Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2016

« Envoyez les hélicos ! », COL Pierre Verborg, 4e, 5e RHC. Editions du Rocher

Droits réservés. Photos EMA/ECPAD issues du livre.

 

 « Ne blâme pas Dieu d’avoir créé le tigre, remercie-le de ne pas lui avoir donné d’ailes ».

Proverbe indien, rapporté par le CDT Brice Erbland in « Dans les griffes du Tigre »

 

Tigre, Puma, Cougar… vous n’avez certainement pas envie d’en croiser un au coin de la rue. Alors, imaginez lorsqu’en sus, les bébêtes sont maniées par un ours… Même la délicate Gazelle se fait tueuse…

dédicace Verbog.jpg

Avec « Envoyez les hélicos ! », les fauves de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre sont lâchés. Ce livre est bien à l’image de son auteur, le Colonel Pierre Verborg, ALATman surnommé « Grizzli » : percutant ! Abordant en détail sa campagne Libyenne, rappelant ses jeunes années à Berlin où il « vit » la chute du mur, ses missions en ex-Yougoslavie (dont l'évacuation de l'ambassade de France en Albanie, récit inédit), en Côte d'Ivoire et au Mali, il prend aussi le temps de poser son hélico et d'évoquer son ressenti, le rapport aux hommes, le rôle de chef...

Un livre « toutes griffes dehors » absolument passionnant, qui fait honneur à l'ALAT, arme majeur dont nous connaissons tous, désormais, le caractère ultra-stratégique.

Le lecteur est invité dans l’intimité des équipages et des salles de briefing ; il y entendra parler de « meute en chasse » ou découvrira subrepticement le « pseudo » de l’auteur : grizzli ! Mais le lecteur ne devra pas s’arrêter à ce bestiaire, car derrière l’ours, dont il a la rugosité, se cachent d’autres animaux : le rusé renard et le mâle alpha, paternel chef de meute. Surtout, il rencontrera un homme, un officier que je connais bien et dont j’apprécie les belles qualités.

Général d’armée (2S) Bertrand Ract-Madoux, CEMAT 2011-2014

C4.JPG

- Je viens d’être appelé, il y a une grosse manœuvre à Mailly (camp d’entraînement en Champagne). On part avec quelques hélicoptères pour deux ou trois semaines.

Un peu étonnée de ce départ soudain, ma femme scrute ma tenue de combat Félin et ne manque pas de noter mes bottes couleur désert… Puis elle me fusille en quelques mots :

- C’est nouveau du sable africain à Mailly ?

Mai 2011, Pau. Départ « secret » pour l’opération Harmattan.

C8.jpeg

Briefing pré-opération. A droite Pierre Verborg

Les combats qui nous attendent seront de haute intensité. J’ai besoin d’un groupe qui saura regarder la nuit sans pâlir et la terre sans rougir, manœuvrant avec une détermination de fer. J’ai besoin d’un groupe imprégné des enjeux de la mission avec un sens inné de la mesure et du dosage, capable de développer des facultés d’adaptation permanentes et une cohésion puissante et communicative. Il va falloir diffuser de l’énergie pour ne rien céder.

un-helicoptere-tigre-du-5e-rhc-en-vol-pres-de-pau-le-24-juin-2009.jpg

Dans nos cockpits, la tension et la concentration sont palpables. La chaleur libyenne est moite et lourde, collant à même la peau tout notre barda sous une transpiration permanente. J’aperçois sur les côtés de mon appareil l’ombre des hélicoptères séparés de quelques centaines de mètres. Ombres furtives qui glissent sur l’eau, invisibles pour un œil de néophyte. Tant mieux, la nuit doit nous appartenir.

Juin 2011, au large de la Libye.

C7.jpeg

A l’intérieur du Puma règne un calme absolu. Court moment de répit que je mets à profit pour chercher notre adversaire. Avant le choc, il est bon de s’imprégner de l’ambiance, de la moiteur de la nuit, sentir le terrain, la mer et le vent, presque devenir l’ennemi qui est respecté (…) Ou te terres-tu ? Nous vois-tu ? Que nous prépares-tu ?

Tout se déroulait trop bien. A peine ai-je sorti la tête que le son d’une voix particulièrement tendue rompt le silence radio :

- Grizzli, ici Texas. Interception radio ennemie, ils viennent de nous voir passer. Ils ont le visuel sur trois petits hélicoptères et un gros. Ils donnent les ordres de tir. Ça tire dans 30 secondes !

Côte libyenne.

DSC06366.JPG

Libye, départ du missile anti-aérien visant les hélicoptères français

Le temps suspend son vol : j’aperçois haut dans le ciel un missile sol-air qui laisse un panache de fumée fin : sa tête chercheuse n’a pas accroché le Tigre et il cherche une autre proie. La courbe descend vers notre Puma : il a trouvé sa cible (…) Tout va trop vite et tout va trop lentement. « M… » ai-je à peine le temps de penser.

C14.JPG

Libye, le champ de bataille

Nos tirs de missiles, de roquettes et de canons déchirent soudainement le ciel. Les flashs des départs de missiles et les coups au but illuminent la nuit par éclairs successifs.

(…)

Au retour, on me racontera que sur le BPC [bâtiment porte-hélicoptères] toutes les personnes restées sur le pont ont assisté hypnotisées à ce spectacle sans nom.

C9.jpg

Si l’on veut vaincre, il faut un engagement total, mettre les mains dans la glaise et pas à moitié. Au combat, le manque d’engagement ne paye jamais, il tue.

***

verborg.JPGLe Colonel Pierre Verborg, Dolo, Ecole de Guerre, au passé de cavalier (11e RCh), est officier supérieur de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre, totalisant plus de 3300 heures de vol. Il notamment œuvré aux seins des 4e et 5e RHC, participant à de nombreuses OPEX en Ex-Yougoslavie, Côte d’Ivoire... En 2011, il est à la tête du Groupement Aéromobile de l’opération Harmattan sur la Libye, menant la charge des Tigre, Cougar et Gazelle à partir du BPC Tonnerre. En 2013, il est adjoint du Colonel Frédéric Gout commandant le GAM lors de l’opération Serval au Mali. Il est désormais chef de corps du 3e RHC d’Etain. [photo : Pierre Verborg sur le BPC Tonnerre pendant Harmattan]

DSC05063IMG_2282.JPG

Avec le Colonel Verborg.

Si l’homme porte bien son surnom de grizzli et est un rien impressionnant, c’est dans un contexte guerrier ; en dehors de celui-ci, en l’occurrence au Festival International du Livre Militaire de Saint-Cyr Coëtquidan en juillet 2015, il nous a reçus avec la bienveillance d’un gentil nounours :)

A noter derrière nous, des auteurs dont les livres ont été abordés sur le blog : le padre Jean-Yves Ducourneau, le CNE (r) Raphaël Krafft et le LCL Hubert le Roux.

VERBOG.jpg

ISBN 978-2268075181 – Prix 18,90€ - 228 pages - Format 22x14,5 – Cahier-photo couleur

150px-LogoRocher.jpg

Aux Editions du Rocher, disponible ici

***

IBO0000AL0z1WEB.jpg

Hommage

Au LTN Mathieu Gaudin, 3e RHC, mort pour la France en Afghanistan,

Au LTN Damien Boiteux, 4e RHFS, mort pour la France au Mali,

A tous les ALATmen morts pour la France, morts en service commandé.

Aux blessés.

On a deux familles dans la vie : celle avec laquelle on naît, et celle avec laquelle on risque de mourir.

COL Pierre Verborg

C1 ECPAD Arnaud Roiné.JPG

Combattre, perdre et se relever, vaincre aussi parfois, confère une force intérieure qui aide à s’affranchir de la comédie humaine du quotidien et donne un peu de profondeur et de piment à nos actes. Cette force ne nous exempte de rien, voire nous oblige, mais ne laisse aucune place pour le mensonge, le diktat des apparences et l’illusion des acquis.

COL Pierre Verborg

 

 

 

 

10/02/2016

« Libérez Tombouctou ! », COL Frédéric Gout, ALAT, GAM « Hombori ». Editions Tallandier

Extraits et photos publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur. Droits réservés.

 


« Si nous sommes vainqueurs ici, nous serons vainqueurs partout. »

Ernest Hemingway, Pour qui sonne le glas

 


Si vous croisez un homme de Serval, vous n’avez qu’une chose à faire : lui manifester votre respect…

Dédicace Gout.jpg
Quelle autre attitude adopter devant « Ceux du Mali » ? Toutes ces femmes et tous ces hommes menant la charge dans le désert malien, dans des conditions dantesques, avec des moyens limités ; écrasant malgré tout, sans coup férir, les nouveaux barbares ; acclamés par une population sauvée d’un esclavage inscrit ; laissant sans voix nos amis anglo-saxons et leur habituel sourire en coin


Oh certes, un tel geste-hommage risquerait de surprendre ; l’humilité règne dans ce monde mili, qui s’efface lorsque les applaudissements retentissent, laissant le devant de la scène aux politiques. Reste que Serval est un Austerlitz du XXI° siècle; une victoire éclatante. Peut-être pas plus [la guerre n’est pas finie], mais certainement pas moins.

1113169497.jpg


Et voici donc, pour vivre par procuration cette superbe chevauchée, « Libérez Tombouctou ! », journal de marche du Colonel Frédéric Gout, commandant le Groupement Aéromobile de l’opération.


Mais nous avons parlé d’humilité et dans ce récit, elle se confirme : pas d’esbroufe. Il est vrai que le ton est donné dès les premières pages : par une coïncidence tragique, le Colonel apprend sa nomination à la tête du GAM, alors qu’une heure plus tôt il a été informé du décès au Mali du Lieutenant Damien Boiteux, un proche… Placez-vous dans ce contexte, alors que vous devez annoncer la nouvelle de votre départ « pour la guerre » à votre femme, vos enfants…


Evidemment, c’est l’aspect aéroterrestre de l’opération qui est à l’honneur dans ce récit, avec toutes les difficultés psychologiques et logistiques que l’on peut imaginer. Le moindre grain de sable (et Dieu sait qu’il y en a au Mali !) et patatras, report, voire échec, de l’opération planifiée, mise en danger des hommes au sol…

2013TRHC5-19-4080-Depart pour TOMBOUCTOU 27-01 BCH p+®ducasse.jpg

Briefing avec le GAL Barrera. Le Colonel Frédéric Gout au fond. Photo via F. Gout.


Quelles ont été les conséquences des bombardements [de l’Armée de l’Air] ? (…) Qui sont ces hommes dont l’ambition est de contrôler le Mali ? Quelle est leur motivation ? Comment sont-ils équipés ? Quel est leur niveau de préparation au combat ? Nous en avons beaucoup débattu, mais quel est l’écart entre la théorie (souvent volontairement pessimiste) et la réalité.

2013TRHC5-20-4806-Journee a l'aeroport de tombouctou  28-01 BCH p+®ducasse.jpg

Tombouctou libéré. Photo via F. Gout


Après une période de grande intensité, je m’attends à plus de calme pour stabiliser les moyens. En deux semaines, nous venons de faire Pau-Bamako-Sévaré-Tombouctou, sans problème majeur, dans le respect parfait de ce qui était demandé. Mes subordonnés sont « dans le coup », malgré les conditions hors norme. Je prends les décisions, mais je suis entouré de femmes et d’hommes qui assument les responsabilités qui leur incombent. Je suis fier d’eux.

2.jpg

Le tigre sort ses griffes. Photo ALAT


Nous sommes difficilement décelables, les caméras thermiques permettent d’observer de loin. A plusieurs kilomètres, nous sommes capables de voir avec précision tous les déplacements. En revanche au sein d’une ville, nous ne pouvons détecter un dispositif camouflé. Nos premières observations ne sont pas inquiétantes, les mouvements sont peu nombreux dans Tombouctou, mais obligent à redoubler de vigilance.

2013TRHC5-62-7281-monter a TESSALIT 02-03 BCH p+®ducasse.JPG

Vol tactique au Mali. Photo via F. Gout


Il n’y a plus le choix. Je suis contraint d’appuyer les unités terrestres dans leurs combats de jour. Le Tigre est touché, mais l’accrochage a peut-être permis aux troupes débarquées d’éviter des pertes humaines. Une reconnaissance de nuit sur un terrain ne servirait pas, les djihadistes y sont invisibles, ils le connaissent parfaitement. Par ailleurs, le risque est de tomber dans des pièges ou des embuscades. Il me faut donc continuer à combattre en plein jour, dans des conditions peu favorables, il faut le reconnaître.

2013ECPA006L074_043.jpg

Combats dans Gao. Photo Ministère de la Défense / ECPAD


Les troupes au sol ont la situation en main, mais aucune solution ne semble possible pour venir à bout de ces hommes déterminés et jusqu’au-boutistes. A tout instant, ils peuvent provoquer des pertes dans nos rangs, il est impossible de les approcher sans risquer le déclenchement des charges explosives. Positionné près du général Barrera au PC de la brigade, je propose de tirer un missile Hot à l’intérieur du bâtiment, en utilisant la porte d’entrée pour pénétrer (…) La Gazelle est en position au-dessus de notre PC, nous sommes à moins de quatre kilomètres, une bonne distance de tir pour atteindre la cible. Le général donne son feu vert. L’aire est sécurisée et les troupes françaises et maliennes à proximité se sont mises à l’abri du tir. Il m’arrive quelque chose d’unique : je donne l’ordre de tir à la radio et, juste après, j’entends au-dessus de moi le départ du missile.

1173356466.JPG
Adrar des Ifoghas, photo Ministère de la Défense / ECPAD


Nous sommes face à notre ennemi, nous avons été surpris, c’est tout. Nous savons désormais qu’il est présent dans l’Adrar des Ifoghas, mais il ne bénéficie plus de l’effet de surprise. En revanche, je dois multiplier les explications vers les autorités françaises, qui ne comprennent pas comment deux Tigre peuvent avoir été ainsi touchés. Les Tigre coûtent chers, nous n’en avons pas beaucoup en dotation. Les autorités y tiennent comme à la prunelle de leurs yeux (…) Tout a été analysé. Nous avons fait des choix. Je porte la responsabilité de pertes hypothétiques, je dois peser chaque décision pour assumer mes ordres, sans être perturbé par leurs éventuelles conséquences. Demain les équipages retourneront au combat, sans état d’âme.


***


apres-deux-ans-en-bearn-un-colonel-s-efface-au-profit-d-un_856574_490x326.jpgSaint-Cyrien de la promotion « Général Delestraint », Frédéric Gout se destine à une carrière dans l’Artillerie des Troupes de Marine, mais c’est finalement vers l’Aviation Légère de l’Armée de Terre qu’il s’oriente, rejoignant le 3e RHC d’Etain. Pilote d’hélicoptère, il est déployé notamment au Tchad et en Ex-Yougoslavie. Basé à Djibouti en 1997, il participe à l’opération humanitaire « Shebelle » en Ethiopie. Après un passage à l’école de l’ALAT de Luc et son diplôme de l’Ecole de Guerre, il retrouve l’Ex-Yougoslavie comme assistant militaire à l’état-major de la SFOR. Avec le 1er RHC de Phalsbourg, il participe à l’opération Licorne en Côte d’Ivoire. Après un passage à l’Etat-Major, il prend la tête du 5e RHC et dans la foulée du Groupement Aéromobile de l’opération « Serval » au Mali, le GAM « Hombori ». Depuis 2014, il occupe des fonctions au sein de l’OTAN à Bruxelles. Le Colonel Gout est marié et père de 3 enfants.

1812695884.jpg

ISBN 979-1021008557 - Prix 18,90 € - Format 21,5 x 14,5 - 256 pages

Tallandier.JPG

Aux éditions Tallandier


Disponible ici.

Page FaceBook du livre ici.

IMG_1100b.jpg

Rencontre avec le Colonel Frédéric Gout à l’Ecole Militaire en juin 2015. De très nombreux échanges ont suivi. Nous remercions le Colonel pour son sympathique accueil et son soutien enthousiaste à Une Plume pour L’Epée. Merci aussi pour les belles photos inédites issues de sa collection, fournies pour illustrer cette recension !

mali.jpg

La bibliothèque « Ceux du Mali » s’étoffe de jour en jour : La lecture de « Libérez Tombouctou ! » peut d’ores et déjà être complétée par « Opération Serval » du Général Bernard Barrera, commandant les forces terrestres (*) ; « Envoyez les hélicos ! » du Colonel Pierre Verborg, commandant en second du GAM Homborori (*) ; « Offensive éclair au Mali » du Chef de Bataillon Rémi Scarpa, assistant militaire du GAL Barrera, déjà présenté ici ; et « Un prêtre à la guerre » du padre Christian Venard, abordé ici.

(*) Bientôt sur le blog !

logo-Operation-Serval.jpeg

Hommage


Aux morts pour la France au Mali, au combat et en service commandé


LTN Damien Boiteux, 4e RHFS
SCH Harold Vormezeele, 2e REP
CPL Cédric Charenton, 1er RCP
BCH Wilfried Pingaud, 68e RAA
CPL Alexandre Van Dooren, 1er RIMa
CCH Stéphane Duval, 1er RPIMa
BCH Marc Martin-Vallet, 515e RT
SCH Marcel Kalafut, 2e REP
ADC Dejvid Nikolic, 1er REG
SCH Thomas Dupuy, CPA 10
CPL Baptiste Truffaux, 21e RIMa
SCH Alexis Guarato, CPA 10

8056483-12549728.jpg
A nos frères d’armes africains, morts au Mali
70 Maliens, 38 Tchadiens, 2 Togolais, 2 Burkinabés, 2 Sénégalais.


Aux blessés,


A tous les soldats de Serval, de Barkhane, de la MISMA et de la MINUSMA,
A leurs proches.

ob_12b542_op-barkhane.jpg

mali_002-4_3_rx812_c1080x810.jpg


Certaines unités de l’Armée de Terre exposées dans les combats ont vécu des moments tragiques ; je considère que nous avons eu de la chance de ne pas subir le même sort. Je craignais la menace sol-air, si dangereuse pour nos hélicoptères. On retient souvent le nombre de missiles, de roquettes et d’obus tirés et, bien entendu, le nombre d’ennemis neutralisés. Est-ce vraiment l’essentiel ?

COL Frédéric Gout

 

 

 

 

01/03/2015

« Dans les Griffes du Tigre », CNE Brice Erbland, 1er RHC, Ed. Les Belles Lettres

v2. Extraits et photos publiés avec l’aimable autorisation de leurs auteurs. Droits réservés. Merci de nous consulter si vous souhaitez les réutiliser.

 

 

Le soldat n'est pas un homme de violence. 

Il porte les armes et risque sa vie pour des fautes qui ne sont pas les siennes.

Antoine de Saint-Exupéry

 

Février 2013. Ce blog n’existe pas. Le RER m’emmène au Bourget où se déroule le salon de la formation aéronautique. Je ne m’y rends pas pour une reconversion professionnelle, ni même pour le beau musée de l’air qui l’accueille. Je vais à la rencontre du CNE Brice Erbland. Il y dédicace « Dans les griffes du Tigre » que je viens de terminer. C’est une première : je n’ai jamais rencontré de soldat-auteur. Je n’ai fait que les lire…

Erbland dedicace.jpg

Peut-être que la discussion qui s’en est suivie (après avoir repoussé l’équipe de France 2 au grand complet pour arriver à l’atteindre) ; peut-être que la photo prise à ses côtés (- C’est la première fois que je fais un truc pareil :) - Moi aussi :)) ou encore les mots qu’il m’a dit les yeux dans les yeux, remerciements sincères pour mon intérêt envers les soldats, ont-ils été à l’origine de la création de ce blog. C’est même certain, car il y eut comme une étincelle dans ma tête : ces garçons et ces filles sont formidables, ce qu’ils écrivent est formidable, mais on en parle si peu. Comme c’est dommage…

SDC17887.JPG

Quelques semaines plus tard, Une Plume pour l’Epée naissait. Brice est donc, d’une certaine manière, notre parrain.

Mais parlons de « Dans les Griffes du Tigre ». Ce récit est l’un des rares témoignages sur l’action des aviateurs « légers » de l’Armée de Terre et sur l’opération Harmattan en Libye. A ce titre, il est incontournable pour tous les fans d’histoire et d’autobiographies mili. Mais ce n’est pas ce qui le classe parmi les beaux-grands témoignages militaires. Brice place en effet son discours dans le registre de l’intimité de l’âme. Il n’aborde pas seulement la vie opérationnelle d’un pilote d'hélicoptère, préparation de mission/mission/debriefing, mais également, et surtout, dans le ressenti du combattant : Tirer. Tirer, oui mais. Ne pas tirer. Tirer malgré tout. Tirer et tuer. Tuer, et après ?...

Un livre profond. Le guerrier se met à nu. 

Morceaux choisis :

6a00d8341cd00753ef0162fca47ae0970d.jpg

Photo José Nicolas auteur de « Task Force La Fayette ». 

Installée dans le poste de commandement du groupement tactique auquel appartient la compagnie en difficulté, ma patrouille suit le déroulement du combat à la radio et observe minutieusement la carte où sont reportées les positions des nôtres. Cela fait plusieurs dizaines de minutes que nous bouillons intérieurement en ne nous posant qu’une seule question : mais qu’attendent-ils pour nous envoyer là-bas ?

Afghanistan

asafg2007.jpg

Photo Thomas Goisque, coauteur de « Haute-Tension »  et « D’ombre et de poussière » 

Je suis encore à deux ou trois minutes de vol de la zone de combat. Je sais qu’il va falloir faire vite, car chaque seconde qui passe risque de voir un soldat français être blessé ou tué. Mais il est hors de question de faire quoi que ce soit tant que je ne suis pas sûr de voir toutes les positions occupées par la compagnie. Dans le cas contraire il y aurait toujours un risque de tirer sur une position amie. Le tir fratricide, encore plus que le dommage collatéral, est ma hantise.

Afghanistan

Alphonse Bernard Seny.jpg 

Afghanistan. Le Tigre de Brice Erbland [attesté par Brice lui-même d’après le code porté par l’hélico], photo Alphonse-Bernard Seny, auteur de « Le temps de l’action » 

Les rafales courtes se succèdent ; j’ai vaguement conscience dans ma vision périphérique des gerbes d’étincelles qui déchirent la nuit à l’avant de mon canon. Je ne vois plus que mon écran, je ne vois plus que le cercle en son centre qui entoure deux paires de jambes et qui soudain ne laisse place qu’à un épais voile de poussière. La scène n’est plus visible et nous avons le temps d’effectuer deux tours supplémentaires avant que le nuage se dissipe. Ma caméra est toujours pointée sur l’objectif, mais les deux paires de jambes n’apparaissent plus à l’écran.

Afghanistan

151835712.jpg 

« Tigre Saint-Michel/ailes d'ange », photo Guilhem, Kaboul 2009.

Je ne regrette absolument rien, car ce soldat aurait pu abattre l’autre Tigre. En quelque sorte, c’était lui ou mes deux camarades. Je n’ai même pas eu à choisir tant la décision était évidente. Dans la pénombre de ma bannette, pourtant, je ressens un certain malaise. Ma victime a beau ne pas être la première, loin de là, elle n’en reste pas moins un être humain. Cette réaction m’apaise, d’une certaine façon, car elle prouve que je reste malgré tout humain, baigné dans la considération et la sacralisation toute occidentale et chrétienne de la vie. Ma spiritualité a d’ailleurs grandement évolué depuis mon passage en Afghanistan. Le contact avec la mort a réveillé en moi un besoin que je croyais absent de mon cœur et de mon esprit. Alors, écoutant mon malaise, je prie pour ce soldat que j’ai tué.

Au large de la Libye

photo-capitaine-erbland.jpg 

Capitaine Brice Erbland

La mort est ainsi une comparse imposée lors de ces opérations. Dieu merci, je n’ai jamais eu à affronter la perte d’un camarade ou d’un subordonné, et je prie pour ne jamais avoir à y faire face. De nombreux soldats français y ont malheureusement été confrontés. Sur le terrain, ils doivent côtoyer la mort tous les jours et sont obligés de la provoquer de temps en temps. Mais malgré une préparation psychologique, malgré la conscience que le métier des armes peut impliquer de tels actes, ces derniers représentent de véritables chocs pour ceux qui les vivent. Chacun doit alors gérer ses émotions à sa façon. Certains semblent imperturbables, mais je reste persuadé qu’ils bouillonnent intérieurement, d’autres ont besoin de partager leurs sentiments. 

Dans le monde qui a perdu le contact avec la tragédie de la guerre, aucun non-combattant ne peut imaginer la transformation radicale qui s’opère chez nos soldats après avoir vécu de tels moments.

 

***

photo-escadrille-erbland.jpgSaint-Cyrien, le Capitaine Brice Erbland sert au 1er Régiment d’Hélicoptères de Combat de Phalsbourg. Pilote de Gazelle et de Tigre, il participe aux opérations en Afghanistan et Libye. En juillet 2012, pour ses actions au combat, il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur. 

Actuellement détaché au Ministère de la Défense, Brice est marié et père de 4 enfants. 

Nous avons la chance de bien connaître Brice. Nous avons également entendu des mots élogieux sur son compte, de la part de deux amis dont l’un a été son « boss » et l’autre est un padre célèbre ; mais nous ne rapporterons pas ces propos, pour ne pas blesser la modestie du capitaine… Vous pouvez cependant vous faire une idée du « bonhomme » en regardant cette vidéo, reportage de France 2 qui a reçu le prix Schœndœrffer 2014 [hé oui, c’est bien votre serviteur que vous apercevrez fugacement - mais je ne sais pas pourquoi on m'a "collé" en couverture !].

rencontres.jpg

Sur fond bleu cobalt ALAT, nos multiples rencontres avec Brice Erbland, désormais un familier de nos photos de groupies : Salon de la Formation Aéronautique 2013 au Bourget, 20h de France 2, Salon du Livre 2013 à Paris, Festival International du Livre Militaire 2013 à Coët’, Salon des Ecrivains-Combattants 2014 à Saint-Mandé…

ERBLAND.jpg

ISBN-13: 978-2251310046 – Prix 15,90€ – format 12,5x19, 108 pages, cahier-photo couleur

Capture.JPG

Aux éditions Les Belles Lettres

Disponible ici

les-recipiendaires.jpg

« Dans les griffes du Tigre » a été distingué en 2013 par le prix spécial de la Saint-Cyrienne, le prix « L’Epée et la Plume » et la mention spéciale du prix Erwan Bergot. Photo ci-dessus : Brice est aux côtés du GAL Patrick Champenois, auteur de « La chamelière de Bouyade », prix de la Saint-Cyrienne 2013 et du SGT Christophe Tran Van Can, 21e RIMa, auteur de « Journal d’un soldat français en Afghanistan », coécrit avec Nicolas Mingasson, prix de la Saint-Cyrienne 2012.

 ***

IBO0000AL0z1WEB.jpg

Hommage

Au LTN Matthieu Gaudin, 3e RHC, mort pour la France en Afghanistan,

Au LTN Damien Boiteux, 4e RHFS, mort pour la France au Mali,

A tous ceux morts pour la France, 

Aux morts en service commandé, avec une pensée pour ceux qui ont péri avec leurs camarades Dragons-Paras lors du crash de leur Cougar en 2009, au large du Gabon,

Aux blessés.

Avec le salut fraternel du Chasseur et le la Russe-blanc aux protégés de Sainte-Clothilde.

asafg2096.jpg

Photo de Thomas Goisque

Combien d’hommes peuvent se targuer d’écrire l’Histoire, sinon d’en être acteur ?

Qui aujourd’hui vit intensément, non pas au travers d’un écran, mais ressentant les choses réellement ?

Qui est prêt à accepter la peur, le contact de la mort, le sacrifice de sa famille, pour la maigre gloire personnelle qu’est la fierté de servir son pays ?

 CNE Brice Erbland