Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2014

« Un long oued pas si tranquille… », LTN (h) Alain-Michel Zeller, 12e BCA, éd. Fol’Fer.

Extraits et photos publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur. Droits réservés.

 

 

Ecrire et raconter, inlassablement, non pour juger mais pour expliquer. Ouvrir la porte à ceux qui cherchent une trace du passé et qui refusent le silence. Repiquer chaque matin le riz de nos souvenirs. Ne pas lâcher prise, jamais, pour celui qui est demeuré dans le bien et dont l’amour est resté là-bas, en Algérie.

CBA Hélie de Saint-Marc

 

 

Lorsque l’on évoque la Guerre d’Algérie des noms viennent immédiatement à l’esprit : Bigeard, Massu, Salan, Challe, Jouhaud, Saint-Marc, de Gaulle évidemment… et Zeller, n’est-ce-pas ? 

Zeller dédicace.jpg

Zeller. Général Zeller, vétéran des 1ère et 2nde guerres mondiales, l’Algérie française, la rébellion dite le putsch d’Alger, le « quarteron »… mais son prénom est André et non Alain-Michel. Alors, qui est l’auteur d’Un long oued pas si tranquille ? Son fils, appelé de la classe 59, Sous-Lieutenant au 12e BCA, blédard, traquant le fellagha à la frontière tunisienne tandis qu’à Alger et Paris le sort de l’Algérie française se nouait…

Cette situation, peu banale on en conviendra, suffit pour se précipiter sur ce livre. Et là, bonne surprise, car outre l’intérêt historique évident,  « Un long oued pas si tranquille » est un récit autobiographique remarquable. Nous suivons Alain-Michel au 18e RCP pour sa formation parachutiste, à l’école de Cherchell dont il sort Aspirant, à Alger la blanche, où il flâne dans les rues de son enfance, sur la ligne Morice, où il monte des embuscades à la tête de son commando de chasse harki, ses rencontres dont celle au « trou » avec le SLT François d’Orléans, fils du comte de Paris, qui meure au combat en Kabylie quelques mois après, son incompréhension face aux évènements… et, non pas omniprésente, mais en filigrane, la figure bienveillante de son père, qui fait le choix que nous connaissons. Le tout écrit avec une classe certaine, à la fois pétillant de jeunesse, facétieux - esprit Chasseur oblige - et grave de par les évènements vécus.

Passionnant. Attachant. L’un des très beaux témoignages sur la Guerre d’Algérie.

 

L’engagement

BDSCN1376.JPG

Eté 58, Alain-Michel Zeller alors étudiant à l’IFP, Institut Français du Pétrole - Stage [on ne peut plus] pratique sur un chantier de forage à Coulommes. Photo de Cartier-Bresson pour Paris Match.

La situation en Algérie, après le formidable et enthousiaste mouvement du 13 mai 1958, évoluait plutôt favorablement et je me sentais confusément mal à l’aise de ne pas avoir encore participé à ce qui apparaissait comme la grande cause nationale du moment. Cette « guerre », que l’on n’appelait pas encore ainsi, durait déjà depuis plus de quatre ans. Jeune étudiant, j’avais participé à de nombreuses actions en faveur de l’Algérie française au sein d’associations militantes. La préparation militaire parachutiste était ouvertement un lieu où s’exprimait haut et fort la nécessité de garder la province Algérie à la France sans que cela n’ait eu un caractère séditieux.

DSC02490.JPG

Avril 59, Alain-Michel Zeller au Centre d’Instruction du 18e Régiment de Chasseurs Parachutistes, Pau.

Les dix-huit mois d’existence sévère que je venais de passer [à l’IFP], alliés à cette expérience prémilitaire antérieure [prépa militaire parachutiste], me poussaient à me porter volontaire pour les paras. Faute d’avoir suivi des chemins plus prestigieux, je choisissais cette voie en plein accord avec mon père, très pris par ses fonctions suprêmes. Je crois qu’il ressentait une certaine fierté à me voir emprunter cette filière, plutôt que de rechercher, ce qui était tout de même courant  à l’époque, une affection « planquée ». De toute façon cela eût été vain car autant mon père aurait favorisé la solution que j’avais adoptée, autant il eût fait la sourde oreille (et il savait le faire !) dans la seconde hypothèse.

 

Juillet 1959, en partance pour l’Algérie

oran.jpg

Le « Ville d’Oran »

Le « Ville d’Oran », doublant le château d’If et les îles du Frioul laissa derrière lui dans un sillage d’écume les rivages de la métropole. Notre contingent d’une quarantaine d’individus fût dirigé en cale, à l’avant du navire où les effets du tangage ne furent pas long à se manifester sur ceux qui n’étaient pas amarinés. Avec quelques camarades, je me souviens avoir emprunté en douce une coursive car nous avions reçu l’ordre de demeurer dans notre entrepont où croupissaient les collègues le teint blafard et le cœur au bord des lèvres… Elle nous mena sur le pont à l’arrière où se trouvaient encore une demi-douzaine de transats aussitôt investis. L’air frais allié à la houle était appréciable et sans trop nous faire remarquer, nous y passâmes une bonne partie de la journée avec nos rations et quelques canettes de bière.

Notre destin, à ce moment-là, se nouait définitivement ; les amarres avaient au propre et au figuré été larguées et nous voguions plein sud sans trop imaginer quelle existence nous attendait dans cette contrée proche et lointaine.

 

Juillet-décembre 59, Ecole des élèves Aspirants de Cherchell, promotion 906 « Georges Clémenceau », 13e section

ferme de Brincourt.jpg

Ferme de Brincourt

Ayant été abondamment « cornaquée » et mis en condition, vint le moment où notre section partit pour la première fois vivre la vie de poste à la ferme Brincourt à une dizaine de kilomètres au sud de Cherchell. 

Une nuit, j’avais été placé dans un poste dit de « sonnette ». Cela consistait à se trouver en position de guet en avant des bâtiments dans un repli de terrain, entouré d’un léger réseau de cordes sur lesquelles étaient suspendues des boîtes de conserves censées donner l’alerte en cas d’intrusion. 

Il était un peu plus de minuit, ciel bas, yeux qui commençaient à ciller, sollicités par le sommeil, quand un grand cri déchirant éclata dans la nuit et me glaça le sang. Pleur ou ricanement odieux, il me fallut un bon moment pour déterminer qu’elle en était l’origine. Le doigt sur la détente du Mas 36, je fouillais intensément du regard l’obscurité tout en percevant un mouvement confus. Je finis par comprendre que l’intrus n’était autre qu’un chacal qui déguerpit sous une pluie de caillasses, tout en éructant encore des glapissements stridents.

CHERCHELL, 11 Novembre 1959 le peloton IMO.jpg

Cherchell, défilé du 11 novembre 1959, ici le peloton IMO [Instruction Militaire Obligatoire]

Le 11 novembre 1959 nous donna l’occasion de défiler en ordre serré dans les rues de Cherchell (…) J’avais imaginé une facétie dont j’avais fait part à l’ensemble de ma section (…) Il s’agissait, arrivés à la hauteur de la maison close qui se dénommait « Chez Zizi » (…) de faire sur mon commandement un « tête ! droite ! » qui était en quelque sorte l’hommage des valeureux biffins aux laborieuses hétaïres. Ce qui fut décidé fut fait et je pense que ce fut la seule fois de ma carrière militaire que je donnais un ordre aussi impeccablement exécuté !

 

 Permission à Alger

angle Telemly-Edith Cavell.JPG 

Alger, quartier d’enfance d’Alain-Michel Zeller. De droite à gauche : angle du parc de Galland ; patte d’oie rue Edith Clavell/bd du Telemly puis hors champ à gauche : rue Blaise Pascal et chemin de La Rochelle, longeant le musée d’où la photo a été prise.

Je profitais de ces quelques heures de liberté pour aller reconnaître un quartier que j’avais habité plus de quinze ans auparavant (…) Je m’aventurai vers le parc de Galland, non loin d’une école que j’avais fréquentée en 1943 (…) Retrouver la rue Blaise-Pascal et les escaliers de La Rochelle à l’angle desquels se trouvait l’immeuble dans lequel nous avions vécu. C’est du balcon de l’appartement au sixième étage que je me rappelais avoir assisté le 8 novembre 1942 au débarquement des Américains. Le spectacle était fantastique pour un petit garçon (…) Cette forme de pèlerinage je la continuais en passant devant l’épicerie mozabite au 175 boulevard du Telemly  au-dessus de laquelle  habitait le Général Hartemann, ami de mes parents, brillant aviateur qui devait mourir à bord d’un B26 en Indochine (…) Je pris ensuite la rue Edith Cavell, en pente sinueuse, comme beaucoup de rues d’Alger, pour arriver à l’église du Sacré-Cœur dans la rue Michelet où j’assistai à la messe célébrée par le chanoine Garganico, déjà curé de cette paroisse dans ma prime jeunesse (…) 

Ce périple me confirmait, s’il en était besoin, que cette ville était partie intégrante de cette France diverse qu’évoquait Bernanos. Oui, décidément, cette province valait la peine que l’on fit tout pour qu’elle demeure française. Il n’était pas possible dans mon esprit qu’une solution généreuse et originale, en faisant appel à notre jeunesse, à notre enthousiasme, à notre courage, ne soit pas trouvée dans l’intérêt de tous.

Balade Alger.JPG

 

Aspirant puis Sous-Lieutenant au 12e Bataillon de Chasseurs Alpins

Du fait de son caractère blagueur, Alain-Michel est classé dans la seconde partie du tableau de Cherchell, ce qui l’empêche de rejoindre les paras. Il opte pour les troupes alpines et le 12e BCA, basé à Blandan, sur la ligne « Morice », frontière tunisienne.

BDSCN1377.JPG

Alain-Michel Zeller et deux camarades Chasseurs à Bône

Bizutage Chasseur

A son arrivée au quartier, le jeune Aspirant a la surprise d’être immédiatement convié à un grand déjeuner, où le chef de corps l’accueille par un déconcertant « Ah ! Z’ai l’air de quoi ? ». S’ensuit toute une série d’évènements déconcertants: aspersion de soupe par un serveur maladroit, pied sous la table d’une bien entreprenante voisine, anisette et Sidi-Brahim à gogo au son du refrain du douzième « Ah c’qu’il est con l’douzième, ah c’qu’il est con c’con là ! », trou noir total et réveil le lendemain dans un lieu inconnu, le bras plâtré ! 

Une « salade de galons » avait été organisée dans les grandes largeurs : Le serveur maladroit n’était autre que le chef de bataillon. Celui à qui je m’étais présenté, le prenant pour le chef de corps, était l’officier de renseignements. La charmante « allumeuse » qui ne m’avait pas du tout laissé insensible était la femme du médecin-major qui, peut-être pour me punir d’avoir été trop entreprenant à l’égard de sa femme, m’avait confectionné ce plâtre dont il me délivra peu après ! Le résultat avait dépassé ce qui était prévu mais m’avait d’emblée fait admettre dans le corps des officiers du 12.

 

A la tête d’un commando de Chasse harki, sur la ligne « Morice », cote 159

BDSCN1380.JPG

Juin 1960, Blockhaus du PK 919, face au réseau électrifié de la ligne Morice

Le commando s’était installé sur les contreforts d’un épaulement de terrain (…) Le « chouf » s’exerçait avec le maximum d’acuité alors que le jour s’était levé, chacun observant les règles absolues de camouflage, se répétant ou se faisant répéter par chuchotement transmis de bouche à oreille les instructions d’éventuelles ouvertures de feu. Il ne se passa pas très longtemps avant que l’un des guetteurs, placé à l’extrémité du dispositif, me fit savoir qu’il venait de détecter une colonne importante venant de Tunisie dans notre direction. Ordre fut donné de rester totalement silencieux, camouflé et de laisser entrer la colonne le plus possible dans le dispositif…

BDSCN1382.JPG

1ère Section, 3ème Cie, 12e BCA, côte 159, juin 1960

Même s’ils vivaient un peu à part pour respecter leur mode de vie et leur statut différent de celui de la « régulière », les harkis étaient pleinement intégrés à notre existence. Ils apportaient leur connaissance du terrain et du milieu humain ; leur engagement n’était pas neutre : ils avaient clairement choisi leur camp. La loyauté de ces supplétifs ne fut jamais prise en défaut et le grand malheur fit que la trahison ne vint pas de leur côté mais précisément du côté qu’ils avaient choisi par conviction et à notre demande.

Comment oublier le vieux Diabi qui ouvrant la piste en zone interdite de nuit lorsque nous tendions des embuscades, se rabattait vers moi pour me faire changer tel itinéraire ou telle halte en me disant : « Pas par-là mon Lieutenant, c’est mauvais ! Les chacals nous attendent ». Ou de façon encore plus imagée : « Pas par-là, on va se faire couper les glaouis ! ».

BDSCN1383.JPG

Alain-Michel Zeller, avril 1960, Chabet R’tem

Le froissement des branches cassées s’interrompit, de longues minutes s’écoulèrent. Rien, seulement le sang qui afflue au cerveau, le pouls qui bat un peu plus vite surtout au niveau  des tempes. Ce bruit reprit de plus belle une dizaine de minutes après, aucun doute, il ne s’agissait plus de quadrupèdes (…) Il fallait prendre une décision : ne pas nous laisser « allumer » à bout portant ni laisser entailler le barbelé pour nous faire « zigouiller » par un effectif sûrement supérieur au nôtre (…) Cette obscurité totale nous mettait à égalité mais nous avions l’avantage d’être relativement à couvert et de pouvoir prendre l’initiative du déclenchement des hostilités. Ce que je fis d’ailleurs en ordonnant feu à volonté.

BONE_le_barrage_lectrifi_la_fronti_re_alg_ro_tunisienne.jpg

La ligne Morice dans la région de Bône

Permission à Paris

Ma permission correspondit avec les fêtes de fin d’année et se retrouver à Paris dans le grouillement affairé de ces derniers jours de 1960  me procura une curieuse sensation. Malgré la joie de retrouver ma famille, mes amis, je comprenais que la France n’était plus sur la même longueur d’ondes que ses départements d’Algérie. Alors que tout m’incitait à profiter de ce temps de détente, de trêve, de retrouvailles, mon esprit retournait vers mon piton et mes hommes.

C’est ainsi qu’à l’un des offices auquel j’assistai à l’église Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, paroisse fréquentée par une assemblée surtout bourgeoise, le prêtre dans son homélie se transforma en chantre de l’antimilitarisme et de l’objection de conscience. Une soudaine fureur me saisit, je me levai et sortis furibard non sans, dans ma précipitation, renverser quelques prie-Dieu, provoquant un certain émoi parmi les bien-pensants.

Raccompagné par mon père, je reprenais une Caravelle pour Bône. Je sentis chez lui une certaine émotion qu’il ne voulait surtout pas montrer. Je pense qu’étaient mêlés deux sentiments très forts, celui de me voir repartir vers un destin inconnu et peut-être fatal, mais aussi celui de son propre destin qui le pousserait quelques semaines plus tard à accomplir une fois encore son devoir.

La rébellion

Algiers_putsch_1961.jpg 

Les généraux André Zeller, Edmond Jouhaud, Raoul Salan et Maurice Challe, Alger, 23 avril 1961.

Samedi 22 avril 8:30, Communiqué de France 5 : « Les généraux Challe, Jouhaud, Zeller ont pris le pouvoir à Alger avec le concours du 1er REP, d’autres régiments parachutistes : les 14e et 18e RCP, les Commandos de l’Air, le 1er Régiment Etranger de Cavalerie, le 29e Régiment de Dragons ».

Devant l’accélération des événements, le chef de corps du 12e BCA me convoqua et, très neutre dans ses analyses de la situation, m’ordonna de partir avec le commando pour une opération de ratissage et chouf autour du Kef Salah et d’Aïne Bouzwili. Manifestement, cette sortie avait pour but de me mettre en dehors du coup.

Mercredi 26 avril. J’apprends avec abattement et démoralisation totale, alors que je suis rentré tard la veille de mon périple « ratisseur », que tout est fini à Alger.

C’est vraiment avec des rangers de plomb que je repars en embuscade aux abords de Blandan. Le moral n’y est vraiment plus.

Le moral n’y est plus et le cœur non plus. Alain-Michel propose sa démission des commandos de chasse, acceptée par le chef de corps, resté très couleur de muraille pendant les évènements d’Alger et sans doute soulagé de se « débarrasser » d’un élément « devenu gênant ». Pour les quelques semaines de service qui lui restent, le SLT Zeller est « promu » inspecteur en chef des postes de Bouglès et El Bahim, petit bordjs censés protéger la captation des eaux destinées à alimenter la ville de Bône.

incarcération.JPG

Incarcération du GAL Zeller à la prison de la Santé

Vidéo ici.

Je reçus une lettre de mon père datée du 28 mai, veille de l’ouverture de son procès, écrite de la prison de la Santé. Elle était empreinte d’une rare élévation. Préparé à affronter la peine capitale il me disait que la paix de l’âme était son meilleur soutien et qu’il l’avait entièrement acquise. Il me confiait « aborder l’obstacle avec calme et confiance, ne se sentant rien à se reprocher, son seul souci étant de couvrir ceux qui bravement avaient partagé un idéal commun ». Il ajoutait quelques conseils me recommandant malgré les moments durs que je pourrais traverser de me fixer une ligne de conduite et de m’y tenir : « Les petitesses de ce monde ne sont rien lorsque l’on reste soi-même ». 

Le 15 juin 1961, après 28 mois de service, Alain-Michel Zeller embarque à Bône sur le « Ville de Marseille ». 

Au loin disparait l’Algérie française, à jamais.

Rue des Archiches- RDA.jpg

 photo © Rue des Archives

 

 ***

portait.jpgAlain-Michel Zeller nait en 1937 à Lyon dans une vieille famille aux racines alsaciennes, très honorablement connue. Fils du Général André Zeller, combattant de 14-18 et 39-45, neveu du gouverneur militaire de Paris dont le fils, le LTN Jacques Zeller, est tué en 1950 en Cochinchine, ce n’est pourtant pas vers la carrière militaire qu’Alain-Michel s’oriente. Il rejoint l’Institut Français du Pétrole ou il est formé au rude métier de foreur pétrolier. Très engagé dans la cause de l’Algérie française, après une préparation militaire parachutiste, il devance l’appel en 1959 (Classe 59/1A) et rejoint successivement le Centre d’Instruction du 18e RCP, le peloton EOR de la Base Ecole des Troupes Aéroportées (BETAP) de Pau et l’Ecole des Elèves Aspirants de Cherchell. Il est affecté au 12e BCA à Blandan, sur la ligne « Morice ». Aspirant puis Sous-Lieutenant, il est à la tête de commandos de chasse harkis, traquant les fellaghas tentant de traverser la frontière tunisienne. Il vit la rébellion des Généraux d’avril 1961 à Alger, dans laquelle on connaît la part importante prise par son père, entre oreille collée au transistor et mission  sur le terrain, volonté d’éloignement de sa hiérarchie. Quelques semaines après l’échec du « putsch », il quitte l’Algérie, son temps de service terminé (28 mois). Il poursuit dès lors une brillante carrière civile dans le transport international.

portrait 2.jpg

André-Michel Zeller est marié, père de 6 enfants et grand-père de nombreux petits enfants. Homme de conviction mais aussi plein d’humour, il est fier de deux distinctions spécifiques : vice-consul de Patagonie et chevalier du Tastevin.

 

 

 

 Site des anciens de l'Ecole Militaire d'Infanterie de Cherchell ici.

Site de la Fédération Nationale des Amicales des Chasseurs ici.

IMG_7000.jpg

Déjeuner avec Alain Zeller

***

ZELLER.jpg

Prix : 20 € - ISBN 978-2-9527663-0-2 – Format 14x20 - 234 pages – cahier photo

editeur.JPG

Aux éditions Atelier Fol’Fer

Disponible ici.

 

photo80.jpg 

Alain-Michel Zeller reçoit le Prix Algérianiste 2008, distinction Prix Témoignage, pour « Un long oued pas si tranquille »

livres.jpg

Pour en savoir plus sur le GAL André Zeller, père d’Alain-Michel.

***

 

insignes.jpg

Hommage

Aux Chasseurs alpins du 12e  et Chasseurs-Parachutistes du 18e morts pour la France en Algérie,

Aux élèves officiers et sous-officiers de Cherchell morts pour la France,

A tous les soldats français, des deux rives de la Méditerranée, morts pour la France,

Aux Harkis,

Aux blessés.

Avec le salut fraternel du Chasseur et de la Russe-blanc

 

BDSCN1379.JPG

Alain-Michel Zeller, mars 1960, Cote 159

Peut-être estimes-tu que tes vieux copains, moi du moins, s’associent à la colère publique et déversent autour de ton nom des torrents de hargne et de haine ? Tu te tromperais grandement. Chapeau très bas à ton paternel ! A mon avis « cette révolution d’Alger » a été montée par tout ce qu’il restait de noble et beau dans la nation. Si elle n’a pas été suivie, c’est la confirmation pure et simple du fait que notre nation se barre en couille !

Lettre de François de Rauglaudre, camarade d’Alain-Michel Zeller au 18e RCP.

 

Sainte-Jeanne, donnez-nous une aventure à la mesure de la France, comme celle que vous nous avez donnée à l’époque de la guerre d’Algérie et que nous n’avons pas su apprécier. Faites que nous courrions des dangers, que la vie devienne exaltante et dure, que nous oubliions nos comptes en banque, nos livrets de compte d’épargne, nos chaînes hi-fi, nos vacances, notre bougeotte, nos coucheries, nos barbituriques, nos prud’hommes, nos normes européennes, notre train-train plan-plan et revenez, alors, revenez Sainte Jeanne, brandir votre étendard et vous mettre à la tête de ceux qui vous suivront.

Il y en aura, Sainte Jeanne, il y en aura peut-être plus que nous ne pensons.

Vladimir Volkoff, prière à Jeanne d’Arc.

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

S/Lt SAS du contingent, sur la frontière algéro-tunisienne de 1959 à mars 1961 (hammam zaid et ain zana),carrière d'ingénieur , nommé capitaine en 1970 ,faillit avoir la LH à titre pqsthume, l'ai eue en 2012 le 14 juilet à NOUMEA sur le front des troupes, à titre "costume", c'est long mais mieux, bravo au fils du Gl ZELLER pour son beau livre, suis gaulliste tourmenté par les souvenirs douloureux, sur mes 32 moghaznis (1 mort 3blessés graves en 20 mois)15 disparus entre fin mars 62 et fin 63 que des horreurs

Écrit par : chanourdie | 18/09/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre commentaire que nous venons de faire suivre à Alain Zeller. Que des souvenirs douloureux pour toutes et tous, hélas.

Écrit par : UPpL'E | 18/09/2014

tres heureux de trouver encore des anciens chasseurs qui ont garde intact le sens de l'honneur et du devoir.Votre pere mr Zeller,a mes yeux,a choisi la fidelite a ses engagements plutot que la soumission a un renegat,malgre tous les malheurs que ce choix a entraine pour ceux qui l'ont suivi,je garde pour ces grands chefs une admiration intacte.J'etais a Tichy pres de Bougie le 13 mai 1958 pour presenter les armes au General Salan venu remotiver notre 57é RI et nous annoncer le retour du grand Charles, j'ignorais alors que le qualificatif s'applquait a sa taille.Notre 4é compagnie beneficiait de l'appui de la harka de tizy-amhed et c'est

Écrit par : P Braem | 18/11/2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre commentaire. Nous le faisons suivre au camarade Alain.

Écrit par : UPpL'E | 26/11/2014

Félicitations pour ce témoignage sur le 12è BCA à l'heure où tout allait basculer pour l'Algérie "Française" . Fors l'honneur !
François LE FUR (fils du Capitaine)

Écrit par : LE FUR | 05/05/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre commentaire François. Nous l'avons fait suivre à Alain-Michel. Nous pensons bien à votre papa. Hommage à lui.

Écrit par : UPpL'E | 05/05/2016

Le capitaine LEFUR sous les ordres duquel j'ai eu l'honneur et le privilège de servir fut pour moi sûrement la figure idéale du chef :exigeant mais fraternel, courageux et humain!
Sa présence ,50 ans après,est toujours là ...Il a sûrement rejoint là-haut la cohorte des braves.

Écrit par : alain zeller | 12/05/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire