Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2016

« Opération Serval - Notes de guerre, Mali 2013 », GAL Bernard Barrera, éd. du Seuil

Extraits publiés avec l'aimable autorisation de l'auteur, photos ECPAD – Droits réservés

 

« Veni, vidi, vici »

Jules César après sa victoire à la bataille de Zéla

 

Etre associé à Jules César, voici qui va faire sourire (voire bleu-ceriser ?) l'aussi modeste que sympathique général Bernard Barrera…

11986430_929492167088247_8789813558849897946_n.jpg 

Et pourtant, lorsque nous avons cherché notre habituelle citation d’introduction, celle-ci s’est imposée d’elle-même.

Evidemment, elle ne s'applique pas spécifiquement au général commandant la brigade Serval, mais bien à tous les hommes et femmes qui l'ont composée, auxquels il convient d'associer les forces de soutien et les alliés Tchadiens et Maliens. Qui aurait imaginé, début 2013, une telle charge dans le désert ? Un parachutage sur Tombouctou ? Des djihadistes extirpés à la fourchette à escargot de l'Adrar des Ifoghas ? Et pour finir une si implacable victoire française sur les nouveaux barbares ?

Hommage à tous Ceux du Mali. Vous êtes venus. Vous avez vu. Vous avez vaincu. Vous avez écrit l'une des pages les plus glorieuses de l'histoire de France et qui plus est, pour une cause des plus nobles.

Quant à vous lecteurs, revivez l'opération avec le même plaisir que fût le nôtre grâce à ce récit particulièrement bien écrit, très "terrain", sans veine prétention, passionnant de bout en bout.

Noel Quidu 2.jpg

Il est 17 heures, il fait froid. J'ai passé l'après-midi dans le petit camp d'instruction à voir les ateliers, à discuter avec les formateurs qui apprennent consciencieusement les actes réflexes du combattant (…) Un petit soldat trapu s'approche de moi. Il me pose la question à laquelle tout le monde pense : « Mon général, l’Afghanistan se termine. Est-ce qu'on n'arrive pas trop tard ? » Autour de moi, tout le monde se tait (…) Ils sont quarante à me regarder. Un général a forcément la réponse. Ne jamais mentir, la confiance est un fusil à un coup et seul le langage de vérité permet de commander sereinement, de rester crédible aussi. « Je n'en sais rien. Mais ce dont je suis sûr, c'est que ce monde est de plus en plus dangereux et instable, que la France aura toujours besoin de ses soldats pour la défendre et que, en cas d'alerte, il faudra être prêts immédiatement. (…) Apprenez votre métier, nous ne savons pas de quoi sera fait l'avenir ».

IMG_0580.jpg

La charge

Tout se met vite en place. Les hélicoptères survolent en rase-mottes les bras du fleuve Niger, les marécages, les troupeaux. Les Maliens nous saluent, les bergers, les enfants. Ils nous voient foncer vers les nord, vers Tombouctou. Pour eux, nous sommes la liberté, la fin d'une oppression par la terreur.

GENERAL-BERNARD-BARRERA-SERVAL-OFFICIERS-AKELLO.jpg

GAL Barrera entre Gao et Ménaka

Mes hommes sont accablés par la chaleur, le poids de leur équipement, stoppés à l'ouest par les mines ; les djihadistes sont pilonnés, mais cela fait dix ans qu’ils tiennent cette vallée interdite. Les abris sont cachés, creusés et masqués par des bâches, recouvertes de sable. A l'exception de quelques équipes très mobiles, l'ennemi est invisible. Nous arrivons sur le dur. Le fracas des obus, des bombes d'avions et des roquettes de Tigre les font douter. Le risque d'être pris à revers accentue son sentiment de vulnérabilité. Jamais ils n'auraient imaginé qu'une armée occidentale accepte de s'engager dans ce dédale de rochers, si favorable au combat défensif.

Tessalit - CCH C+®dric Charenton.jpg

Hommage au CPL Cédric Charenton, 1er RCP. Son cercueil est salué par le général Barrera à Tessalit. Photo Noël Quidu

La brigade vient de perdre son premier soldat au feu. Il ne sera pas le dernier. Après les premières pertes, la psychologie d'une troupe n'est plus la même en opération. Elle correspond à une prise de conscience collective de la mort, le moment où chacun prend conscience « réellement » qu'il peut être touché, l'instant ou la mort a un visage, celui d'un camarade. C'est aussi le moment ou la peur, le ressentiment et la haine peuvent s'emparer d'une troupe mal commandée. Nos unités encaisseront les pertes sans céder à la lâcheté d'une violence disproportionnée, mais, ce soir, nous pensons tous à la famille du sergent-chef Vormezeele.

(…)

J'ai rejoint l'équipage. Le mécanicien m'a ouvert la rampe arrière avant de s'esquiver. Il fait nuit, mais l'intérieur de l'avion est éclairé. Le cercueil vert est sanglé au centre de la soute. Je vais rester quelques instants face à lui, mesurant pleinement le poids des responsabilités, le caractère unique du métier de soldat, tuer et être tué, autant de raisons d'être précautionneux avant d’engager ses hommes au combat. Au nom de la brigade et de ces milliers d'hommes qui pensent à lui en silence, je salue mon sous-officier avant son dernier voyage.

mali-les-tchadiens-lassaut-du-massif-des-ifoghas.jpg

Soldats tchadiens au Nord-Mali

Les nouvelles ne sont pas bonnes. Courageux et offensifs, nos Tchadiens ont attaqué l'entrée de la vallée. Leurs pickups et blindés ont foncé vers les positions ennemies, sirènes hurlantes, en mitraillant les résistances décelées, suivant une technique de rezzou. De violents combats, des assauts répétés menés par les officiers, en premier lieu Mahamat Déby, fils du président, ont permis d'enfoncer les premières lignes. Les défenseurs ont préféré se faire exploser plutôt que d'être faits prisonniers, certains feignant de se rendre, emportant dans la mort les fantassins de tête. Le soir, force est de constater que l'entrée de la vallée tient toujours.

Noel Quidu.jpg

Au centre GAL Barrera, à droite son assistant militaire CBA Rémi Scarpa. Photo Noël Quidu

Je m'arrête au pied de la tour, assis avec une bouteille d'eau face aux hélicoptères posés à quelques mètres. A mes côtés, Rémi ne dit rien. Ma décision est prise. Il faut assumer ses responsabilités jusqu'à l'adrar, ne pas se contenter de rester à Gao en laissant les paras seuls face à un ennemi décidé et enterré. Ce sera la victoire de tous ou ma défaite.

MA_BA_100ansphoto19-1_20150.jpg

Adrar des Ifoghas

Le Tigre décolle et fonce vers le sud, obus et roquettes chargées en position. Les djihadistes tiennent leurs positions et se dévoilent simultanément à 10 et 300 mètres, sur deux lignes de défense Les compagnies et les sections avancent entre les rochers. [Le colonel] Desmeulles et ses capitaines sont à la manœuvre, employant au mieux leurs appuis pour faire baisser la tête des défenseurs et avancer leurs Légionnaires et leurs Rapaces. En gilets pare-balles et casques, ils escaladent les rochers et fouillent les grottes. A la grenade, ils neutralisent les nids de mitrailleuses. « Nous sommes les hommes des troupes d'assaut, soldats de la vieille Légion », ainsi commence le chant du REP. Si lui n'y arrive pas, personne ne le pourra.

1197406740.jpg

La section de Gaulois est alignée sur deux rangs, impeccable, les armes à la main. Ils sont commandés par un adjudant solide qui a encaissé le choc à plusieurs reprises. Le plus petit à droite tient son fusil de tireur d’élite par le canon, la crosse posée au sol. Il est jeune et pourtant il a l'air terriblement décidé. L'amiral [Guillaud, CEMA] lui demande s'il a tiré sur des terroristes avec son fusil ; réponse négative. Cela ne correspond pas à ce que je sais de cette section, à ce que je perçois de ce soldat. Je retourne le voir, seul, pour l'interroger. Non, il n'en a pas arrêté avec son fusil de tireur d'élite, ils étaient trop près et montaient à l’assaut contre son groupe, mais il en a abattu deux avec son pistolet automatique, à quelques mètres. C'était eux ou lui.

Ce fantassin m'a répondu simplement, respectueusement, les yeux dans les yeux. C'est grâce à des hommes comme lui que notre armée s'est couverte de gloire sous les ordres de l'Empereur, qu'elle a tenu sur la Marne et fait face à Verdun. Ce soldat symbolisait ce matin-là l'infanterie éternelle, celle de nos victoires et de nos peines.

o-OPERATION-SERVAL-facebook.jpg

En quittant la ruelle de Gao, sous les rires des enfants et des vendeuses, je réalise une fois encore que cette opération n'est pas comme les autres. Depuis janvier, j'ai conduit la libération des villes, des régions, la destruction des katibas (…) En voyant cette population reconnaissante et insouciante, je prends un bol d'oxygène, percevant la joie de la liberté, l'équilibre retrouvé des familles, la protection des soldats. La raison d'être d'une armée en campagne.

 

***

general-bernard-barera-a-tessalit.jpgSaint-Cyrien de la promotion « Général de Monsabert », Bernard Barrera opte pour l’Infanterie, rejoignant le 2e Groupe de Chasseurs puis le 92e RI. En 2004, il retrouve ses Diables bleus en prenant le commandement du 16e BC. Vétéran de Bosnie, du Kosovo, du Tchad et de Côte d’Ivoire, il est nommé à la tête de la 3e Brigade mécanisée en 2011. En 2013, il conduit sa brigade Serval à la victoire sur les djihadistes sahéliens. A son retour, il s’oriente vers la communication comme directeur-adjoint de la DICOD et est désormais sous-chef Plans programmes de l’Armée de Terre. Promu général de division en 2014, Bernard Barrera est marié et père de 4 enfants.

Gao Noel Quidu.jpg

Lessive à Gao. Photo Noël Quidu

J'ai toujours l'impression d'être lieutenant, mais je vieillis, je mûris et le regard des autres devient de plus en plus respectueux, donc lointain. Il faut l'accepter, mais ne pas se prendre au sérieux, rester un lieutenant curieux et insolent quand il faut. Nous sommes tous mortels.

Projet1.jpg

Avec le GAL Barrera au Festival du Livre Militaire de Saint-Cyr, au salon des Ecrivains-Combattants 2015 et à la Sidi-Brahim 2016.

Nous remercions vivement le général pour son accueil on ne peut plus chaleureux à chacune de nos rencontres.

Et le 16 est toujours… ?

***

124129_couverture_Hres_0.jpg

ISBN 978-2021241297 - Prix 21,50 € - Format 24 x 15,2 - 433 pages, cahier photo. 

seuil.JPG

Aux éditions du Seuil

Disponible chez votre libraire préféré(e), éventuellement sur commande, et sur tous les grands sites du Net.

« Opération Serval » a reçu la mention spéciale du prix littéraire de l’Armée de Terre Erwan Bergot 2015, le prix du Grand Témoin junior 2016 de la France Mutualiste et le prix Capitaine Thomas Gauvin 2016, décerné par l’association des Ecrivains-Combattants.

291368121.jpg

Bibliothèque « Ceux du Mali »

Outre « Opération Serval », et tous abordés sur le blog (suivez les liens) : « Libérez Tombouctou ! », COL Frédéric Gout ; « Envoyez les hélicos ! » COL Pierre Verborg ; « Offensive éclair au Mali », CBA Rémi Scarpa ; « Un prêtre à la guerre », padre Christian Venard.

***

IMG_1268.JPG

Hommage

Aux morts pour la France au Mali et dans le Sahel, au combat ou en service commandé

LTN Damien Boiteux, 4e RHFS

SCH Harold Vormezeele, 2e REP

CPL Cédric Charenton, 1er RCP

BCH Wilfried Pingaud, 68e RAA

CPL Alexandre Van Dooren, 1er RIMa

CCH Stéphane Duval, 1er RPIMa

BCH Marc Martin-Vallet, 515e RT

SCH Marcel Kalafut, 2e REP

ADC Dejvid Nikolic, 1er REG

SCH Thomas Dupuy, CPA 10

ADJ Samir Bajja, 4e RHFS

CPL Jean-Luc Ronis, 2e RM

CPL Baptiste Truffaux, 21e RIMa

SCH Alexis Guarato, CPA 10

1CL Mickaël Poo-Sing, 511e RT

MDL Damien Noblet, 511e RT

BRI Michael Chauwin, 511e RT 

Aux trois soldats de la base de Nîmes-Garons, SCH Pascal Simon, CCH Ronald Danger, BCH Nacim Ameur, morts dans un accident de la route alors qu’ils rejoignaient Clermont-Ferrand en vue de leur déploiement au Mali. 

000_ARP3587553_0.jpg

A nos frères d’armes, morts au Mali et dans le Sahel, au combat et en service commandé

~500 Maliens, 68 Tchadiens, 10 Nigériens, 10 Burkinabés, 9 Guinéens, 7 Togolais, 4 Néerlandais, 3 Sénégalais, 1 Bangladais, 1 Chinois.

*

Aux blessés,

A tous les soldats de Serval, d’Epervier, de Barkhane, de la MISMA et de la MINUSMA,

A leurs proches.

serval barkhane.jpg

***

272013ECPA245L001_052.jpg

Brigade Serval, 14 juillet 2013

Quelle que soit leur brigade d'origine, je ne fais aucune différence. Tous ont appartenu à la brigade Serval. Ils ont vaincu. Leurs visages ont été noircis par le soleil. Leurs treillis sont délavés, blanchis. Ils ont fondu sous l'effet du soleil et des gastros, mais ils ont un point commun qui se lit dans leur regard, leur attitude. Ils sont victorieux et ils ont libéré un pays. Cela se lit au fond de leurs yeux.

Général Bernard Barrera

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire