Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2013

"Une vie de Légionnaire", ADC Jean-Claude Saulnier, 2ème REP, Ed. Nimrod

Extraits et photos publiés avec l'aimable autoristation de l'auteur et des éditions Nimrod. Droits réservés. 

 

Et le temps passera. Ces hommes, anonymes sous le képi blanc, continueront de défiler majestueusement et de se battre comme ils l'ont toujours fait, relevés par d'autres hommes au même képi blanc, ayant toujours dans les yeux le reflet de cette foi intérieure qui ennoblit la Légion.

Maréchal Juin

 

Il y a des jours comme ça.

Vous êtes au bureau. Vous jetez un coup d'œil à la fenêtre. Ah ! Le soleil brille enfin ! Votre téléphone sonne. Vous ne connaissez pas le numéro. Vous décrochez.

"- Bonjour Monsieur, Jean-Claude Saulnier à l’appareil.

- ...??!?! Adjudant-chef Saulnier ?

- Mais oui.

- …"

Adjudant-Chef Saulnier, 2ème REP, infirmier, président des Sous-Officiers, Chevalier de la Légion d’Honneur, 34 ans de Légion, du saut sur Kolwezi à L’Afghanistan. Waouh !

Et puis... nous avons parlé une heure, des Légionnaires bien sûr, de ces em* de Chasseurs, du Mali, de nos arrière-grands-pères en 14, du retour des GI du Vietnam, du Service militaire et de ses bienfaits... et d'une bière...

L’impression de se connaître depuis toujours et que le soleil ne brille pas que dans le ciel.

Saulnier.jpg

« Une vie de légionnaire », nouvel opus de nos amis des Editions Nimrod, qui, décidément, n’ont que de bonnes idées. Ce livre est le résultat d’une collaboration entre l’ADC Jean-Claude Saulnier et Pierre Dufour, écrivain et journaliste, spécialiste de la Légion, qui brosse une histoire extrêmement précise du 2ème REP de 1977, date de l’engagement de Jean-Claude, à son adieu aux armes en 2011.

De par la densité du livre (400 pages…), cette chronique n’est qu’un humble résumé, parti-pris de votre serviteur.

soral-julien.jpg 

Engagement sous le nom de Julien Soral

Né à Châtellerault, aîné d’une fratrie de 3 garçons, hélas orphelin de père à 5 ans, Jean-Claude Saulnier n’a pas, a priori, la vocation militaire. Il effectue son service à la 153ème CLRM puis tente sa chance dans le civil comme chaudronnier.

Pas de vocation militaire donc, et pourtant, lassé des jérémiades de ses concitoyens :

Je suis parti, car les gémissements des gens me tuaient à petit feu.

1977, Engagement, Fort de Nogent

 

Et c’est pour la Légion qu’il opte, convaincu par un Adjudant-Chef recruteur qui évoque une vie d’aventure, d’action et de camaraderie.

La Légion, dont il découvre bien vite les spécificités….

[Le médecin] m’a demandé si je buvais.

« - Oui, Normalement.

-         C’est-à-dire ?

-         Bah, deux ou trois bières.

-         Caisses ?

-         Mais non, canettes ! »

Visite médicale, Aubagne

 

C’était une véritable fourmilière, sans cesse en mouvement, jour et nuit. Jusqu’au grade de Caporal, les gens courraient partout. On avait l’impression qu’il fallait être cadre ou permanent pour avoir le droit de marcher. Une cour de récréation pour adultes.

Ce qui m’a le plus frappé, ce sont les fenêtres ouvertes en plein mois de novembre. J’ignorais encore que les chambrées étaient chauffées par des poêles à mazout qu’il fallait éteindre à 22 heures, et qu’on ouvrait les fenêtres le matin jusqu’au retour du sport, quel que soit le temps. 

Nous avons appris à prendre soin de nos pieds et de notre corps, percer les ampoules avec un fil trempé dans le permanganate, casser les rangers à coups de marteau pour les assouplir. Certains urinaient même dedans.

1977, Instruction, Castelnaudary

DSC00228b.JPG

Le 2e REP à Calvi, 1978

Son instruction à Castelnaudary n’est pas une sinécure, mais le fameux mens sana in corpore sano s’applique bien à Jean-Claude, et la récompense de tant de sueur, d’ampoules, de courbatures, de grimaces et de serrements de dents l’attend au bout du chemin :

Puis l’ordre a retenti : « Coiffez vos képis blancs ! ». Pendant quelques secondes il y eut un moment d’émotion, puis nous nous sommes coiffés de ce képi pour lequel nous avions fourni tant d’efforts.

Jean-Claude opte pour le 2ème REP de Calvi. Il est vrai que cumuler le prestige du Légionnaire à celui du Para…

DSC00228.JPG

Calvi, Saut d’entrainement, 1978

C’est à Calvi que se forgeait désormais l’esprit para du Légionnaire. C’est aussi à Calvi que se trempait l’âme du régiment.

1978, 2ème REP, Calvi.

  

DSC00229.JPG

Entraînement LRAC, lance-roquette-anti-char

Et c’est toute la vie du Légionnaire que nous dévoile le livre, y compris dans ses aspects les plus cocasses…

On allait aussi au Pouf, le bordel militaire de campagne. Bien sûr pour les filles, mais aussi pour passer un bon moment. Il existait un jeu entre compagnies. Quand l’une était au Pouf, une autre envoyait le plus jeune pour chercher de la bière après l’appel.

Rien d’extraordinaire, direz-vous, si ce n’est qu’une concurrence, certes amicale mais très  « virile », régnait entre les compagnies. Lorsque l’une d’elles  était au Pouf, les autres y étaient persona non grata. De ce fait, l’arrivée du p’tit jeune au bordel était sanctionnée à coups de poings…

Le pauvre « bizut » avait deux options :

- Se faire casser la tête, revenir sans bière, et être accueilli par le mépris des caporaux de sa compagnie,

-  Se faire casser la tête, et revenir avec la bière. RAS.

L’expérience aidant, l’idée était de cacher deux ou trois caisses de canettes dans le maquis et de s’affranchir ainsi… du cassage de tête au Pouf !

Et puis… A peine un an dans la Légion, et Jean-Claude entre dans l’histoire.

saulni20.jpg

Kinshasa, avant le saut sur Kolwezi  

Dès l’indépendance du Congo belge en 1960, la région du Katanga, riche en matières premières stratégiques, manifeste violement son désir d'autonomie. En mai 1978, une nouvelle révolte, soutenue par le bloc soviétique, se dresse contre le pouvoir central de Kinshasa. Plusieurs milliers de  rebelles, bien armés, encadrés par des conseillers cubains, investissent Kolwezi où résident près de 3000 Occidentaux. 

Blancs et noirs font face à la mort. Les minutes comptent double. Des européens sont abattus comme des chiens à certains endroits de la ville. Kolwezi est livrée aux pillards. 

La Belgique, ancienne puissance coloniale, tergiverse quelque peu, la France, elle, percute !

Jean-Claude décolle vers un saut qui marquera l’histoire du XXème siècle. 

19 mai 1978

A 15 heures, un grondement d’avions se fait entendre au nord de la ville, au dessus de l’ancien aérodrome. Les corolles blanches des parachutes s’ouvrent dans un ciel de plomb. Parmi les africains, une rumeur se répand : Ce sont les Cubains qu’on attend ! Mais les Européens savent que c’est le salut qui vient du ciel…

2erep-kolwezi.jpg

Le 2e REP saute sur Kolwezi -Photo © 2ème REP  

La descente a été pénible et m’a paru très longue (…) Des rafales d’armes automatiques ont été tirées à partir de la lisière nord de la ville et de la voie ferrée située à l’est de la zone de saut. La densité de la végétation autour des villas de l’ancienne ville ne permettait pas de situer l’origine des coups de feu, mais leur imprécision ne provoqua aucune perte. Il est néanmoins désagréable d’être une cible impuissante. Un vrai pigeon d’argile.  

Hélas Jean-Claude se blesse à l’atterrissage, mais le courageux jeune-homme n’a pas l’intention d’abandonner les copains. Il sert les dents  et marche.

Legion-Etrangere-OPEX-Kolwezi-0029.jpg

Déploiement du 2ème REP à Kolwezi. Photo © AALE

C’est un voyage au bout de l’horreur qui commence alors pour les Légionnaires. Partout ce ne sont que des rues désertes parcourues par des meutes de chiens errants qui s’attaquent aux innombrables cadavres abandonnés à même le sol, des voitures calcinées, des tas d’immondices devant les maisons pillées. L’odeur âcre prend à la gorge. Des essaims de mouches tourbillonnent et s’acharnent sur les corps mutilés, gonflés, hideux.

En quelques heures, le bilan du 2ème REP est éclatant. L’effet de choc des troupes d’assaut a été déterminant et a bousculé l’ennemi.

21$2$kol-9675b.jpg 

Photos © AALE

Au bout de quelques jours cependant, la douleur devient insupportable et Jean-Claude peine à marcher. Constat (et engueulade) du médecin : le pied est gonflé et noir comme la ranger ! Double fracture malléolaire et fissure du talon. Jean-Claude est rapatrié. Devoir accompli.

slide0010_image007.jpg

Défilé du 2ème REP à Kolwezi. En tête le Colonel Erulin (1932+1979) photo © famille Erulin

L’opération « Bonite » est un succès incontestable, mais le bilan est lourd :

5 tués et 20 blessés au 2ème REP, 6 disparus de la mission française, 1 para belge tué, 11 tués et 8 blessés parmi les parachutistes Zaïrois, sans compter les autres militaires de Kinshasa.

On estime à 170 le nombre de civils blancs massacrés, ainsi que 700 africains.

Les rebelles Katangais ont perdu 250 des leurs et sont en déroute.

2700 Occidentaux sont sauvés par l’opération.

DSC00234.JPG

1984, Jean-Claude est nommé Sergent 

On le voit, il y a du courage et de la volonté chez cet homme, tout comme une grande part d’humanisme, et c’est, assez naturellement, que Jean-Claude s’oriente vers le rôle d’infirmier.

Mais il reste bel et bien un Légionnaire avant tout, au grand dam des élèves de l’école de santé d’Orléans, appartenant à d’autres corps, pour au moins un aspect : 

Nous nous sommes intégrés sans problème dans un monde nouveau pour nous, mais d’un autre côté nous cultivions notre différence, qui se manifestait  par le pas Légion, ce qui fait que nous étions toujours en retard sur le pas des autres quand il s’agissait de marcher en rang. Finalement, le chef de stage a renoncé et nous étions préposés aux couleurs, au grand désespoir des autres, qui trouvaient que nous mettions beaucoup trop de temps pour faire le trajet jusqu’au mat…

1983, Ecole du Service de Santé, Orléans 

DSC00221 (2).JPG 

Assistance médicale en Centrafrique, 1982

Jean-Claude va partager la vie du 2ème REP multipliant les OPEX, en particulier en Afrique, terre de prédilection des Légionnaires : Centrafrique, Tchad, Gabon, Djibouti...

DSC00237.JPG

Jean-Claude Saulnier à l’entraînement à Djibouti 

Nous avons subi une violente tempête de sable comme on en voit dans les films. Nous nous sommes arrêtés, nous avons enfilés nos ponchos et courbé l’échine en attendant que cela passe. Quand la tempête a été terminée, on ne voyait plus de la section que quelques petits monticules de sable qui commençaient à s’ébrouer.

1980, Djibouti

DSC00230.JPG

Centrafrique 

Arrivés à proximité d’un village, nous avons vu un petit vieux sur le bord de la route, debout au garde à vous, toutes ses médailles pendantes. C’était un vétéran de la seconde guerre mondiale qui avait appris notre arrivée. On ne sait comment. Le Lieutenant a fait arrêter le convoi et a salué régulièrement l’ancien.

1984, Centrafrique

Puis vient le temps des forces d’interposition. Concept quelque peu angélique imposé par les politiques ; missions compliquées, frustrantes pour les militaires. Liban, Bosnie, Côte d’Ivoire… goût amer pour nos soldats.

USMC-Lebanon82-12.jpg

Marines du 32d MAU et légionnaires du 2e REP pendant l'évacuation des troupes de l'OLP de Beyrouth, photo © 2ème REP

Quand la nuit est tombée, nous avons eu droit à un son et lumière impressionnant. Dans tous les coins de la ville, nous voyions des départs d’armes lourdes, des traçantes dessinant des serpentins qui zébraient l’obscurité, tandis que le staccato des armes automatiques était ponctué de détonations assourdissantes. L’Ouest répondait à l’Est, avant que le Nord n’entre dans la danse et que le Sud s’en mêle.

1982, Liban

DSC00232.JPG

Jean-Claude Saulnier, poste avancé à Nevesinje, Bosnie 

Un bosniaque passait son temps à tirer sur les antennes du PC. De temps en temps, il parvenait à en couper une. (…) Dans ce cas, l’ADC Deptula venait me chercher à l’infirmerie pour monter sur le toit. Nous commencions à réparer l’antenne et là, nous entendions des balles se planter à quelques mètres de nous. (…) Les tirs se rapprochaient à 3 mètres, puis 1 mètre… Quand c’était très proche, nous décrétions que c’était l’heure du café et descendions du toit. Après cette pause, nous remontions pour finir le travail.

(…) Ce qui est sûr, c’est que le Bosniaque n’avait pas l’intention de nous tuer, car nous faisions des cibles faciles.

1992, FORPRONU, Bosnie 

550857242 CdI.jpg

Légionnaires du 2ème REP en Côte d’Ivoire, Photo © 2ème REP 

J’ai pris une rafale de Kalachnikov que j’ai évitée d’un roulé-boulé derrière un talus. J’ai lâché à mon tour une rafale et j’essayais de voir d’où provenait le tir. Encore deux ou trois rafales qui ont tapé à 10 ou 15 cm, mais je ne voyais pas le tireur. J’ai lâché encore une longue rafale et j’ai dégagé de ce coin malsain.

2002, Côte d’Ivoire

2eme REI.jpg

Légionnaires sous casques bleus – ici du 2ème REI, Bosnie. Photo © AALE

Nous avons pris conscience qu’un casque bleu, c’était un peu la palombe du coin.

1992, FORPRONU, Bosnie

Et cependant, Jean-Claude Saulnier reste philosophe…

J’ai vu un grand-père assis sous un arbre très feuillu. Je me suis approché et lui ai demandé comment s’appelait cet arbre. Il m’a dit : « C’est un arbre à ombre ». J’ai trouvé la réponse empreinte d’une grande philosophie.

2002, Côte d’Ivoire

DSC00236.JPG

Sur les sentiers du GR20

Désormais marié à Marylin, père de 4 enfants, on pouvait penser que la carrière de l’ADC Saulnier se déroulerait sereinement, sous le beau ciel de la Corse qu’il aime tant. D’autant plus que vient le temps des honneurs…

Reconnu par ses paires, il est élu Président des sous-officiers. Le rôle lui va comme un gant : accueil des nouveaux sous-off’, rappel des traditions et des us et coutumes, interface avec les officiers, et surtout soutien aux hommes en difficulté, tant d’un point de vue personnel que professionnel. Bel hommage de ses camarades, et sans aucun doute l’homme de la situation.

Mais… 11 septembre 2001, le monde entier regarde sa télévision avec effarement, et voici notre Adjudant-Chef de nouveau en campagne : direction le pays de l’insolence…

DSC00226.JPG

ADC Saulnier, GAL Townsend (101st Airborne), COL Bellot des Minière (CDT 2ème REP)

Nous résumerons la dernière campagne de Jean-Claude par ces deux phrases : 

Il est très dur de faire du social aujourd’hui avec des gens qui tireront sur vos camarades demain. 

La rébellion afghane est comme l’hydre de Lerne. On coupe sa tête, il en repousse deux.

2010, Afghanistan  

Et puis un jour de 2011, qui vient certainement bien vite pour Jean-Claude, bien trop vite même : l’adieu aux armes.

saulni17.jpg

2011, L’adieu aux armes, photo © 2ème REP 

Trente et un ans de joies et de coups de chien, l’épanouissement d’une vie d’homme et de sous-officier au sein d’une institution militaire sans égale au monde...

* * *

A la lecture de « Une vie de légionnaire », ce qui m’a frappé, outre évidemment la carrière exceptionnelle de Jean-Claude Saulnier, c’est sa formidable humilité.

Tentez l’expérience, dites-lui : «  Vous êtes une légende vivante du 2ème REP, c’est un honneur de vous rencontrer », il vous répondra à coup sûr : « Arrête tes conneries ».

Il n’y a là aucune fausse modestie, c’est simplement l’âme du personnage, et cela en fait toute la grandeur. De la part d’un Légionnaire, ce n’est certes pas surprenant.

Le 29.9.2005, lors de la prise d’armes de la Saint-Michel, j’étais fait Chevalier de la Légion d’Honneur (…) La première question que je me suis posé a été : « Pourquoi moi » ?

DSC00224.JPG

Saint-Michel, 29.9.2005, remise de la Légion d’Honneur par le GAL Dary

« Par son courage au feu et ses qualités d’infirmier au combat, a contribué personnellement à la sauvegarde de vies françaises.

Mérite d’être cité en exemple. »

24.5.2004, extrait de la citation à l’ordre de la division, Général d’armée Bentégat, Chef d’Etat-Major des Armées

* * *

ach_sa10.jpgNé en 1954 à Châtellerault, Jean-Claude s’engage en 1977 et rejoint le prestigieux 2ème REP de Calvi. Sa première mission de guerre fait date : le saut sur Kolwezi. Infirmier au combat, il participe à l’essentiel des opérations extérieures : Zaïre, Gabon, Centrafrique, Tchad, Djibouti (dont un déploiement avec le 13ème DBLE), Liban, Guyane (avec le 3ème REI), Bosnie, Afghanistan... En 2006, il est élu par ses paires Président des Sous-Officiers. Fait chevalier de la Légion d’Honneur en 2005, médaille militaire, trois citations, il poursuit sa carrière d’infirmier dans le civil. Amoureux de la Corse, sa terre d’adoption où il vit toujours, Jean-Claude est marié à Marylin et père de quatre enfants. Et c’est un chouette bonhomme !

Pierre Dufour, écrivain et journaliste spécialisé dans l'histoire militaire, a été chef du secrétariat de rédaction du mensuel de la Légion étrangère Képi blanc. Il est l'auteur de nombreux articles dans des revues françaises et étrangères et de plus de quarante ouvrages historiques et militaires consacrés à l'ancien empire colonial français, dont "La France au Levant", "La Légion en 14-18" et "Les Bat' d'Af".

* * *

Soutenez les éditeurs qui soutiennent nos troupes : Editions Nimrod 

Pour commander le livre, voir ici

* * *

insigne_2rep.jpg 

Hommage

Aux Légionnaires-Parachutistes du 2ème REP morts pour la France, 1977-2013

Zaïre

Sergent-chef DANIEL, Caporal-chef ALLIOUI, Caporaux ARNOLD et HARTE, Légionnaire CLÉMENT. 

Djibouti

Catastrophe aérienne du mont Garbi, morts en service aérien commandé. 

Capitaine PHILIPONNAT, Sergent-Chef STORAI, Sergents DORE, POMMIER et WOUTIER, Caporaux OEHLMANN, OLETTA, PELTON, SIMONET, BURGRAFF, 1ères Classes BEAUTEMPS, BETON, KERTY, ZASSER, Légionnaires BUZUT, DEPIERRE, FALAUT, GALVES, GORDON, GUNES, LEON, LIMA DA SILVA, LUANG, SENDERS, THIU-SAM, VELMAR.

Accompagnés de :

Capitaine  CHANSON et Caporal LAURIOL, 13ème DBLE,

Commandant DALMASSO, Capitaines COUILLAUT, TADDEI et DEMANGE, Adjudant-Chef DAENINCKX, ETOM 188, Armée de l’Air,

Capitaine DROULLE, EMIA/FFDJ,

Maître GLOANEC, Commando Jaubert. 

Bosnie

Légionnaire BENKO.

Congo-Brazzaville

Caporal GOBIN.

Afghanistan

Sergent RYGIEL, Caporal-Chef PENON, Caporal THAPA, Légionnaires de 1ère Classe HUTNIK et JANSEN.

Mali

Sergent-chef VORMEZEELE

A tous les Légionnaires-Parachutistes du 2ème BEP/2ème REP morts pour la France,

Aux blessés. 

* * *

1rep_insigne.jpg

Hommage au 1er REP

Non, rien de rien, non, je ne regrette rien

 

Avec le salut fraternel du Chasseur et de la Russe-blanc aux Képis blancs-Bérets verts ! 

 

Nous sommes les hommes des troupes d’assaut,

Soldats de la vieille Légion.

Demain brandissant nos drapeaux,

En vainqueurs nous défilerons.

Chant du 2ème REP.

DSC00233b.JPG

ADC Saulnier et GAL McChrystal, commandant la force internationale en Afghanistan, 2009-2010.

-         Que penses-tu de toutes ces années à la Légion ?

-         Mon Général, vous me donnez 35 ans de moins, et je recommence. 

L’ADC Saulnier au Général de Saint-Chamas,

COMLE (Commandant de la Légion Etrangère).

 

legion-saute-sur-tombouctou-harfang.jpg

28 janvier 2013, les Légionnaires-Parachutistes sautent sur Tombouctou. 

« More Majorum »
À la manière des anciens.

Devise du 2e REP. 

C’est moi qui rêve, pense l’ancien. Donne-moi tes vingt ans. Donne-moi ta place. Prends mes médailles. A toi les honneurs, à toi la gloire. Donne-moi tes missions impossibles, donne-moi tes pitons à conquérir, ton adjudant à supporter, la jungle à traverser. Donne-moi encore l’occasion de chanter avec les copains, de tomber en route, ou vaincre au combat.

Pierre Sergent, 1er REP.

 

 

 

 

 

Livre, récit biographique d'un Légionnaire, 2e REP, Kolwezi

Commentaires

bon bouquin quoi qu'un peu trop technique et touffu pour quelqu'un n'ayant jamais porté le képi blanc, faut s'accrocher un peu...

Écrit par : requette | 25/06/2013

Répondre à ce commentaire

Tout a fait d'accord. Il y a deux entrées dans ce livre, la partie historique très fouillée sur le 2ème REP de Pierre Dufour, mêlée au récit souvent cocasse de l'ADC Saulnier.
Pour ceux qui souhaiteraient se concentrer sur la vie de légionnaire-para, en s'affranchissant un peu des aspects historiques, je conseille "Combattants sans passé" du Sergent Robert Markus ou "La Légion" de l'Adjudant Thomas Gast. L'un comme l'autre feront l'objet de prochaines chroniques.
Reste que les trois livres sont complémentaires et de ce fait indispensables dans toute bonne mili-bibliothèque.

Écrit par : LP&L'E | 25/06/2013

Répondre à ce commentaire

Certes, ai commandé "La légion" de Thomas Gast dernièrement, vais le commencer, m'a l'air nettement plus accessible...
Dans le genre classique, "Je ne regrette rien" de Pierre Sergent reste bien entendu aussi un incontournable...
Bien à vous.

Écrit par : requette | 25/06/2013

Absolument. Incontournable.

Écrit par : LP&L'E | 25/06/2013

Bonjour,
étant militaire belge et en recherche de l'histoire militaire je recherche le pourquoi dans la chanson "le boudin" le passage ou il est dit" qu'il n'y a plus pour les belges car ce sont des tireurs au cul".
Bien à vous
et merci d'avance pour l'explication historique de cette chanson.

Marc Caekebeke
Adjudant
Belgium Army

Écrit par : caekebeke | 04/10/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour mon Adjudant,

Je vous avoue que cette phrase m'a longtemps intriguée moi aussi... Bien évidemment, n'y voyez aucun mépris envers les combattants belges. L'histoire a démontré leur valeur (*).

Comme souvent dans le cadre des traditions militaire, l'origine du Boudin est floue, et les interprétations diverses.
La musique aurait été créée au milieu du XIX° et reprise sous le 2nd Empire comme marche du Régiment Etranger par son chef de musique Wilhelm.
Les paroles ont certainement fluctué suivant l'imagination des Légionnaires. La phrase sur les belges ne serait qu'une "pique" envoyée à votre Roi, qui aurait demandé à ses sujets de ne pas s'engager dans la Légion, lors de la guerre Franco-Prussienne de 1870, alors qu'Alscaciens, Lorrains et Suisses la rejoignait en masse. Les paroles sont restées, un peu comme si nos amis américains continuaient à appeler leurs frites des "Freedom fries"...

Evidemment, je ne suis pas un spécialiste de la question et il y a certainement d'autres hypothèses, mais celle-ci me semble tout à fait cohérente.

Avec mon salut fraternel aux soldats belges.

AB

(*) Et nous nous souvenons que la Belgique est le seul pays européen a avoir envoyé des hommes au Mali dès le début des opérations, sur le terrain, sous forme d'un hôpital de campagne.

Écrit par : UPpL'E | 05/10/2013

De la part de l'ex-Caporal-Chef CHRISNACH (13ème DBLE Djibouti 1997) Pour l'ADC SAULNIER, Mes respects mon Adjudant-Chef, vous étiez un S/OFF Légion de grande valeur de surplus de très bonne culture, j'ai gagner à vous connaître à l'Escadron de Reconnaissance OUEHA/DJIBOUTI/13°DBLE en 1997. Nous resterons toujours Légionnaire dans l'âme et l'esprit. LEGIO PATRIA NOSTRA. Tous mes respects Légionnaire.

Écrit par : CHRISNACH | 06/10/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Caporal-Chef,
Merci pour votre message, que je transmets de ce pas à l'ADC Saulnier.
Bien cordialement,
AB

Écrit par : UPpL'E | 06/10/2013

salut saulnier 1981-1984 infirmier 2 eme R E P avec toi .fini 1996 . devais etre affecte 4 eme cie . mont garbi. operation epervier medecin chef tomas . eliportages evasan . 17 R G P .AURAI PLAISIR A TE SERRER LA LOUCHE. MONSIEUR LEGIONNAIRE ZINA-RAGGOUA 2 PLACE DE BRETAGNE LES GEAIS N 3 54500 VANDOEUVRE LES NANCY . TEL: 0763335827. LEGIO PATRIA NOSTRA .

Écrit par : zina-raggoua j bruno | 01/04/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre message. Je viens de le faire suivre à l'ADC Saulnier.

Écrit par : UPpL'E | 01/04/2014

A l'ADC Saulnier, bonne route à vous et tenez bien la barre. Amical bonjour, un salut de ma part au major Rodet lowet. Amicales salutations. F. Alvarez.

Écrit par : alvarez Francisco | 16/06/2014

Répondre à ce commentaire

Message transmis !

Écrit par : UPpL'E | 16/06/2014

bravo. je ne pensais pas te retrouver écrivain.On a souvent vadrouillé ensemble.si tu te souviens de Velasquez c’était mon nom a l’époque, infirmerie,Liban,Centrafrique

Écrit par : vidinha | 12/07/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre commentaire. Nous l'avons fait suivre à l'ADC avec vos coordonnées.

Écrit par : UPpL'E | 12/07/2014

Magnifique document. Dans la continuité de la grande Histoire de la Légion, ce vécu égale en qualité le tout aussi magnifique "Par le sang versé" de Bonnecarère. On y retrouve aussi la sincérité de Pierre Sergent. C'est un grand livre sur la Légion qui devrait avoir sa place dans les bibliothèques universitaires. Avec toute l'admiration d'une ex journaliste, passionnée par l'Histoire et les Hommes de la Légion devenue... secrétaire d'une amicale.

Écrit par : Jacky SAINT-MAURICE | 31/08/2014

Répondre à ce commentaire

Merci Jacky. Nous avons fait suivre votre sympathique commentaire à l'ADC.

Écrit par : UPpL'E | 03/09/2014

Salut l'ancien,
Bonne route sur ce chemin que tu continues de suivre.Il a moins "d'embuches" et seras moins "sinueux" que la première partie.
Bon vent et à bientôt au camp Raffalli...la Saint Michel approche.
Avec toute mon amitié.
Laurent

Écrit par : MORANDINI | 03/09/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre commentaire, que nous faisons suivre de ce pas à "l'ancien" :)

Écrit par : UPpL'E | 03/09/2014

Salut Camarade .une sacre vague a passee tu te souviens peut etre pas de moi j'etais dans l'equipe pentathlon avec MJR EDIGER,DAPON SMENIUK,LAI CHI KONG.
APRES MUTE A LA 3 JE SUIS ARRIVE EN FEVIER 71. je suis en contact avec tony ESTEVES ANCIEN CRAP LA BANDE A JOLIVET NOUS FORMION LE QUATOR .
TU ES UNE MAUVAISE GRAINE TU AS MAL FINI TU AURAIS DU FAIRE PARTI DES VIEUX C/CHEF.C'EST POUR RIRE.QUE DEVIENS TU??SI TU AS UN SKYPE ON PEUX SE CONNECTER.

Amities.

Christian Benne

Écrit par : benne | 19/09/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre message. Je l'ai fait suivre au camarade Saulnier qui a mal tourné :)

Écrit par : UPpL'E | 19/09/2014

ancien 153 CLRM 1976 KEPI BA superbe vie et longue route que je lui souhaite;;

Écrit par : WALLETH | 14/01/2015

Répondre à ce commentaire

Merci ! Même chose pour vous !

Écrit par : UPpL'E | 18/01/2015

salut saulnier félicitation pour ton livre je vais l acheté amitié de légionnaire infirmier de 2 REP

Écrit par : ramil | 20/01/2015

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre commentaire Anthony. Nous le faisons suivre à Jean-Claude.

Écrit par : UPpL'E | 21/01/2015

Salut jean claude ,je viens de finir ton livre et franchement j'ai fait un voyage dans le passé , merci .les récits sont très réalistes .C'est le 2eme REP que j'ai connu de 77 a 82 .

J’étais infirmier Cie a Arta en 81 . Prevert ou Perreau ,

par contre je n'ai jamais pris d'argent aux filles qui
rentraient au pouf a Arta ,je ne faisais que les essayer parfois

Bravo pour ton livre il est a la hauteur de >


Avec toute ma fraternité Légionnaire

Christophe Perreau

alias Charles Prévert

Écrit par : perreau | 15/02/2015

Répondre à ce commentaire

Merci Christophe/Charles pour votre commentaire que nous faisons suivre de ce pas à l'ami Jean-Claude.

Écrit par : UPpL'E | 16/02/2015

Répondre à ce commentaire

Bonjour,dans le cadre des 20 ans du prix littéraire de l'armée de terre, je souhaiterais joindre l'adc saulnier pour lui transmettre une invitation. Par avance merci de ce que vous pourrez faire. Cordialement

Écrit par : Julien | 07/05/2015

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre message. Nous faisons suivre votre adresse mail à l'ADC.

Écrit par : UPpL'E | 07/05/2015

J'ai fait partie du 2ème REP en 85-86, comme "appelé du contingent", j'étais jeune pharmacien et le Service de Santé des Armées proposait des places d'aspirants (si le concours se passait bien dans divers Régiments. Un Adjudant de l'Ecole de Libourne me voyant bien placé et à qui je demandais conseil m'a tout de suite dit de choisir l'affectation au 2ème REP ( j'ai oublié son nom mais je le remercie souvent dans mon coeur pour son conseil). Je suis donc arrivé à l'Infirmerie du Camp Raffalli ( le Cololonel-Dentiste nous appelait affectueusement "la main d'oeuvre saisonnière" et c'est là que j'ai connu l'Adjudant-Chef Saulnier (qui était Sergent Chef il me semble). je me souviens de son légendaire "bon caractère" (il râlait tout le temps avant de faire le job de manière impeccable) et aussi sa ligne : taux de graisse à zéro!!! . Moi aussi comme Ramil (de l'Infirmerie) je vais acheter le livre et transmettez mes amitiés à JC Saulnier. j'aimerais bien savoir dans quelle région il est actuellement. moi je suis pharmacien (civil) à Avignon.

Écrit par : PASCAL MENARD | 11/05/2015

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre message Pascal. Nous allons bien entendu le faire suivre à Jean-Claude (qui n'a pas quitté sa Corse d'adoption...)

Écrit par : UPpL'E | 11/05/2015

C'est avec retard , que je vous adresse mon Adjudant/Chef ,une très bonne retraite .

Louis
Un ancien du 1er RPIMa

Écrit par : ventral | 08/07/2015

Répondre à ce commentaire

Merci et transmis à l'ADC Saulnier !

Écrit par : UPpL'E | 08/07/2015

Écrire un commentaire