait dix ans qu’ils tiennent cette vallée interdite. Les abris sont cachés, creusés et masqués par des bâches, recouvertes de sable. A l'exception de quelques équipes très mobiles, l'ennemi est invisible. Nous arrivons sur le dur. Le fracas des obus, des bombes d'avions et des roquettes de Tigre les font douter. Le risque d'être pris à revers accentue son sentiment de vulnérabilité. Jamais ils n'auraient imaginé qu'une armée occidentale accepte de s'engager dans ce dédale de rochers, si favorable au combat défensif.

Tessalit - CCH C+®dric Charenton.jpg

Hommage au CPL Cédric Charenton, 1er RCP. Son cercueil est salué par le général Barrera à Tessalit. Photo Noël Quidu

La brigade vient de perdre son premier soldat au feu. Il ne sera pas le dernier. Après les premières pertes, la psychologie d'une troupe n'est plus la même en opération. Elle correspond à une prise de conscience collective de la mort, le moment où chacun prend conscience « réellement » qu'il peut être touché, l'instant ou la mort a un visage, celui d'un camarade. C'est aussi le moment ou la peur, le ressentiment et la haine peuvent s'emparer d'une troupe mal commandée. Nos unités encaisseront les pertes sans céder à la lâcheté d'une violence disproportionnée, mais, ce soir, nous pensons tous à la famille du sergent-chef Vormezeele.

(…)

J'ai rejoint l'équipage. Le mécanicien m'a ouvert la rampe arrière avant de s'esquiver. Il fait nuit, mais l'intérieur de l'avion est éclairé. Le cercueil vert est sanglé au centre de la soute. Je vais rester quelques instants face à lui, mesurant pleinement le poids des responsabilités, le caractère unique du métier de soldat, tuer et être tué, autant de raisons d'être précautionneux avant d’engager ses hommes au combat. Au nom de la brigade et de ces milliers d'hommes qui pensent à lui en silence, je salue mon sous-officier avant son dernier voyage.

mali-les-tchadiens-lassaut-du-massif-des-ifoghas.jpg

Soldats tchadiens au Nord-Mali

Les nouvelles ne sont pas bonnes. Courageux et offensifs, nos Tchadiens ont attaqué l'entrée de la vallée. Leurs pickups et blindés ont foncé vers les positions ennemies, sirènes hurlantes, en mitraillant les résistances décelées, suivant une technique de rezzou. De violents combats, des assauts répétés menés par les officiers, en premier lieu Mahamat Déby, fils du président, ont permis d'enfoncer les premières lignes. Les défenseurs ont préféré se faire exploser plutôt que d'être faits prisonniers, certains feignant de se rendre, emportant dans la mort les fantassins de tête. Le soir, force est de constater que l'entrée de la vallée tient toujours.

Noel Quidu.jpg

Au centre GAL Barrera, à droite son assistant militaire CBA Rémi Scarpa. Photo Noël Quidu

Je m'arrête au pied de la tour, assis avec une bouteille d'eau face aux hélicoptères posés à quelques mètres. A mes côtés, Rémi ne dit rien. Ma décision est prise. Il faut assumer ses responsabilités jusqu'à l'adrar, ne pas se contenter de rester à Gao en laissant les paras seuls face à un ennemi décidé et enterré. Ce sera la victoire de tous ou ma défaite.

MA_BA_100ansphoto19-1_20150.jpg

Adrar des Ifoghas

Le Tigre décolle et fonce vers le sud, obus et roquettes chargées en position. Les djihadistes tiennent leurs positions et se dévoilent simultanément à 10 et 300 mètres, sur deux lignes de défense Les compagnies et les sections avancent entre les rochers. [Le colonel] Desmeulles et ses capitaines sont à la manœuvre, employant au mieux leurs appuis pour faire baisser la tête des défenseurs et avancer leurs Légionnaires et leurs Rapaces. En gilets pare-balles et casques, ils escaladent les rochers et fouillent les grottes. A la grenade, ils neutralisent les nids de mitrailleuses. « Nous sommes les hommes des troupes d'assaut, soldats de la vieille Légion », ainsi commence le chant du REP. Si lui n'y arrive pas, personne ne le pourra.

1197406740.jpg

La section de Gaulois est alignée sur deux rangs, impeccable, les armes à la main. Ils sont commandés par un adjudant solide qui a encaissé le choc à plusieurs reprises. Le plus petit à droite tient son fusil de tireur d’élite par le canon, la crosse posée au sol. Il est jeune et pourtant il a l'air terriblement décidé. L'amiral [Guillaud, CEMA] lui demande s'il a tiré sur des terroristes avec son fusil ; réponse négative. Cela ne correspond pas à ce que je sais de cette section, à ce que je perçois de ce soldat. Je retourne le voir, seul, pour l'interroger. Non, il n'en a pas arrêté avec son fusil de tireur d'élite, ils étaient trop près et montaient à l’assaut contre son groupe, mais il en a abattu deux avec son pistolet automatique, à quelques mètres. C'était eux ou lui.

Ce fantassin m'a répondu simplement, respectueusement, les yeux dans les yeux. C'est grâce à des hommes comme lui que notre armée s'est couverte de gloire sous les ordres de l'Empereur, qu'elle a tenu sur la Marne et fait face à Verdun. Ce soldat symbolisait ce matin-là l'infanterie éternelle, celle de nos victoires et de nos peines.

o-OPERATION-SERVAL-facebook.jpg

En quittant la ruelle de Gao, sous les rires des enfants et des vendeuses, je réalise une fois encore que cette opération n'est pas comme les autres. Depuis janvier, j'ai conduit la libération des villes, des régions, la destruction des katibas (…) En voyant cette population reconnaissante et insouciante, je prends un bol d'oxygène, percevant la joie de la liberté, l'équilibre retrouvé des familles, la protection des soldats. La raison d'être d'une armée en campagne.

 

***

general-bernard-barera-a-tessalit.jpgSaint-Cyrien de la promotion « Général de Monsabert », Bernard Barrera opte pour l’Infanterie, rejoignant le 2e Groupe de Chasseurs puis le 92e RI. En 2004, il retrouve ses Diables bleus en prenant le commandement du 16e BC. Vétéran de Bosnie, du Kosovo, du Tchad et de Côte d’Ivoire, il est nommé à la tête de la 3e Brigade mécanisée en 2011. En 2013, il conduit sa brigade Serval à la victoire sur les djihadistes sahéliens. A son retour, il s’oriente vers la communication comme directeur-adjoint de la DICOD et est désormais sous-chef Plans programmes de l’Armée de Terre. Promu général de division en 2014, Bernard Barrera est marié et père de 4 enfants.

Gao Noel Quidu.jpg

Lessive à Gao. Photo Noël Quidu

J'ai toujours l'impression d'être lieutenant, mais je vieillis, je mûris et le regard des autres devient de plus en plus respectueux, donc lointain. Il faut l'accepter, mais ne pas se prendre au sérieux, rester un lieutenant curieux et insolent quand il faut. Nous sommes tous mortels.

Projet1.jpg

Avec le GAL Barrera au Festival du Livre Militaire de Saint-Cyr, au salon des Ecrivains-Combattants 2015 et à la Sidi-Brahim 2016.

Nous remercions vivement le général pour son accueil on ne peut plus chaleureux à chacune de nos rencontres.

Et le 16 est toujours… ?

***

124129_couverture_Hres_0.jpg

ISBN 978-2021241297 - Prix 21,50 € - Format 24 x 15,2 - 433 pages, cahier photo. 

seuil.JPG

Aux éditions du Seuil

Disponible chez votre libraire préféré(e), éventuellement sur commande, et sur tous les grands sites du Net.

« Opération Serval » a reçu la mention spéciale du prix littéraire de l’Armée de Terre Erwan Bergot 2015, le prix du Grand Témoin junior 2016 de la France Mutualiste et le prix Capitaine Thomas Gauvin 2016, décerné par l’association des Ecrivains-Combattants.

291368121.jpg

Bibliothèque « Ceux du Mali »

Outre « Opération Serval », et tous abordés sur le blog (suivez les liens) : « Libérez Tombouctou ! », COL Frédéric Gout ; « Envoyez les hélicos ! » COL Pierre Verborg ; « Offensive éclair au Mali », CBA Rémi Scarpa ; « Un prêtre à la guerre », padre Christian Venard.

***

IMG_1268.JPG

Hommage

Aux morts pour la France au Mali et dans le Sahel, au combat ou en service commandé

LTN Damien Boiteux, 4e RHFS

SCH Harold Vormezeele, 2e REP

CPL Cédric Charenton, 1er RCP

BCH Wilfried Pingaud, 68e RAA

CPL Alexandre Van Dooren, 1er RIMa

CCH Stéphane Duval, 1er RPIMa

BCH Marc Martin-Vallet, 515e RT

SCH Marcel Kalafut, 2e REP

ADC Dejvid Nikolic, 1er REG

SCH Thomas Dupuy, CPA 10

ADJ Samir Bajja, 4e RHFS

CPL Jean-Luc Ronis, 2e RM

CPL Baptiste Truffaux, 21e RIMa

SCH Alexis Guarato, CPA 10

1CL Mickaël Poo-Sing, 511e RT

MDL Damien Noblet, 511e RT

BRI Michael Chauwin, 511e RT 

Aux trois soldats de la base de Nîmes-Garons, SCH Pascal Simon, CCH Ronald Danger, BCH Nacim Ameur, morts dans un accident de la route alors qu’ils rejoignaient Clermont-Ferrand en vue de leur déploiement au Mali. 

000_ARP3587553_0.jpg

A nos frères d’armes, morts au Mali et dans le Sahel, au combat et en service commandé

~500 Maliens, 68 Tchadiens, 10 Nigériens, 10 Burkinabés, 9 Guinéens, 7 Togolais, 4 Néerlandais, 3 Sénégalais, 1 Bangladais, 1 Chinois.

*

Aux blessés,

A tous les soldats de Serval, d’Epervier, de Barkhane, de la MISMA et de la MINUSMA,

A leurs proches.

serval barkhane.jpg

***

272013ECPA245L001_052.jpg

Brigade Serval, 14 juillet 2013

Quelle que soit leur brigade d'origine, je ne fais aucune différence. Tous ont appartenu à la brigade Serval. Ils ont vaincu. Leurs visages ont été noircis par le soleil. Leurs treillis sont délavés, blanchis. Ils ont fondu sous l'effet du soleil et des gastros, mais ils ont un point commun qui se lit dans leur regard, leur attitude. Ils sont victorieux et ils ont libéré un pays. Cela se lit au fond de leurs yeux.

Général Bernard Barrera

 

 

 

 

 

23/06/2016

« Envoyez les hélicos ! », COL Pierre Verborg, 4e, 5e RHC. Editions du Rocher

Droits réservés. Photos EMA/ECPAD issues du livre.

 

 « Ne blâme pas Dieu d’avoir créé le tigre, remercie-le de ne pas lui avoir donné d’ailes ».

Proverbe indien, rapporté par le CDT Brice Erbland in « Dans les griffes du Tigre »

 

Tigre, Puma, Cougar… vous n’avez certainement pas envie d’en croiser un au coin de la rue. Alors, imaginez lorsqu’en sus, les bébêtes sont maniées par un ours… Même la délicate Gazelle se fait tueuse…

dédicace Verbog.jpg

Avec « Envoyez les hélicos ! », les fauves de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre sont lâchés. Ce livre est bien à l’image de son auteur, le Colonel Pierre Verborg, ALATman surnommé « Grizzli » : percutant ! Abordant en détail sa campagne Libyenne, rappelant ses jeunes années à Berlin où il « vit » la chute du mur, ses missions en ex-Yougoslavie (dont l'évacuation de l'ambassade de France en Albanie, récit inédit), en Côte d'Ivoire et au Mali, il prend aussi le temps de poser son hélico et d'évoquer son ressenti, le rapport aux hommes, le rôle de chef...

Un livre « toutes griffes dehors » absolument passionnant, qui fait honneur à l'ALAT, arme majeur dont nous connaissons tous, désormais, le caractère ultra-stratégique.

Le lecteur est invité dans l’intimité des équipages et des salles de briefing ; il y entendra parler de « meute en chasse » ou découvrira subrepticement le « pseudo » de l’auteur : grizzli ! Mais le lecteur ne devra pas s’arrêter à ce bestiaire, car derrière l’ours, dont il a la rugosité, se cachent d’autres animaux : le rusé renard et le mâle alpha, paternel chef de meute. Surtout, il rencontrera un homme, un officier que je connais bien et dont j’apprécie les belles qualités.

Général d’armée (2S) Bertrand Ract-Madoux, CEMAT 2011-2014

C4.JPG

- Je viens d’être appelé, il y a une grosse manœuvre à Mailly (camp d’entraînement en Champagne). On part avec quelques hélicoptères pour deux ou trois semaines.

Un peu étonnée de ce départ soudain, ma femme scrute ma tenue de combat Félin et ne manque pas de noter mes bottes couleur désert… Puis elle me fusille en quelques mots :

- C’est nouveau du sable africain à Mailly ?

Mai 2011, Pau. Départ « secret » pour l’opération Harmattan.

C8.jpeg

Briefing pré-opération. A droite Pierre Verborg

Les combats qui nous attendent seront de haute intensité. J’ai besoin d’un groupe qui saura regarder la nuit sans pâlir et la terre sans rougir, manœuvrant avec une détermination de fer. J’ai besoin d’un groupe imprégné des enjeux de la mission avec un sens inné de la mesure et du dosage, capable de développer des facultés d’adaptation permanentes et une cohésion puissante et communicative. Il va falloir diffuser de l’énergie pour ne rien céder.

un-helicoptere-tigre-du-5e-rhc-en-vol-pres-de-pau-le-24-juin-2009.jpg

Dans nos cockpits, la tension et la concentration sont palpables. La chaleur libyenne est moite et lourde, collant à même la peau tout notre barda sous une transpiration permanente. J’aperçois sur les côtés de mon appareil l’ombre des hélicoptères séparés de quelques centaines de mètres. Ombres furtives qui glissent sur l’eau, invisibles pour un œil de néophyte. Tant mieux, la nuit doit nous appartenir.

Juin 2011, au large de la Libye.

C7.jpeg

A l’intérieur du Puma règne un calme absolu. Court moment de répit que je mets à profit pour chercher notre adversaire. Avant le choc, il est bon de s’imprégner de l’ambiance, de la moiteur de la nuit, sentir le terrain, la mer et le vent, presque devenir l’ennemi qui est respecté (…) Ou te terres-tu ? Nous vois-tu ? Que nous prépares-tu ?

Tout se déroulait trop bien. A peine ai-je sorti la tête que le son d’une voix particulièrement tendue rompt le silence radio :

- Grizzli, ici Texas. Interception radio ennemie, ils viennent de nous voir passer. Ils ont le visuel sur trois petits hélicoptères et un gros. Ils donnent les ordres de tir. Ça tire dans 30 secondes !

Côte libyenne.

DSC06366.JPG

Libye, départ du missile anti-aérien visant les hélicoptères français

Le temps suspend son vol : j’aperçois haut dans le ciel un missile sol-air qui laisse un panache de fumée fin : sa tête chercheuse n’a pas accroché le Tigre et il cherche une autre proie. La courbe descend vers notre Puma : il a trouvé sa cible (…) Tout va trop vite et tout va trop lentement. « M… » ai-je à peine le temps de penser.

C14.JPG

Libye, le champ de bataille

Nos tirs de missiles, de roquettes et de canons déchirent soudainement le ciel. Les flashs des départs de missiles et les coups au but illuminent la nuit par éclairs successifs.

(…)

Au retour, on me racontera que sur le BPC [bâtiment porte-hélicoptères] toutes les personnes restées sur le pont ont assisté hypnotisées à ce spectacle sans nom.

C9.jpg

Si l’on veut vaincre, il faut un engagement total, mettre les mains dans la glaise et pas à moitié. Au combat, le manque d’engagement ne paye jamais, il tue.

***

verborg.JPGLe Colonel Pierre Verborg, Dolo, Ecole de Guerre, au passé de cavalier (11e RCh), est officier supérieur de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre, totalisant plus de 3300 heures de vol. Il notamment œuvré aux seins des 4e et 5e RHC, participant à de nombreuses OPEX en Ex-Yougoslavie, Côte d’Ivoire... En 2011, il est à la tête du Groupement Aéromobile de l’opération Harmattan sur la Libye, menant la charge des Tigre, Cougar et Gazelle à partir du BPC Tonnerre. En 2013, il est adjoint du Colonel Frédéric Gout commandant le GAM lors de l’opération Serval au Mali. Il est désormais chef de corps du 3e RHC d’Etain. [photo : Pierre Verborg sur le BPC Tonnerre pendant Harmattan]

DSC05063IMG_2282.JPG

Avec le Colonel Verborg.

Si l’homme porte bien son surnom de grizzli et est un rien impressionnant, c’est dans un contexte guerrier ; en dehors de celui-ci, en l’occurrence au Festival International du Livre Militaire de Saint-Cyr Coëtquidan en juillet 2015, il nous a reçus avec la bienveillance d’un gentil nounours :)

A noter derrière nous, des auteurs dont les livres ont été abordés sur le blog : le padre Jean-Yves Ducourneau, le CNE (r) Raphaël Krafft et le LCL Hubert le Roux.

VERBOG.jpg

ISBN 978-2268075181 – Prix 18,90€ - 228 pages - Format 22x14,5 – Cahier-photo couleur

150px-LogoRocher.jpg

Aux Editions du Rocher, disponible ici

***

IBO0000AL0z1WEB.jpg

Hommage

Au LTN Mathieu Gaudin, 3e RHC, mort pour la France en Afghanistan,

Au LTN Damien Boiteux, 4e RHFS, mort pour la France au Mali,

A tous les ALATmen morts pour la France, morts en service commandé.

Aux blessés.

On a deux familles dans la vie : celle avec laquelle on naît, et celle avec laquelle on risque de mourir.

COL Pierre Verborg

C1 ECPAD Arnaud Roiné.JPG

Combattre, perdre et se relever, vaincre aussi parfois, confère une force intérieure qui aide à s’affranchir de la comédie humaine du quotidien et donne un peu de profondeur et de piment à nos actes. Cette force ne nous exempte de rien, voire nous oblige, mais ne laisse aucune place pour le mensonge, le diktat des apparences et l’illusion des acquis.

COL Pierre Verborg

 

 

 

 

10/02/2016

« Libérez Tombouctou ! », COL Frédéric Gout, ALAT, GAM « Hombori ». Editions Tallandier

Extraits et photos publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur. Droits réservés.

 


« Si nous sommes vainqueurs ici, nous serons vainqueurs partout. »

Ernest Hemingway, Pour qui sonne le glas

 


Si vous croisez un homme de Serval, vous n’avez qu’une chose à faire : lui manifester votre respect…

Dédicace Gout.jpg
Quelle autre attitude adopter devant « Ceux du Mali » ? Toutes ces femmes et tous ces hommes menant la charge dans le désert malien, dans des conditions dantesques, avec des moyens limités ; écrasant malgré tout, sans coup férir, les nouveaux barbares ; acclamés par une population sauvée d’un esclavage inscrit ; laissant sans voix nos amis anglo-saxons et leur habituel sourire en coin


Oh certes, un tel geste-hommage risquerait de surprendre ; l’humilité règne dans ce monde mili, qui s’efface lorsque les applaudissements retentissent, laissant le devant de la scène aux politiques. Reste que Serval est un Austerlitz du XXI° siècle; une victoire éclatante. Peut-être pas plus [la guerre n’est pas finie], mais certainement pas moins.

1113169497.jpg


Et voici donc, pour vivre par procuration cette superbe chevauchée, « Libérez Tombouctou ! », journal de marche du Colonel Frédéric Gout, commandant le Groupement Aéromobile de l’opération.


Mais nous avons parlé d’humilité et dans ce récit, elle se confirme : pas d’esbroufe. Il est vrai que le ton est donné dès les premières pages : par une coïncidence tragique, le Colonel apprend sa nomination à la tête du GAM, alors qu’une heure plus tôt il a été informé du décès au Mali du Lieutenant Damien Boiteux, un proche… Placez-vous dans ce contexte, alors que vous devez annoncer la nouvelle de votre départ « pour la guerre » à votre femme, vos enfants…


Evidemment, c’est l’aspect aéroterrestre de l’opération qui est à l’honneur dans ce récit, avec toutes les difficultés psychologiques et logistiques que l’on peut imaginer. Le moindre grain de sable (et Dieu sait qu’il y en a au Mali !) et patatras, report, voire échec, de l’opération planifiée, mise en danger des hommes au sol…

2013TRHC5-19-4080-Depart pour TOMBOUCTOU 27-01 BCH p+®ducasse.jpg

Briefing avec le GAL Barrera. Le Colonel Frédéric Gout au fond. Photo via F. Gout.


Quelles ont été les conséquences des bombardements [de l’Armée de l’Air] ? (…) Qui sont ces hommes dont l’ambition est de contrôler le Mali ? Quelle est leur motivation ? Comment sont-ils équipés ? Quel est leur niveau de préparation au combat ? Nous en avons beaucoup débattu, mais quel est l’écart entre la théorie (souvent volontairement pessimiste) et la réalité.

2013TRHC5-20-4806-Journee a l'aeroport de tombouctou  28-01 BCH p+®ducasse.jpg

Tombouctou libéré. Photo via F. Gout


Après une période de grande intensité, je m’attends à plus de calme pour stabiliser les moyens. En deux semaines, nous venons de faire Pau-Bamako-Sévaré-Tombouctou, sans problème majeur, dans le respect parfait de ce qui était demandé. Mes subordonnés sont « dans le coup », malgré les conditions hors norme. Je prends les décisions, mais je suis entouré de femmes et d’hommes qui assument les responsabilités qui leur incombent. Je suis fier d’eux.

2.jpg

Le tigre sort ses griffes. Photo ALAT


Nous sommes difficilement décelables, les caméras thermiques permettent d’observer de loin. A plusieurs kilomètres, nous sommes capables de voir avec précision tous les déplacements. En revanche au sein d’une ville, nous ne pouvons détecter un dispositif camouflé. Nos premières observations ne sont pas inquiétantes, les mouvements sont peu nombreux dans Tombouctou, mais obligent à redoubler de vigilance.

2013TRHC5-62-7281-monter a TESSALIT 02-03 BCH p+®ducasse.JPG

Vol tactique au Mali. Photo via F. Gout


Il n’y a plus le choix. Je suis contraint d’appuyer les unités terrestres dans leurs combats de jour. Le Tigre est touché, mais l’accrochage a peut-être permis aux troupes débarquées d’éviter des pertes humaines. Une reconnaissance de nuit sur un terrain ne servirait pas, les djihadistes y sont invisibles, ils le connaissent parfaitement. Par ailleurs, le risque est de tomber dans des pièges ou des embuscades. Il me faut donc continuer à combattre en plein jour, dans des conditions peu favorables, il faut le reconnaître.

2013ECPA006L074_043.jpg

Combats dans Gao. Photo Ministère de la Défense / ECPAD


Les troupes au sol ont la situation en main, mais aucune solution ne semble possible pour venir à bout de ces hommes déterminés et jusqu’au-boutistes. A tout instant, ils peuvent provoquer des pertes dans nos rangs, il est impossible de les approcher sans risquer le déclenchement des charges explosives. Positionné près du général Barrera au PC de la brigade, je propose de tirer un missile Hot à l’intérieur du bâtiment, en utilisant la porte d’entrée pour pénétrer (…) La Gazelle est en position au-dessus de notre PC, nous sommes à moins de quatre kilomètres, une bonne distance de tir pour atteindre la cible. Le général donne son feu vert. L’aire est sécurisée et les troupes françaises et maliennes à proximité se sont mises à l’abri du tir. Il m’arrive quelque chose d’unique : je donne l’ordre de tir à la radio et, juste après, j’entends au-dessus de moi le départ du missile.

1173356466.JPG
Adrar des Ifoghas, photo Ministère de la Défense / ECPAD


Nous sommes face à notre ennemi, nous avons été surpris, c’est tout. Nous savons désormais qu’il est présent dans l’Adrar des Ifoghas, mais il ne bénéficie plus de l’effet de surprise. En revanche, je dois multiplier les explications vers les autorités françaises, qui ne comprennent pas comment deux Tigre peuvent avoir été ainsi touchés. Les Tigre coûtent chers, nous n’en avons pas beaucoup en dotation. Les autorités y tiennent comme à la prunelle de leurs yeux (…) Tout a été analysé. Nous avons fait des choix. Je porte la responsabilité de pertes hypothétiques, je dois peser chaque décision pour assumer mes ordres, sans être perturbé par leurs éventuelles conséquences. Demain les équipages retourneront au combat, sans état d’âme.


***


apres-deux-ans-en-bearn-un-colonel-s-efface-au-profit-d-un_856574_490x326.jpgSaint-Cyrien de la promotion « Général Delestraint », Frédéric Gout se destine à une carrière dans l’Artillerie des Troupes de Marine, mais c’est finalement vers l’Aviation Légère de l’Armée de Terre qu’il s’oriente, rejoignant le 3e RHC d’Etain. Pilote d’hélicoptère, il est déployé notamment au Tchad et en Ex-Yougoslavie. Basé à Djibouti en 1997, il participe à l’opération humanitaire « Shebelle » en Ethiopie. Après un passage à l’école de l’ALAT de Luc et son diplôme de l’Ecole de Guerre, il retrouve l’Ex-Yougoslavie comme assistant militaire à l’état-major de la SFOR. Avec le 1er RHC de Phalsbourg, il participe à l’opération Licorne en Côte d’Ivoire. Après un passage à l’Etat-Major, il prend la tête du 5e RHC et dans la foulée du Groupement Aéromobile de l’opération « Serval » au Mali, le GAM « Hombori ». Depuis 2014, il occupe des fonctions au sein de l’OTAN à Bruxelles. Le Colonel Gout est marié et père de 3 enfants.

1812695884.jpg

ISBN 979-1021008557 - Prix 18,90 € - Format 21,5 x 14,5 - 256 pages

Tallandier.JPG

Aux éditions Tallandier


Disponible ici.

Page FaceBook du livre ici.

IMG_1100b.jpg

Rencontre avec le Colonel Frédéric Gout à l’Ecole Militaire en juin 2015. De très nombreux échanges ont suivi. Nous remercions le Colonel pour son sympathique accueil et son soutien enthousiaste à Une Plume pour L’Epée. Merci aussi pour les belles photos inédites issues de sa collection, fournies pour illustrer cette recension !

mali.jpg

La bibliothèque « Ceux du Mali » s’étoffe de jour en jour : La lecture de « Libérez Tombouctou ! » peut d’ores et déjà être complétée par « Opération Serval » du Général Bernard Barrera, commandant les forces terrestres (*) ; « Envoyez les hélicos ! » du Colonel Pierre Verborg, commandant en second du GAM Homborori (*) ; « Offensive éclair au Mali » du Chef de Bataillon Rémi Scarpa, assistant militaire du GAL Barrera, déjà présenté ici ; et « Un prêtre à la guerre » du padre Christian Venard, abordé ici.

(*) Bientôt sur le blog !

logo-Operation-Serval.jpeg

Hommage


Aux morts pour la France au Mali, au combat et en service commandé


LTN Damien Boiteux, 4e RHFS
SCH Harold Vormezeele, 2e REP
CPL Cédric Charenton, 1er RCP
BCH Wilfried Pingaud, 68e RAA
CPL Alexandre Van Dooren, 1er RIMa
CCH Stéphane Duval, 1er RPIMa
BCH Marc Martin-Vallet, 515e RT
SCH Marcel Kalafut, 2e REP
ADC Dejvid Nikolic, 1er REG
SCH Thomas Dupuy, CPA 10
CPL Baptiste Truffaux, 21e RIMa
SCH Alexis Guarato, CPA 10

8056483-12549728.jpg
A nos frères d’armes africains, morts au Mali
70 Maliens, 38 Tchadiens, 2 Togolais, 2 Burkinabés, 2 Sénégalais.


Aux blessés,


A tous les soldats de Serval, de Barkhane, de la MISMA et de la MINUSMA,
A leurs proches.

ob_12b542_op-barkhane.jpg

mali_002-4_3_rx812_c1080x810.jpg


Certaines unités de l’Armée de Terre exposées dans les combats ont vécu des moments tragiques ; je considère que nous avons eu de la chance de ne pas subir le même sort. Je craignais la menace sol-air, si dangereuse pour nos hélicoptères. On retient souvent le nombre de missiles, de roquettes et d’obus tirés et, bien entendu, le nombre d’ennemis neutralisés. Est-ce vraiment l’essentiel ?

COL Frédéric Gout

 

 

 

 

04/09/2015

Marin sur les fleuves d'Indo & pilote de Corsair en Algérie, chef des FS au Kosovo, Commissaire des armées en CdI, valeureux Poilus et déroute djihadiste au Mali

 

Poursuivons la visite de notre bibliothèque militaire, entamée ici

Cette fois-ci, nous revivons les combats d’un grand-ancien d’Indochine et d’Algérie. Nous accompagnons au Kosovo le chef des Forces Spéciales françaises et en Côte d’Ivoire un Commissaire des Armées. Nous visitons la base de Nancy-Ochey, tanière des Muds alias Mirage 2000D. Nous nous posons des questions sur nos valeureux Poilus et nous concluons, grâce à l'assistant militaire du chef des opérations terrestres de Serval, avec la brillante victoire de nos soldats sur les djihadistes au Mali !

***

« De Saïgon à Alger », LV Bernard Bachelot, Dinassaut 6, 14F, 12F

56_07.jpg

LCM en patrouille fluviale, Indochine

Certains hommes se sont finalement endormis couchés les uns sur les autres. A la surface du fleuve, l’eau phosphorescente scintille. Les remous font danser le reflet des étoiles et les lucioles transforment un palmier en arbre de Noël. Un souffle d’air fait vibrer le feuillage. Ce frémissement provoque un malaise. Et toujours le croassement lancinant des crapauds-buffles. Les guetteurs viets, tapis dans ces branchages, doivent écouter le passage du convoi. Les oreilles se tendent. Le bruit sourd d’un tam-tam. Est-ce la peur ? Non, le rythme est plus net maintenant : les Viets donnent l’alerte. Deux coups brefs, un coup sourd. Pam, pam, poum… pam, pam, poum… Les doigts se crispent sur les armes.

corsair03.JPG

Corsair de la 14F partant en mission depuis la base de Telergma dans le Constantinois, Algérie. Photo Bachelot

Le napalm s’enflamme à une vingtaine de mètres au-dessus de la grotte. Bien décidé à réussir ma deuxième attaque, je garde une ligne de vol parfaitement horizontale et attends « le plus tard possible ». J’appuie sur le bouton et tire violemment sur le manche. Le sommet de la falaise apparaît au-dessus du nez de mon appareil, trop haute me semble-t-il pour être franchie. Trop près de la montagne, je ne peux dégager en virage. En un mouvement reflexe, je pousse à fond la manette de gaz et accentue fortement ma pression sur le manche. Ma cellule se met à vibrer violemment, je suis à la limite du décrochage. La falaise fonce sur moi.

ECH21231018_1.jpg

L’exode, Alger, 1962.

Un choc, une blessure. En cet instant ma vie bascule. Un monde – le mien – s’effondre. Des valeurs essentielles auxquelles j’avais appris à croire et à être fidèle – patriotisme, honneur, parole donnée… - ont toutes été violées. Ne sont-elles plus désormais respectables ? Terrible déception qu’accompagne un sentiment de révolte qui, des années durant, me rongera et qui, 45 ans après, reste encore vivace.

Bachelot.jpg

« De Saïgon à Alger » par le Lieutenant de Vaisseau Bernard Bachelot, EN48. Un monsieur discret, rencontré lors du salon des écrivains-combattants 2013, et pourtant un grand ancien : il a combattu de 51 à 53 sur les fleuves de Cochinchine, au sein de la Dinassaut 6, Flottille Amphibie Indochine Sud, avant de devenir pilote de l'Aéronavale, flottilles 14F puis 12F dont il prend le commandement. Formé aux Etats-Unis, c'est aux commandes de son Corsair qu'il intervient lors de la campagne de Suez puis de la Guerre d'Algérie - époque déchirante pour lui, Bernard étant pied-noir, amené à bombarder sa propre maison de famille… L'issue du conflit sonnera d'ailleurs le glas de son engagement militaire. Très beau récit.

Aux éditions L'Harmattan, disponible ici.

102.JPG

Avec le LV Bernard Bachelot au Salon des Ecrivains-Combattants 2013

* * *

 

 « L’Europe est morte à Pristina », COL Jacques Hogard, Légionnaire

uCK.JPG

Miliciens de l’UÇK [milice indépendantiste Albano-Kosovare]

Une embuscade vient d’être déclenchée par l’UÇK sur un convoi de civils serbes, deux cents tracteurs emportant hommes, femmes et enfants, sur la route reliant Pec à Mitrovica. Je fais effectuer une reconnaissance par un hélicoptère armé qui me rend compte de la position des éléments de l’UÇK. Je lui demande alors de tirer quelques rafales de semonce afin de les contraindre à décrocher et cesser cette agression inqualifiable sur des civils armés. 

Quelques minutes plus tard, je suis, à ma très grande surprise, appelé à la radio par le Général britannique Mason qui m’enjoint de faire cesser les tirs contre ses SAS ! Je réalise alors que les éléments de l’UÇK qui se livrent à cette embuscade (…) sont encadrés – au minimum accompagnés- par mes « frères d’armes » des Forces Spéciales britanniques…

dedicace Hogard 2.jpg

« L’Europe est morte à Pristina » par le COL Jacques Hogard, Légionnaire, commandant le groupement interarmées des Forces Spéciales françaises au Kosovo, GIFS « Grakaniko », vétéran du Rwanda dont il a tiré un premier récit « Les larmes de l’honneur », que nous avons abordé ici

Dire que le conflit au Kosovo a été « compliqué » est un euphémisme, l’implication occidentale pouvant (devant) faire débat. Jacques ne s’en prive pas, battant en brèche certains choix militaro-politiques Otaniens [il démissionnera d’ailleurs de l’Armée après cette OPEX]. L’Histoire jugera. En attendant, nous ne pouvons qu’espérer que les communautés serbe et albanaise trouvent le chemin d’une coexistence pacifique… Et souvenons-nous des neuf soldats français morts au Kosovo, entre 2000 et 2009. Hommage à eux et aux blessés.

Aux éditions Hugo Doc. A commander chez votre libraire ou sur le Net.

Hogard.jpg

Avec le COL Jacques Hogard, notamment après sa conférence sur le Kosovo à l’IDC en mai 2014

* * *

 

« La nuit africaine », Commissaire des armées (CNE) Julien Eche

IMG_8779.JPG

La Vierge aux larmes de sang, œuvre de Sandre Wambeke inspirée du livre de Julien Eche

Les Français nous prennent pour des gosses souriants : l'Afrique heureuse, qu'ils disent. Un peu comme si nous n'étions pas assez civilisés pour avoir l'air grave. C'est qu'ici, jeune homme, nous savons dès la naissance que nous sommes mortels comme tous les hommes, et que la finalité, c'est la cendre. Alors la vie doit être heureuse, joyeuse, rythmée et agréable. 

Vous autres Blancs, imaginez repousser sans cesse la mort, elle entre par trop en considération dans vos calculs ; il n'y a pour vous que l'épargne d'une vie, la position sociale, les chimères que votre société a inventé pour plus de richesse qu'il n'est physiquement possible (...) Alors vivez, oui, vivez ! Enchantez la vie des autres et faites en sorte d'être heureux, quoi qu'il vous arrive; Cela n'a rien de primitif. C'est au contraire la plus grande des sagesses.

dedicace Eche.jpg

« La nuit africaine » par le Commissaire des Armées (CNE) Julien Eche est un récit romancé, inspiré de son déploiement en Côte d'Ivoire peu après la guerre civile : Un jeune officier part à la tête d'une petite unité pour montrer la présence française dans la brousse. Un parcours initiatique, vu initialement par le narrateur comme une aventure "à la capitaine Binger" (qui rallia Dakar à Kong à la fin du XIX°), mais qui, au gré des rencontres et évènements, ira bien au-delà de l'imagerie exotique véhiculée par les affiches ventant la Coloniale dans les années 30. Une belle histoire, bien menée et profonde. Pas seulement une autre vision de l'Afrique, une autre vision du soldat aussi...

Aux éditions L'Harmattan. Disponilbe ici.

IMG_8757.JPG

Avec le Commissaire des Armées Julien Eche

* * *

 

« Dans le repaire du Mirage 2000D – Nancy-Ochey », Alexandre Paringaux, photographe

paringaux 2.JPG

Ses équipages sillonnent les cieux des Balkans, de l'Afrique, de l'Asie centrale et de l'Afghanistan. Cette omniprésence repose certes sur des matériels performants, en perpétuelle amélioration, permettant de répondre aux défis technologiques d'engagement toujours plus exigeants. Mais elle repose surtout sur les femmes et les hommes de la base aérienne de Nancy-Ochey qui permettent de répondre en permanence aux sollicitations opérationnelles. Quelle que soit leur spécialité, toutes et tous sont des rouages indispensables dans la performance de la BA 133. Dévoués et pugnaces, ils démontrent au quotidien un engagement sans faille, en dépit d'un environnement difficile. Les opérations menées au Kosovo, en République Démocratique du Congo, en Afghanistan, en Lybie ou encore au Mali attestent de leur engagement militaire et de leur abnégation.

Colonel Louis Péna, Commandant de la Base aérienne 133 « Commandant Henry Jeandet »

Paringaux.jpg

« Dans le repaire du Mirage 2000D – Nancy-Ochey » n’est qu’un exemple parmi toute une série de beaux livres publiés par le photographe Alexandre Paringaux et Frédéric Lert, journaliste aéro de référence. On trouve en effet, dans la même collection, des ouvrages dédiés à ER 2/33 « Savoie », EC 3/3 « Ardennes », la Patrouille de France, les bases de Saint-Dizier, Mont-de-Marsan, Salon-de-Provence, les Forces Aériennes Stratégiques, le porte-avions Foch… Des livres-albums où l’on retrouve évidemment de superbes photos d’avions, mais aussi les hommes qui les font voler, les arment et les entretiennent ; ceux qui font fonctionner la base ; ceux qui la protègent. L’ensemble est visuellement remarquable, accompagné d’un texte fouillé et de nombreuses interviews. A chaque fois une petite bible, tant le sujet est traité avec exhaustivité. Attention, les tirages s’épuisent vite…

Aux éditions Zéphir. Disponible ici

* * *

 

« Le petit quizz de la Grande-Guerre », Grégoire Thonnat

14-18.jpg

De qui s’agit-il ? 

De nos cinq arrière-grands-pères, combattants de la Grande-Guerre en France et Russie ; Abel, Ernest mort pour la France, Gaston, Fiodor et Vassilï

 

Si les taxis parisiens sont rentrés dans l’Histoire avec les « taxis de la Marne », qu’ont-ils fait qui écorne un peu le mythe ?

Ils ont mis les compteurs afin que les autorités militaires règlent la course !

Thonnat dedicace.jpg

Avec « Le petit quizz de la Grande-Guerre » de Grégoire Thonnat, nous sortons évidemment de notre  contexte « récit de soldat », mais ce livre mérite un coup de projecteur, bien qu’il soit d’ores et déjà un succès de librairie (25 000 exemplaires vendus). Il est composé d’une centaine de questions/réponses sur des évènements clés, anecdotes, idées reçues... Une manière ludique d’aborder la Première Guerre Mondiale, pour un prix modique (moins de 5€). L'Education Nationale pourrait tout à fait l’utiliser dans la cadre du Centenaire... (puisque l'on parle de pédagogie innovante, passons à l'acte). 

Aux éditions Pierre de Taillac. Disponible ici. A noter, dans le même esprit et par le même auteur, le « Petit quizz de la Marine ».

IMG_0561.JPG

Avec Grégoire Thonnat et les éditeurs Pierre de Taillac et Nimrod, aux Invalides pour le centenaire de l’ECPAD

* * *

 

« Offensive éclair au Mali », CBA Rémi Scarpa, 92e RI

DSC04920.JPG

« Rapaces » de la 4e Cie du 92e RI au combat dans les rues de Gao. Photo ECPAD/Jérémy L, issue du livre.

Les « Cent jours » de l’offensive les avaient soudés ; la chaleur étouffante n’avait distingué ni les grades ni les armes d’origine ; l’ennemi, tenace et imprévisible, avait été vaincu par l’effort conjoint des combattants, ceux de l’avant, commandés par des états-majors réactifs, des logisticiens et des transmetteurs, des pilotes et des mécaniciens (…) Cette victoire des armes de la France, c’était celle de l’union, chère au cœur du Général de Monsabert  , l’union des armes, des âmes et des cœurs.

Scarpa dédicace.jpg

« Offensive éclair au Mali » par le CBA Rémi Scarpa, Gaulois du 92e RI. Ouvrage qui restera comme la référence sur Serval. En premier lieu, qui aurait été plus légitime que le CBA Scarpa, assistant militaire du GAL Barrera commandant les forces terrestres, pour écrire un tel livre ? Ensuite, vous y trouverez toutes les informations sur l’organisation de la force, le déroulement de l’opération au jour le jour, les unités impliquées (avec une large place laissée au Soutien, Transmetteurs, Tringlots, Logisticiens…), le matériel employé, les alliés africains, les insignes et fanions, des plans, les hommages à ceux qui sont tombés… le tout accompagné de témoignages. En sus, des clichés *sublimes* de l’ECPAD ou issus des collections particulières de nos combattants (ce qui en fait aussi un beau livre-photo). « Et c’est pas fini… » J En bonus, un film de 55 mn réalisé par l’ECPAD.

Aux éditions Pierre de Taillac. Disponible ici.

Scarpa.jpg

Avec le CBA Rémi Scarpa, Salon du Livre de Paris 2015 & Prix littéraire de l’Armée de Terre – Erwan Bergot.

***

A suivre…

 

 

 

 



09/07/2015

« Paroles de soldats », LCL Hubert le Roux & Antoine Sabbagh, éd. Tallandier

Extraits publiés avec l’aimable autorisation des auteurs. Droits réservés.  

 

« La parole qui, trop souvent, n’est qu’un mot pour l’homme de haute politique, devient un fait terrible pour l’homme d’armes. 

Ce que l’un dit légèrement et avec perfidie, l’autre l’écrit sur la poussière avec son sang. »

Alfred de Vigny

 

L’indifférence conduit à l’oubli. Tout homme ayant le sentiment de subir cet état de fait le vit comme une souffrance et nous le disons avec tristesse, mais c’est ce qu’éprouvent nombre de nos soldats : l’indifférence de leurs compatriotes. C’est d’autant plus cruel que la nation leur demande tant de sacrifices : éloignement de leur famille pendant des mois, enfants qui naissent et grandissent au loin, confrontation à des situations dramatiques voire traumatisantes, risque d’être blessé, tué… 

Certains diront : « Ils ont choisi ». Certes. Mais en quoi ce choix autoriserait les Français à rester indifférent à leur sort, alors que ce sont ces mêmes Français qui les envoient au combat ?

Le Roux dédicace.jpg

Alors, pour lutter contre l’indifférence, rien ne vaut la parole : raconter, décrire, expliquer, se livrer. Heureusement, la « Grande Muette » relève du mythe. Les soldats parlent, écrivent. Mais publier un livre n’est pas donné à tout un chacun. Partant de ce principe, le LCL Hubert le Roux et Antoine Sabbagh ont décidé de se positionner non en auteurs, mais en porte-paroles : Ils ont ainsi sillonné la France, collectionnant des interviews de combattants des différents théâtres d’opérations, du Liban à la RCA. Ils les ont ensuite retranscrits, in extenso. Ainsi est né « Paroles de soldats ». Un livre de fait et de par son style « brut de fonderie », ce qui le rend d’autant plus percutant…

« Paradoxalement, la guerre n’a jamais été aussi présente dans les imaginaires. Romans, séries, films, bandes dessinées, la guerre est partout. Sur fond de rap et de guerre urbaine pour Call of Duty (…) la guerre est bien là, mais vécue comme une épopée révolue ou une fiction et la fascination qu’elle suscite est inversement proportionnelle à l’oubli dans lequel sont tombés les soldats. »

Continuer à parler, soldats de France. Nous sommes plus nombreux que vous ne le croyez à vous écouter, à ne pas être indifférents, à ne pas vous oublier. Et quand bien même nous ne serions qu’une poignée aujourd’hui, ne présageons pas de l’avenir : il suffit d’une petite chaussette rouge sang, oubliée au milieu d’un linge immaculé, pour étendre après lessive de beaux draps roses…

Drakkar.jpg

Mes camarades savaient que j’étais en dessous, mais je ne répondais pas. J’étais mort. En fait, j’étais toujours en vie, mais entre la vie et la mort. La souffrance est tellement forte. Des bouffées de chaleur m’envahissaient. J’étais complètement perdu. Et puis, à un moment, j’ai oublié la souffrance. J’ai pensé à ma famille. Je me suis senti bien. Et là, j’ai vu de la lumière. Les sauveteurs avaient encerclé le trou. Une main s’est tendue vers moi.

CPL Daniel, 1983, attentat du Drakkar, Beyrouth, Liban.

daguet.jpg

Toutes les positions irakiennes sont embossées. Ils sont dans leurs trous. Il n’y a que nous qui bougeons. Quand on a face à nous des engins embossés, on demande un tir d’artillerie. Boum ! Boum ! Boum ! On observe le tir. Ça commence à bouger. Ca riposte un peu. L’ALAT arrive. Boum ! Boum ! Boum ! Ça balance les missiles et après nous on tire. Je me souviens plus de mon indicatif. Les rouges, machin, feu ! On tire ! Et puis, pouf, drapeau blanc.

Patrice, chef de peloton de chars, 1990, opération Daguet, Guerre de Golfe, Irak.

Rwanda.jpg

J’avais déjà vu des morts. Nos morts. Nos beaux morts dans les cercueils. Refaits, pour être présentés à la famille. Mais comme ça, non… En plus de ça, de voir le traitement des cadavres, jetés, ramassés, jetés… C’est de la viande. C’est quelque chose de dégoutant dont il faut se débarrasser rapidement. Les Rwandais, je sais pas si ça leur faisait rien, mais vu de l’extérieur, aucune émotion. Ils regardaient, mais rien. Moi je prenais beaucoup de recul par rapport à tout ça : une protection, ouais. L’impression de vivre à côté de moi. D’avoir le moi physique présent et d’en être spectateur. 

ADJ Jean-Louis, 1994, opération Turquoise, Rwanda.

Bosnie.jpg

A mesure que le temps passait, on avait l’impression que, depuis le début, on nous avait raconté n’importe quoi. On était parti défendre les Bosniaques opprimés par les méchants Serbes ! Et quand vous arrivez au premier check point serbe et qu’ils vous disent « Soldats français gut ! Mitterrand pfff ! » en tournant le pouce vers le bas, vous voyez bien que c’est pas ce qu’on nous avait dit. Les Bosniaques, eux, ils nous ont « rafalés » d’emblée.

Jean, électromécanicien, 1994, Sarajevo, Bosnie.

Afgha.jpg

D’ap. photo Thomas Goisque

Pour moi, les Talibans ne combattent pas pour des motifs religieux, mais pour leurs intérêts personnels (…) Ils avaient une vision de l’Islam un peu sauvage, un peu barbare (…) L’Islam, je le vois comme ça, ne peut pas imposer à quelqu’un de faire ses prières, de faire le Ramadan, de ne pas manger de porc, si ça ne vient pas de son cœur. Faut que ça vienne de la personne. On peut expliquer que c’est bien de faire comme ça, mais l’imposer, voire tuer pour que les gens basculent dans la religion musulmane : non. Le Djihad, on me l’a jamais enseigné comme ça. Le Djihad, c’est l’époque du Prophète, quand on attaquait les intérêts de l’Islam sur le sol de La Mecque. Après, moi j’ai un autre Djihad, que mon père m’a appris : c’est l’éducation des enfants pour qu’ils fassent quelque-chose de leur vie.

Dahhaoui, sous-officier musulman, 2011, Tagab, Afghanistan.

Libye.jpg

D’ap. photo Alexandre Paringaux

Ce n’est ni la première ni la dernière fois que je tire. La première fois, mon cœur s’est emballé. Le stress, l’adrénaline, ont mis du temps à redescendre. Après, je n’ai plus jamais eu de stress. Quand je tire des bombes, il y a potentiellement des gens, que je vois ou que je ne vois pas. C’est peut-être un peu froid, mais ça ne me fait rien. Je ne suis pas un combattant, je ne combats pas avec mon FAMAS. Je suis loin. 

Benjamin, pilote, 2011, opération Harmattan, Libye.

Mali.jpg

ADJ  Harold Vormezeele, 2e REP, mort pour la France au Mali 

La mort de Vormezeele ? Putain, oui, on l’a sue tout de suite (…) Ça fait mal au cœur. Moi, côté renseignement, je me dis : « Est-ce que j’ai bien géré la situation  pour le préparer, pour qu’il ait tout pour se sauver ? » Vormezeele, il avait trente-deux, trente-trois ans. On se connaissait bien, depuis huit ans, on avait fait des missions ensemble. C’est moi qui suis rentré à la morgue, à l’hôpital, pour le couvrir et le ramener. C’était costaud de le voir comme ça en sachant comment il était avant, avec l’envie de combat, de chercher l’aventure et tout ça. Putain, la vie elle est rien !

ADC Cristian, 2013, opération Serval, Mali.

RCA.jpg

On était une trentaine, même pas une section. Les mecs commençaient à nous contourner derrière avec des machettes. Ils avaient les yeux bleus, un cercle bleu autour des pupilles. Ils devaient prendre je ne sais quelle drogue. Ils étaient complètement shootés, complètement alcoolisés. Avec eux, il y avait plein d’enfant. Ils les mettaient devant eux en sachant que nous, les soldats français, on n’allait pas tirer (…) A ce moment, j’ai vu se planter devant moi un gamin de cinq ou six ans avec un bébé dans les bras. Un bébé de deux mois, pas plus. Au début, j’ai cru que le bébé suffoquait, qu’il nous l’amenait pour qu’on le soigne. Avant même qu’on puisse faire quoi que ce soit, le gamin a pris le nouveau-né à bout de bras et l’a jeté au sol. La tête s’est fracassée sur le bitume.

SGT Benoît, opération Sangaris, Bangui, RCA.

Kabool.jpg

La reprise du travail a été compliquée. Je dormais, je faisais pas trop de cauchemars, mais ce qui avait le plus changé chez moi, c’est que j’étais peut-être devenue un peu moins sensible face à certaines pathologies. Ça s’est beaucoup vu lorsque j’ai fait mes premières gardes aux Urgences. Les patients me disaient qu’ils avaient mal, ils souffraient réellement, mais pour moi, ils avaient leurs deux bras, leurs deux jambes, ils me parlaient, tout allait bien… Je voulais pas entendre ces souffrances-là et c’est pour ça que j’ai été voir un psy. Depuis, clairement, ça va mieux, mais c’est vrai que je suis peut-être devenue plus insensible à ce niveau-là.

Julie, infirmière,  de retour de mission à l’hôpital international militaire de Kaboul, 2010, Afghanistan

veuve.jpg

D’ap. photo Philippe de Poulpiquet

J’ai déplié la banquette devant la télé. On y a dormi juste avant son départ et il y a encore son odeur sur l’oreiller. Le matin, je ne lave pas les draps. J’ai le sentiment de dormir un peu plus avec lui. Je mets le traversin vertical dans le lit, comme ça, les premières nuits, j’ai la sensation de renvoi de chaleur, de ne pas être toute seule. C’est curieux ce qu’on fait des fois ! (…) Donc je dors dans la salle télé, je regarde des trucs en attendant le coup de fil. Je l’attendais vers 10h, il est 10h30. Et là, mon portable sonne. C’est Violaine, mon amie médecin. (…) « Tu tombes bien, j’entends du bruit en bas de chez moi » « T’inquiète pas, c’est nous ». (…) Je descends, j’allume la lumière, j’ouvre la porte, je vois Violaine. A côté d’elle, il y a son mari en grand uniforme. Il y a aussi la femme du chef de corps et le chef de corps, lui aussi en uniforme (…) et là, j’ai un flash.

Alice, veuve de guerre.

***

IMG_0056BIS.jpgLe Lieutenant-Colonel Hubert le Roux est officier supérieur d’active. Il a été chargé du recrutement des sous-officiers et hommes du rang de l’Armée de Terre. On lui doit, outre « Paroles de soldats », une biographie de Lartéguy, publiée chez Tallandier.

Antoine Sabbagh est historien et éditeur, ancien professeur de la Sorbonne et de l’Université de Columbia dans le cadre de son programme parisien. 

Photo : rencontre avec le LCL le Roux au Salon du Livre de Paris 2015.

LE ROUX.jpg

ISBN : 979-1021004849 - prix 20,90 € - format 21,5 x 14,5 - 464 pages.

Taillandier.JPG

Aux éditions Tallandier. Disponible ici

***

I-Grande-7078-ecusson-france-velcro.net.jpg

Hommage

Aux soldats.

Les hommes de guerre sont de l’espèce qui se rase pour mourir. Ils croient à la rédemption de l’homme par la vertu de l’exercice et du pas cadencé. Ils cultivent la force physique et la belle gueule, s’offrant le luxe des réveils précoces dans les matins glacés et des marches harassantes pour la joie de s’éprouver.

Ce sont les derniers poètes de la gratuité absolue.

Jean Lartéguy

*

Hommage

Aux conjoints, familles, proches des soldats.

C’est pour la Femme de militaire qui se lève tous les jours à 6h pour préparer les vêtements et le petit déjeuner pour ses enfants dont elle est seule à s’occuper. C’est pour la Femme de Militaire enceinte qui se demande si son homme sera rentré à temps pour voir venir au monde son enfant. C’est pour la Femme de Militaire qui habite une nouvelle ville et qui fait face à un nouveau départ sans avoir eu le temps de se faire des amis. C’est pour la Femme de Militaire qui annule ses projets du samedi soir pour rester près du téléphone, même si elle sait que la conversation sera pleine de grésillements et toujours trop courte. C’est pour la Femme de Militaire qui pleure en s’endormant dans un lit trop froid. C’est pour la Femme de Militaire qui se laisse aller à la détresse en se demandant si elle pourra revoir son homme vivant. C’est pour la Femme de Militaire qui a l’impression de mourir à l’intérieur chaque fois qu’il dit qu’il doit s’en aller, mais qui sourit malgré tout. C’est pour la Femme de Militaire qui fait la queue à la Poste avec un colis dans les bras en se demandant si les gâteaux seront toujours moelleux en arrivant. C’est pour la Femme de Militaire qui dine seule en s’inquiétant parce que cela fait plusieurs jours qu’elle n’a pas de nouvelles de « là-bas ». C’est pour la Femme de Militaire qui a des papillons dans le ventre en voyant son homme descendre du bus au retour d’OPEX. C’est pour nous toutes, pour les Femmes de Militaires tristes, les Femmes de Militaires seules, les Femmes de militaires fortes, un toast à nous, parce qu’un chèque de paie ne console pas, un oreiller à serrer dans ses bras n'est pas suffisant, une webcam n'a rien à voir avec la réalité, expliquer à un enfant qui pleure que papa ne reviendra pas avant 4 longs mois est ou sera notre lot à toutes, et que les femmes de civils n'ont pas idée de ce que c'est de sentir tous les jours que quelque chose vous manque. Nos soldats sont courageux, mais nous le sommes aussi. 

A.M, femme de militaire.

***

*

J’ai tout dit [à ma femme]. Pas sur le moment, parce que je ne voulais pas qu’elle s’inquiète mais, une fois rentré, je lui ai raconté. A mes parents aussi. 

Je pense qu’il faut que les gens sachent ce qu’on fait. 

Autrement, ils vivent un peu dans les nuages…

LTN Vianney, 126e RI, in « Paroles de soldats".

 

 

 

 

 

 

03/07/2015

Prix littéraire de l’Armée de Terre - Erwan Bergot 2015, Sylvain Tesson & GAL Bernard Barrera

Photos Natachenka/UPpL'E - Merci de nous consulter si vous souhaitez les réutiliser.

 

IMG_1924.JPG

Les lundis se suivent… et se ressemblent ! Après la remise du prix de la Saint-Cyrienne, abordé ici, nous avons pris le chemin de la Sorbonne pour celle du prix littéraire de l’Armée de Terre - Erwan Bergot

IMG_1933.JPG

En premier lieu, un mot sur nos hôtes, car si nous étions présents, c’est grâce à deux grands copains, dont nous avons été les « accompagnateurs » : l’ADC Jean-Claude Saulnier et l’éditeur Nimrod.

Il nous semble inutile de présenter Nimrod. Quel fan de récit de soldat ne connait pas cet éditeur ? L’un des (le ?) plus beaux catalogues milittéraires francophones, grâce à un haut niveau d’exigence sur les récits publiés doublé d’un vrai travail d’édition (plus rare qu'on ne le croit). Quant à l’ADC Saulnier : 2e REP, infirmier, ancien président des Sous-Officiers, 30 ans de Légion, de Kolwezi à l’Afgha… pour ceux qui n’en auraient jamais entendu parler (ayant vécu un certain temps sur Mars) un petit rattrapage est possible avec notre recension sur « Ma vie de Légionnaire » ici [publié justement chez Nimrod] . 

Mais, à tout seigneur tout honneur, revenons-en aux lauréats.

IMG_1928.JPG

Le prix littéraire de l’Armée de Terre – Erwan Bergot 2015 remis à Sylvain Tesson pour « Berezina », par le Général de Corps d'Armée Bertrand Houitte de La Chesnais, Major Général de l'Armée de Terre, ancien chef de corps du 1er RI, en lieu et place du CEMAT, retenu par les évènements dramatiques du week-end. 

Tesson dedicace.jpg

Le prix fêtait cette année ses vingt ans. Pour succéder aux Elie de Saint-Marc, Pierre Schoendoerffer et autre Pierre Darcourt, le jury a distingué « Berezina » de Sylvain Tesson, récit du périple de l’auteur et ses compagnons de route Thomas Goisque, photographe, Cédric Gras, directeur du centre culturel français de Donetsk et deux amis russes, Vassili et Vitaly, en side-car, sur les traces de la Grande-Armée en retraite. Un tel récit sort du « scope » du blog ; nous vous invitons donc, pour en savoir plus, à vous reporter à cet article du blog ami « Guerres et Conflits ».  Nous rappellerons cependant que Sylvain a toute sa place ici, civil ayant une place particulière dans la littérature mili ; pour preuve, nous avons abordé deux de ses livres : « Haute Tension – Des Chasseurs alpins en Afghanistan » - avec Thomas Goisque et Bertrand de Miollis - et « D’ombre et de poussière », de nouveau avec Thomas. 

Barrera.JPG

Photo extraite de la vidéo réalisée par le SIRPAT 

En sus, une mention spéciale a été attribuée au Général Bernard Barrera, chef des forces terrestres au Mali, pour «  Opération Serval », éditions du Seuil.

L’accueil que nous a réservé le Général a été des plus sympathiques. Il avait déjà entendu parler du blog il est vrai, par le LCL Steve Jourdain, R22eR,  qui en avait fait la pub lors d’une rencontre au Québec. Mentionnons aussi que le Général a été chef de corps du 16e BC, ce qui créé des liens…

Barrera dédicace.jpg

Nous avons commencé à échanger et ce n’est qu’un début, puisque le Général sera présent au FILM de Saint-Cyr-Coëtquidan les 24 et 25 juillet prochains (et nous aussi évidemment).

IMG_1961.JPG

Et maintenant, notre rubrique « people » car vous savez à quel point nous aimons nous afficher, un peu fiers, aux côtés de nos soldats… 

IMG_1955.JPG

Avec l’Adjudant-Chef Jean-Claude Saulnier venu tout spécialement de sa belle Corse d’adoption (il est pourtant difficile de quitter Calvi…). Magnifique personne, toute en humilité. Du beau grand Légionnaire ! 

Notre  recension sur « Une vie de Légionnaire », éditions Nimrod, ici

DSC04919.JPG

Et nous avons même eu droit à notre cadeau Képi Blanc.

IMG_1951.JPG

Belles retrouvailles avec le Major Sylvain Favière, infirmier-para désormais réserviste, accompagné par Nathalie Léon, AS du 5e RHC de Pau. 

Un grand bonheur de revoir Sylvain, rencontré il y a trois ans déjà, l’un des premiers auteurs à avoir été abordé sur ce blog. Recension sur son beau et grave récit (car il aborde le syndrome de stress post-traumatique) « Ma blessure de guerre invisible »,  ici

IMG_1953.JPG

Le commandant Brice Erbland, 1er RHC, et Madame.

Un habitué ! Nous devons avoir 3723 photos avec Brice, donc pour une fois, le Commandant sans nous mais avec sa jolie épouse Marie-Charlotte. Notre recension sur « Dans les griffes du Tigre », éditions Les Belles Lettres, est ici

IMG_1949.JPG

Un autre habitué, le Chef de Bataillon Rémi Scarpa, Gaulois du 92e RI, adjoint du Général Barréra lors de l’opération Serval. Nous n’avons pas encore trouvé le temps d’aborder sur le blog son « Offensive éclair au Mali », éditions Pierre de Taillac, mais l’avons fait sur notre page FaceBook ici.

IMG_1957.JPG

Retrouvailles à nouveau, cette fois avec le CCH Emmanuel Gargoullaud, portant beau les trois fourragères du RICM. Nous avons abordé « Afghanistan en feu », éditions Economica, ici. A noter qu’Emmanuel finalise un manuscrit sur sa dernière OPEX, « Sangaris » (RCA). 

truchet.jpg

Le rayonnant Sergent-Chef Jocelyn Truchet, 13e BCA. Encore un habitué d’Une Plume pour L’Epée, donc vous avez droit cette fois à une photo avec une amie. Notre recension sur « Blessé de guerre », autoédité, est ici

IMG_1934.JPG

Belle brochette d'écrivains-combattants, n’est-ce pas. Et encore en manque-t-il : nous avons salué le Colonel Nicolas Le Nen, dont nous avons abordé le journal de marche en Afghanistan, « Task Force Tiger », ici,  et un regret : avoir aperçu au loin le Capitaine Nicolas Barthe, vétéran d’Afghanistan avec le 21e RIMa, désormais au RICM, auteur d’ « Engagé ». Mais hélas il a quitté la soirée avant que nous ayons eu le temps de l’aborder. Flûte. Présentation de son brillant récit, paru aux éditions Grasset, ici

IMG_1958b.jpg

Russe-blanc et Président des Sous-Officiers de la Légion

Doit-on vraiment préciser que nous avons passé une excellente soirée ? 

J 

IMG_1959.JPG

Nous renouvelons nos félicitations aux heureux lauréats et attendons désormais avec impatience le Festival International de Livre Militaire de Saint-Cyr-Coëtquidan  couplé au Prix des Cadets et au Triomphe.

Et notre leitmotiv : allez au-devant des soldats ; les occasions sont nombreuses : JPO, défilés, salons… Intéressez-vous à eux, à leurs missions, abordez-les, parlez-leur ! 

Vous pouvez aussi en profiter pour les remercier pour leurs actions, leurs sacrifices et ceux de leurs familles, les risques encourus au service de la France, à votre service...

 

 

 

 

 

 

22/05/2014

« Un prêtre à la guerre », padre Christian Venard, aumônier, Ed. Taillandier

Extraits et photos publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur. Droits réservés.

 

 

Dirigez-nous dans nos ténèbres. Soyez nos agents de liaison. Soyez nos célestes fourriers. Préparez-nous là-haut le cantonnement. Afin que, lorsque viendra l’heure décisive, l’heure H par excellence, nous puissions vous retrouver dans la lumière et dans la paix. 

Abbé Joseph Bordes, aumônier du 34e RI, fusillé par les Allemands en 1944

Discours à l’ossuaire de Douaumont

 

Ecrire un livre sur sa vie. Y avez-vous songé ? La démarche n’est pas anodine. Volonté de témoigner, de partager, de faire comprendre, voire de se comprendre… De vider son sac. Un peu de tout cela, certainement. Reste qu’il faut un élément déclencheur pour se lancer dans l’aventure.

Venard.jpg

Le padre Christian Venard, aumônier parachutiste, parle de « son » élément déclencheur au début d'Un prêtre à la guerre en ces termes : 

Le 15 mars 2012, l’horreur semée par Merah sur le sol montalbanais me touche de plein fouet (…) Cela fait un an et demi que l’essentiel de mon temps et de mon énergie est consacré à l’accompagnement des familles de nos camarades parachutistes tombés en Afghanistan : Morillon, Hugodot, Nunès-Patégo, Técher, Marsol, Gauvain, Guéniat, Tholy… Morts pour la France. Pour vous ce ne sont que des noms… Pour moi des visages dans des cercueils, des camarades connus vivants, des épouses, des mères et des pères, des enfants, des pleurs, des souffrances, des incompréhensions. Et quand je vois mourir dans mes bras deux camarades de plus en ce mois de mars, oui, d’une certaine façon la coupe devient trop pleine.

Oui, sans doute ces quelques larmes débordant de la coupe ont irrigué le terreau de la vie du padre, faisant germer les graines des souvenirs. Ils sont souvent dramatiques, hélas, ces souvenirs  - on n’accompagne pas ses camarades, ses fils soldats, vers leur dernière demeure, sans que le cœur ne saigne ; on ne tient pas la main d’Abel Chennouf, de Mohamed Legouad, ce funeste 12 mars 2012, sans tourner son regard vers le Ciel et demander « Pourquoi ? » - mais la vie est ainsi faite que la tragédie n’est pas omniprésente dans la vie du père Christian et Dieu soit loué ! Alors dans ce récit,  il y a aussi de beaux souvenirs, de beaux moments. On rit même de bon cœur devant ses facéties, car l’homme est taquin. On apprécie aussi son franc-parler, son « dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas », liberté de parole d’aumônier oblige.

Un livre profond, qui interpelle (quelles que soient ses propres croyances) et qui pose les bonnes questions.

IMG_0315.JPG

Nota : Le padre a beau être un jeune homme (il est de la génération du Chasseur… J), nous ne pouvons aborder toutes les phases de sa « carrière ». Trois focus donc : sa première OPEX au Kosovo (il existe bien trop peu de témoignages sur ce conflit « compliqué »…), sa dernière au Mali et sa mission, au combien importante et difficile, d’accompagner les familles endeuillées.

 

Kosovo – Le baptême du feu

venard6.jpg

Kosovo, à droite le padre Venard.

Les premières images du Kosovo et des villages brûlés sont restées gravées dans ma mémoire. A Mitrovica, ce sont les odeurs surtout qui s’impriment : celle de la mort, celles des cadavres d’animaux en putréfaction, celle du « cramé ». Comme dans une scène de film de guerre, la moitié de la ville brûle encore. Les flammes et la fumée se mêlent à la chaleur d’un été qui s’annonce étouffant. Je n’avais jamais vu une ville en feu à moitié détruite, ni de cadavres humains ou de carcasses de bêtes à l’abandon.

mit2.jpg

Manifestation d’Albanais, Mitrovica, 2011. Photo © Reuters

Face aux Albanais, la situation est pénible pour les soldats français. En permanence, des individus nous crachent dessus, nous insultent et nous avons interdiction de répondre. La situation est d’autant plus désagréable qu’en secteur serbe, nous sommes en général fort bien accueillis. Les Serbes nous apportent café, slivovitz, fromages  et fruits à profusion. Ils évoquent en toute circonstance la vieille amitié franco-serbe, les souvenirs de 1916 et les combats communs pour nous montrer qu’ils sont nos vrais amis au Kosovo. Il faut se mettre dans la peau du simple soldat, du sous-officier ou même de l’officier, confronté jour après jour sur ce pont de Mitrovica aux invectives des uns et à l’accueil chaleureux des autres pour comprendre combien il est difficile dans ces conditions d’assurer une mission d’interposition en toute neutralité.

AUT_0139.JPG

Au centre le padre venard

Tout est calme. En un éclair, un caporal-chef se jette sur moi en hurlant « roquette ! ». Sur le moment je ne comprends rien, j’entends juste ce hurlement. Plaqué au sol, je n’ai que le temps de lever la tête et de voir passer un engin volant en forme d’ogive qui s’avère être effectivement une roquette. Le projectile va exploser de l’autre côté du pont contre un véhicule blindé français. Nous ne déplorons ni blessé, ni mort. Avec cette première expérience du feu, je comprends que la peur se manifeste souvent après l’action. Dans l’instant, il est rare que l’on puisse réaliser l’importance du danger. Pour vraiment savoir ce qu’est la guerre, il faut l’avoir connue, comme l’affirment tant d’anciens. Le vrai courage ne vient qu’avec l’expérience du feu.

 

Mali – Le raid vers Tombouctou

MinDef mali.JPG

Mali, photo © Ministère de la Défense

Ce raid demeure un souvenir magnifique. Ce que nous vivons au cours de ces journées est mythique. Le métier de soldat n’est pas de prendre des risques pour le plaisir, mais il ne lui est pas interdit de se rendre compte du caractère exceptionnel de ce qu’il vit. Je ne crois pas que dans ma vie je referai le trajet Bamako-Tombouctou dans ces conditions, bien différentes du Paris-Dakar. Certains parachutistes râlent au cours de cette remontée, ce qui est le propre du soldat français. Pour les remotiver, je leur dis de songer qu’ils pourront raconter à leurs enfants qu’ils ont fait le trajet Abidjan-Tombouctou dans une Sagaie ou dans un VAB. Des accueils triomphaux nous sont réservés dans les villages et les petites villes. Les scènes de liesse et les signes de gentillesse se multiplient. Des gens viennent  nous offrir des fruits et nous dire combien ils nous aiment avec la simplicité et l’exubérance que l’on connaît en Afrique. Ce sont des moments très émouvants. Je suis doublement touché, non seulement parce que cette population se sent libre grâce à nous, mais aussi car il n’est pas si fréquent que l’armée française se fasse acclamer, y compris par sa propre population.

2013TMTZ01_004_013_030.jpg

Padre Venard à droite.

Ce mot de « terroriste » permet d’éviter la controverse qu’aurait suscité l’emploi du mot « islamiste », plus exact, mais qui induit une dimension religieuse que recherchent nos ennemis afin d’assimiler cette guerre à un retour des croisades. Eux aussi mettent en œuvre une stratégie en matière de communication et veulent présenter ces opérations comme une guerre menée par l’Occident chrétien (sic !) contre de courageux djihadistes qui n’aspirent qu’à pratiquer la charia sur leurs terres. Or ces fameux djihadistes que nous rencontrons au Mali sont des abrutis finis. « Ils sont très bêtes, ce sont de idiots ! » me confieront plusieurs femmes tombouctiennes ensuite. Ainsi m’a-t-on rapporté que peu après la chute de Tombouctou, un djihadiste arabe avait tué un djihadiste noir. Or la réponse du tribunal islamique temporaire à la famille de la victime qui réclamait une compensation financière fut de ne pas l’accorder car les « nègres », fut-il expliqué par les juges, étaient des esclaves. Cet épisode a suscité de fortes tensions chez les djihadistes. A peine arrivés, ils avaient réalisé la prouesse de se diviser.

 

France – Le porteur de mauvaise nouvelle

IMG_4237.JPG

La maman ou l’épouse sort avec un grand sourire. Mais quand elle aperçoit les bérets rouges, le sourire se fige : elle réalise (…) Pas besoin de paroles. C’est l’effondrement. Et c’est très dur à vivre car nous avons l’impression d’être nous-mêmes coupables de ce que nous annonçons, d’autant plus que la personne endeuillée réagit comme si tel était le cas. Nous essayons d’apporter de l’affection, de la compassion, de l’amour à ces personnes et leur première réaction est de nous rendre responsable du drame. C’est normal. Il nous faut l’accepter, mais c’est très douloureux, presque un coup de poignard. Dans la Bible, le porteur de mauvaises nouvelles est tué car il est la mauvaise nouvelle.

la-compagne-enceinte-du-caporal-abel-chennouf.jpg

Obsèques d’Abel Chennouf. Sa compagne enceinte de 7 mois. Photo P. Pavani/AFP 

Nous ne pouvons pas dire grand-chose lors de cette première rencontre. Dans les familles, la réaction de déni s’appuie sur de nombreuses explications : « Ce n’est pas possible : je lui ai parlé hier soir », « Ce n’est pas possible car j’ai reçu une lettre de lui ce matin », « Ce n’est pas possible car il m’avait dit qu’il reviendrait ». Ces phrases n’ont l’air de rien mais quand un époux dit à son épouse : « Je reviendrai », je trouve cela infiniment touchant et beau. Quand une épouse est capable de dire « Ce n’est pas possible, il a dit qu’il reviendrait » c’est une preuve poignante de la force de l’amour humain. 

Abel Chennouf montauban.jpg

Obsèques d’Abel Chennouf. A gauche le padre Kalka - à droite le padre Venard. Photo P. Pavani/AFP.

Alors je L’interroge : « Seigneur, je ne te comprends pas. Toutes les questions que l’on me pose, je ne sais pas y répondre. Comment puis-je faire alors que Tu n’es pas là Seigneur ? » Il est pourtant là, sans aucun doute, mais il m’arrive de Lui en vouloir. Je ne peux absorber ces décharges émotionnelles sans que cela ne m’atteigne dans ma fonction ; cela signifierait sinon que j’ai perdu ma part d’humanité. Il me faut donc vivre avec ces moments de révolte et d’incompréhension et les surmonter.

 

Montauban – Il faisait beau, ce jour-là…

sur-les-lieux-du-crime-hier-des-habitants-de-montauban-continuaientde-deposer-bougies-et-bouquets-de-fleurs-les-parents-du-caporalabel-chennouf-25-ans-et-sa-compagne-ence.jpg

Montauban. Photo Pascal Pavani/AFP

Une infirmière du régiment, à peine revenue d’Afghanistan, est à mes côtés. Il faut presque la tirer en arrière pour la faire renoncer au massage cardiaque qu’elle pratique en vain. Je prends alors la main encore chaude de Legouad et je suis à nouveau habité par le sentiment qu’il est encore là. Comme pour Chennouf, ni sa mère, ni sa copine, ni son père ne sont là avec lui en ce moment ultime. Et je me dis en mon for intérieur « Tu n’as que moi, ton padre, mais je suis ton padre ». La prière vient ensuite. Plus tard, après avoir découvert qu’il était musulman, je dirai à son père que j’espérais qu’il n’était pas gêné de savoir que c’était un prêtre catholique qui avait accompagné son fils avec des prières catholiques. Et il m’a répondu : « Ah non. Allah est grand ».

***

padre.jpgChristian Venard nait en 1966 dans une famille d’officiers. Fils de Saint-Cyrien, petit-fils  de Légionnaire, ce n’est pourtant pas vers le métier des armes qu’il s’oriente. Etudiant entreprenant, il fonde une PME, mais répondant à l’Appel, il abandonne le business et entre au séminaire à Rome en 1992. Il est ordonné prêtre en 1997. Peu porté vers la vie de paroisse, il rejoint l’armée en 1998, comme aumônier de la 11e Division Parachutiste. Il participe aux principales OPEX de l’armée française, Kosovo, Liban, Tchad, Afghanistan, Côte d’Ivoire, Mali, attaché notamment aux 14e RPCS,  3e RPIMa, 1er RHC, 3e RG, 1er RCP, 12e RCuir, 501-503e RCC… Après un passage comme aumônier de l’ESM il rejoint le 17e RGP de Montauban. Le 15 mars 2012, entendant les coups de feu de la cour du quartier, il rejoint la scène du drame et accompagne Abel Chennouf et Mohamed Legouad vers leur dernière demeure.

Je songe à une chanson de Barbara : Le mal de vivre. Comme elle, certains matins, en me levant, je sens une pesanteur et une tristesse en moi, venues des épreuves subies, ou de la tristesse que je vois chez les autres. D’autres matins ou d’autres soirs, j’ai le sourire aux lèvres et la joie de vivre. Parfois, je trouve que ce fardeau est lourd, parfois infiniment trop lourd. La foi chrétienne n’est pas un euphorisant. C’est tout le paradoxe du chrétien et plus encore du prêtre qui doit entrer pleinement dans la pâte humaine, avec tout ce que cela implique de souffrances et de pesanteurs, afin d’en devenir le levain. Dans ces conditions, je n’ai pas le droit de baisser les bras. Quelque-chose au fond de moi me dit que si je ne me lève pas pour aller rejoindre l’autre, je ne correspondrai pas à ce que le Christ lui-même a fait, rejoindre l’humanité, et à la charge qu’Il m’a confié, être l’un de ses instruments.

 

***

118.JPG

 Rencontre avec le padre Venard au salon des Ecrivains-Combattants 2013. Photo CCH Emmanuel Gargoullaud, auteur de « L’Afghanistan en feu » et photographe bénévole pour Une Plume pour L’Epée J

 

VENARD.jpg

Prix 18,90€ - ISBN 979-10-210-0175-6 – Format 21,4x14,4 304 pages.

editeur.JPG

Aux éditions Taillandier.

Disponible ici.

« Un prêtre à la guerre » est écrit en collaboration avec Guillaume Zeller, journaliste et historien, petit-fils du GAL André Zeller

***

Bibliothèque « Les aumôniers »

(non exhaustif)

aumoniers bibli.jpg

***

 

lastscan1.jpg

Hommage

Aux Paras, Sapeurs paras,  Paras colos, Légionnaires paras, Chasseurs-paras, Cavaliers paras, Artilleurs paras, Tringlots paras, Infirmiers paras, Paras de l’Air, Commandos Marine, Gendarmes paras, Aumôniers morts pour la France,

Aux blessés,

 

A l’ICS Thibault Miloche, 126e RI, ami du padre Venard, mort pour la France en Afghanistan,

 

Aux CCH Abel Chennouf, CAL Mohamed Legouad, 17e RGP,  ADJ Imad Ibn Ziaten, 1er RTP, morts pour la France, 

A Jonathan, Aryeh, Gabriel Sandler et Myriam Monsonégo assassinés  à Montauban,

Au CAL Loïc Riber, 17e RGP. Nous sommes pas le cœur et l’esprit à ses côtés dans son combat.

 

« Seigneur, malgré-tout, apprenez-moi à aimer ».

Padre Christian Venard, homélie pour les obsèques d’Abel Chennouf.

 

IMG_0340.JPG

Remise du béret rouge amarante par le padre Venard

Les militaires ont besoin d’une forme de reconnaissance. Ils doivent savoir que leur action n’est pas vaine, que les sacrifices de leurs camarades ne sont pas inutiles. Mais l’évolution globale de notre société l’amène à ne pas reconnaître ces héros parce qu’elle en a choisi d’autres. On devient plus facilement un héros en tapant dans un ballon pour des dizaines de millions d’euros par an, qu’en tombant pour son pays au fin fond de l’Afghanistan pour une solde réduite.

 Il y a là un désordre.

Padre Christian Venard