Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2019

« 20 ans sans une égratignure », LCL Sylvain Mazzocco, 4e RHCM, EH 01.067 « Pyrénées », éd. Baudelaire

Extraits et photos publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur. Droits réservés.

 

 

« Toute ombre est fille de la lumière et seul celui qui a connu la clarté et les ténèbres, la guerre et la paix, la grandeur et la décadence, a vraiment vécu » 

Stefan Zweig

 

Rded.jpg

« Goma est bombardé ! On desserre les Pumas sur Bukavu ! Mazzocco, va débâcher le Puma canon. Quant aux mécanos, vous restez sur site. Si notre camp est bombardé, vous n'avez qu'à vous abriter dans les fossés ! ». Cette dernière remarque me glace le sang mais je m'exécute en silence après un « Reçu ! » de rigueur. Je cours jusqu'au parking des hélicoptères. Au moment où j'enlève les bonnets des pales, je suis surpris par une violente explosion près de moi. Je perçois en même temps le souffle et le claquement sec de l'obus de mortier qui vient de tomber. Je suis surpris et bien sonné. Le goût métallique est celui de mon propre sang qui se répand dans ma bouche tandis qu'un bourdonnement aigu envahit ma tête.

Rwanda, 1994

Dax 1993 remise brevets de pilote.JPG

 Sylvain Mazzocco, remise de son brevet de pilote, Dax, 1993

Au moment où je regagne mon P4, je suis interpellé par deux hommes qui en portent un troisième. Ce dernier est terriblement amaigri. Il n'y a pas besoin d'être médecin pour comprendre qu'il est atteint du choléra et que la fin est proche. Ils me supplient de faire quelque chose (…) Par pitié, je me rends dans la file d'attente d’une ONG voisine, afin de plaider sa prise en charge prioritaire. Arrivé devant le médecin, je lui demande de s'occuper de cet homme qui risque de mourir d'un moment à l'autre. Le médecin pose ses affaires sur sa table, se tourne vers moi et prend le temps de réfléchir à sa réponse. Elle est sans appel : « Mais jeune-homme, tout le monde meurt, ici ».

Rwanda, 1994

DSC01490a.jpg

Opération « Carbet », détachement Armée de l’Air, Haïti 2004

Je vais au cinéma avec des collègues voir un chef d’œuvre inconnu : « Tears of the Sun ». Dix ans après le Rwanda, le thème des « larmes du soleil » m’avaient interpellé. Devant ce film à la gloire des militaires américains, nous ne manquons pas de railler les extraordinaire compétences du soldat Bruce Willis. Nous rigolons beaucoup, au grand dam de nos voisins, jusqu'à l'entrée de notre super héros dans un village. Un massacre est en cours. Instantanément, je reçois une claque, d’une intensité jusqu'alors inconnue. Elle raisonne dans ma tête. Les exactions des génocidaires rwandais ne sont que suggérées. En un flash, je les vois, ou je vois celle que j'ai vues dix ans plus tôt. Femmes éviscérées, nourrissons calcinées. Et aussi violemment qu'elles sont arrivées, ces visions d'horreur disparaissent, me laissant hébété sur mon siège.

ETOM, Martinique, 2004

18 promotion EG GAL de Gaulle 2010-2011.jpg

2010-2011. La 18e promotion « Charles de Gaulle » de l’Ecole de Guerre, dont Sylvain Mazzocco est président

C'est la nuit. Je suis dans mon lit, dans mon studio parisien. Je dors. Des bruits, une Lumière, une odeur. Je me réveille. Je suis trempé de sueur. J'ai froid. Ma tête est vide. Elle était pleine il y a quelques instants, je ne sais déjà plus de quoi. J'ai un goût de sang dans la bouche. J'ai dû me mordre.

C'est l'après-midi. Je ferme les yeux et profite de quelques minutes de solitude pour régénérer mes batteries. Je rêve. On me frappe. Je me réveille en sursaut.

C'est la nuit. Je dors depuis quelques heures. Des bruits. Une lumière, une odeur. Je suis en sueur.  J'ai froid. J'ai un goût de sang dans la bouche. Mes oreilles bourdonnent.

C'est l'après-midi. Une claque. C’est la nuit. Le sang coule dans ma bouche. C’est l’après-midi. Une gifle.

C'est la nuit. L'obus de mortier monte sur Goma. Il arrive droit sur moi. C'est l'après-midi. Des coups.  C'est la nuit. 17 juillet 1994. Goma. L’obus de mortier monte. Je sais qu'il vient sur moi. Il explose à mes pieds. Non, c'est une roquette afghane. L’odeur de la poudre. Le goût du sang. Après-midi. Gifle. Nuit. Goma. Obus. Roquette. Explosion. Sang.

Ecole de Guerre, Paris, 2011

***

20-ans-sans-une-egratignure.jpg

Contrariant une destinée semblant toute tracée devant le mener, comme son père avant lui, à la maçonnerie, Sylvain Mazzocco devient sous-officier pilote de Puma dans l’ALAT. Après l'EMIA et pour continuer à piloter, il rejoint l'Armée de l'Air. Déployé au Tchad, au Rwanda, en Ex-Yougoslavie, en RCA, en Haïti, en RCI, en Afghanistan et au Sahel, son parcours est superbe, son rêve d'ado accompli, son histoire proche du conte de fée. Si ce n'est qu'un jour, après 20 ans de carrière opérationnelle, ayant frôlé la mort mais s’en étant sorti « sans une égratignure », et alors qu'il a intégré la 18e promotion de l'Ecole de Guerre, le LCL Mazzocco est foudroyé par le SSPT.

Cette chronique, qui se concentre sur la cause et les effets de sa blessure psy, ne rend d’ailleurs pas honneur à l’ensemble du livre où nous suivons Sylvain dans toutes ses OPEX.

Tout bonnement passionnant.

Aux éditions Baudelaire, disponible ici.

Capture.JPG

Sylvain Mazzocco et Mr Jaurand, vétéran de la Grande-Guerre, 1998 

En 1998, Sylvain Mazzocco, alors Dolo de la 37e promotion « Grande Guerre », participe avec ses camarades à une œuvre de mémoire, parcourant la France à la rencontre de vétérans de la 1ère guerre mondiale pour recueillir leurs témoignages. Un livre conclura le projet, « Un poilu m’a dit », disponible en version numérique gratuite ici

FILM 2018.JPG

LCL Sylvain Mazzocco, Festival International du Livre Militaire de Saint-Cyr Coëtquidan 2018

***

AAAT.JPG

Hommage

A tous les pilotes, navigants et personnels au sol des unités d’hélicoptères des Armées.

2600302863.jpg

A tous les blessés de guerre par SSPT.

*

Ecoute Défense

08 08 800 321

Numéro gratuit accessible à tous les militaires, anciens militaires et civils de la Défense, qui sont confrontés à la difficulté d’exprimer leur souffrance ou sont témoins de celle d’une personne de leur entourage.

***

RCI 2005.jpeg

Sylvain Mazzocco en RCI, 2005 

- Les blessures les plus graves ne sont pas forcément celles que l'on voit, mon Colonel. Je pense que vous êtes victime d'un choc post-traumatique suite à votre engagement opérationnel au Rwanda.

Elle s'arrête un Instant pour me laisser le temps de la réflexion et peut-être pour que je fasse un petit commentaire. Je ne sais pas quoi dire. En agitant légèrement la tête droite à gauche et sans me quitter du regard, elle poursuit.

- L'institution que je représente ici ne vous lâchera pas. Cet après-midi vous avez rendez-vous avec un commandant de la Cellule d'Aide aux Blessés, Malades et Familles de l'Armée de l'Air. C'est un type extraordinaire, il va vous plaire. Il s'occupera de vos problèmes matériels et moi je m'occuperai du reste.

Elle pointe son index vers le ciel et lui fait faire un léger cercle.

- Vous allez revoler, mon Colonel.

Hôpital Percy, SMPCAA (Service Médical Psychologie Clinique Appliqué à l'Aéronautique), 2011

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire