Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/01/2018

« Par l'ardeur et le fer - Paroles de soldats maintenanciers », LTN Antoine-Louis de Prémonville, 7e RMAT ; LTN Guillaume Malkani, 6e RMAT ; LTN Pierre-Ange Paninforni, 54e RA, 4e RMAT, 25e RGA ; LTN Laurent Biger, 7e BCA, ALAT ; éd. Lavauzelle

Extraits publiés avec l’aimable autorisation des auteurs. Droits réservés.

 

 

L'on peut rester vingt-quatre heures s'il le faut, même trente-six heures, sans manger ;

mais l'on ne peut rester trois minutes sans poudre et des canons arrivant trois minutes plus tard n’arrivent pas à temps.

Napoléon

 

Une Plume pour L’Epée a toujours eu à cœur de s’intéresser, au travers des récits de soldats, à tous les conflits, mais aussi à toutes les armes composant la Force. La découverte de ce livre a été dès lors une très heureuse surprise…

Dedicace Malkani.jpg

En premier lieu, nous sommes ravis de voir aborder l'arme du Matériel, mal connue, peu mise en avant et pourtant, une évidence, éminemment stratégique (une opération sans matériel ?). Elle est aussi souvent « chahutée » ; le fait est que l'on se focalise toujours sur ce qui ne fonctionne pas... en oubliant l'usure de nos VAB antédiluviens, les insidieux grains de sable du désert, la faiblesse de nos moyens logistiques...

Ensuite, plutôt que de se livrer à un essai purement "académique", les jeunes coauteurs ont eu l'excellente idée de faire le tour des popotes, regroupant les témoignages de vétérans de Daguet, de Bosnie, d'Afghanistan, du Mali, de RCA, abordant la dualité commandement/technicien, ou encore l'efficace système D français, le tout rendant le livre vivant et, de fait, sa lecture très plaisante.

« Par l’ardeur et le fer » s'inscrit donc parfaitement dans notre scope du récit de soldat, comble un vide important, et répare une injustice criante, en nous éclairant sur l'engagement sans faille des soldats maintenanciers. Alors, par Saint-Eloi, vive le Matériel !

001 Daguet.JPG

AMX30, Opération Daguet, Première Guerre du Golfe

En quatre ou cinq jours, la division à laquelle j’appartenais a fait près de 3 600 prisonniers Irakiens. En raison de notre implication dans le dispositif des forces, nous avons également été confrontés à ce problème pour lequel nous n’étions absolument pas formés. Lorsque vous voyez une demi-douzaine de soldats arrivant vers vous avec leurs armes tendues à bout de bras, il faut gérer. Accompagné de quatre hommes, de mon conducteur et d'un chef de section parlant un peu l'Arabe, je pars au-devant d'eux et essaie de leur faire comprendre qu'ils doivent déposer leurs armes. Rien ne nous prémunissait d'une éventuelle manœuvre. Si, au dernier moment, les prisonniers avaient choisi de retourner leurs armes, cela se serait surement mal passé pour nous…

GAL André (alors CNE), Première Guerre du Golfe, 1990

002 Bosnie.jpg

VAB dans les ateliers de l’aéroport de Sarajevo. Notez les impacts de balles…

Quand ça chauffe et que les véhicules doivent sortir, eh bien, on les sort. Par conséquent la solution trouvée a été très simple : on ne dormait pas. Je partais du principe que si un véhicule blindé rentrait en atelier et que je n'avais pas de problème d'approvisionnement, il devait sortir. Peu importe qu'il soit terminé à quatre ou cinq heures du matin.

003 Bosnie.JPG

L'appréciation du danger est quelque chose de très paradoxal. On est conscient du danger, mais quand on est dedans, cette conscience s'altère. On a fait des choses sans se poser la question du risque de se faire dessouder. Par exemple, lors de la constitution du poste, nous nous faisions sniper. Nous étions une dizaine dehors. Les tirs ont commencé. Que faire ? On pouvait s'en aller ou rester et se faire tirer comme des lapins. On est rentré, mais tranquillement, sans précipitation. Mais il faut replacer cela dans un contexte où les snipers ne cherchaient pas encore à tuer : Il m’a fallu trois ou quatre jours pour comprendre que les crevaisons à répétition sur le CLD étaient le résultat des tirs d’un sniper qui se faisait un pneu chaque soir. Le premier mois, nous n’avons pas eu de blessé. Cela a commencé doucement, à mesure que nous devenions plus efficaces, et donc que l’on gênait.

COL Grateau, blessé en Bosnie en 1992

afgha.png

Dépannage de VAB, 3e RMAT

Deux ou trois semaines après son arrivée, l’OMLT Soutien connaissait déjà l’épreuve du feu. C'est ainsi que commença ce que j'appelle le jeu du chat et de la Souris. Une OMLT ou un GTIA d'Infanterie, c'est le chat. Il va chercher sa proie sur le terrain qu'il aura choisi. Ce n'est pas si grave s'ils sont pris à partie ; étant des unités de manœuvre, elles sont faites pour cela. Nous, nous étions plutôt des souris. Un camion tractant une citerne sur une route accidentée, avec seulement des logisticiens à son bord, armés de FAMAS, et c'est beaucoup moins manœuvrable et cela constitue donc une cible facile. D'où une certaine pression sur le moindre coin de route.

COL Desmeulles, 3e RMAT, Afghanistan 2007

mali 2.png

Prise en remorque d’un IVECO, Mali

Ce fut un véritable challenge quotidien. Abandonner dans le désert un VBCI, ou même un véhicule civil, était impensable. En convoi, quelle que soit la panne, ils ont toujours trouvé une solution pour ramener les matériels sur une plateforme relais, quitte à recourir à des solutions de fortune impliquant chewing-gum, latérite et bout de ficelles pour faire repartir le véhicule. Nous avions une politique du sparadrap, mais nous n'avions pas d'autre moyen pour assurer notre mission.

J’ai vu des hommes faire fondre du plastique pour réparer une durite. Et la réparation a tenu.

COL de Roquefeuil et LTN Hamiche, BATLOG Normandie-Provence, Mali 2014

***

Malkani.jpg< Titulaire d’un Master de lettres modernes dont le mémoire de recherche porte sur les notions d’histoire et d’idéal dans l’œuvre de Jean Lartéguy, le Lieutenant Guillaume Malkani a été réserviste au sein de la Gendarmerie Nationale avant de rejoindre l’Armée de Terre en intégrant le 4e bataillon de Saint-Cyr au titre de l’arme du Matériel. Il a pris le commandement d’une section électronique d’armement au 6e RMAT.

photo.jpg> Diplômé des facultés de droit, sciences-politiques et langues, le Lieutenant Antoine-Louis de Prémonville est également docteur ès Lettres et Civilisations. Ancien militaire de réserve, il rejoint l’active au sein du 4e bataillon de Saint-Cyr au titre de l’arme du Matériel. À l’issue de son passage aux Écoles Militaires de Bourges, il prend le commandement d’une section du 7e RMAT. Outre « Par l’ardeur et le fer », il a dirigé « Citoyens-soldats au XXIe siècle, une réserve opérationnelle pour une armée professionnelle » (Lavauzelle, 2013)

Engagé volontaire en 1999 après avoir suivi des études de comptabilité, le Lieutenant Pierre-Ange Paninforni a servi au 42e RT avant de rejoindre le domaine de la maintenance au 54e RA. Sous-officier semi-direct, il sert ensuite au 4e RMAT. Accédant à l’épaulette OAEA, il rejoint le 25e RGA en tant qu’adjoint des services techniques.

A l’âge de 18 ans, le Lieutenant Laurent Biger incorpore Saint-Maixent avant de rejoindre le 7e BCA puis le 1er RIMa en qualité de maintenancier. En 2013, il réussit le concours des Officiers d'Actives des Écoles d'Armes et accède à l'épaulette. Il sert aujourd'hui au sein de l'ALAT.

*

Par-l-ardeur-et-le-fer.jpg

« Par l’ardeur et le fer- Paroles de soldats maintenanciers », par les LTN Antoine-Louis de Prémonville (dir), Guillaume Malkani (dir), Pierre-Ange Paninforni, Laurent Biger.

ISBN 978-2702516119 – Prix 21,50 € – Format 15,5x22,5 - 150 pages - cahier-photo couleur

lavauzelle.JPG

Aux éditions Lavauzelle, disponible ici

Page FaceBook .

IMG_2746.JPG

Nous avons eu la chance d'échanger avec l'un des coauteurs, l’éminemment sympathique LTN Guillaume Malkani. Une belle rencontre au Salon de l'Ecrivain Soldat de Nice où il a représenté tant son 6e RMAT que l'Arme en général. Quelle bonne idée de se montrer ! A renouveler J

 ded lartéguy.jpg

Ajoutons que Guillaume est l'auteur d'un essai majeur/définitif sur l’un des plus grands auteurs de la milittérature, ou plutôt de la littérature française tout court : « L'idéal de Jean Lartéguy ». Paru aux éditions Via Romana et disponible ici. Page FaceBook .

« Les hommes de guerre sont de l’espèce qui se rase pour mourir. Ils croient à la rédemption de l’homme par la vertu de l’exercice et du pas cadencé. Ils cultivent la force physique et la belle gueule, s’offrant le luxe des réveils précoces dans les matins glacés et des marches harassantes pour la joie de s’éprouver. Ce sont les derniers poètes de la gratuité absolue. »

Jean Lartéguy

***

insigne-de-beret-materiel.jpg

Hommage

A tous les soldats maintenanciers morts pour la France, morts en service commandé,

Aux blessés,

A leurs proches.

***

Mali.JPG

Gao, Mali. Démontage de la roue d'un VAB. Photo G. Gesquière

Les soldats maintenanciers m’ont vraiment impressionné, et ils en ont impressionné bien d'autres ! Lorsque certains de nos camarades de la mêlée voient arriver un logisticien, ils ne savent pas trop quoi en penser. Ce sont des gens qu'ils ne côtoient pas au quotidien et qu'ils peuvent percevoir, à tort, comme un frein à leur manœuvre. Aussi, voir les maintenanciers au cœur des opérations, répondre présent en dépit des contraintes tactiques et techniques, ça a forcé leur respect. Ensuite, ils n'ont cessé de demander à bénéficier de maintenanciers détachés à leur côté…

CDT Breton, AMAT (Adjoint Matériel de Théatre) au Mali

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire