Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2014

« Le temps de l’action – Un épisode de l’histoire du 92e Régiment d’Infanterie », Alphonse-Bernard Seny, photographe, Enfin!Editions

Extraits et photos publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur. Tous droits réservés.

 

 

A moi, Auvergne !

Devise du 92e RI “Les Gaulois”,

attribuée au caporal Dubois du régiment d’Auvergne, lors de la bataille de  Kloster Kampen contre l’armée anglo-prussienne, 1760,  guerre de Sept ans.

 

Début 2012, le 92e Régiment d’Infanterie, constituant la base du Groupement Tactique Interarmes « Oies sauvages », s’entraîne sur  sa terre d’Auvergne. Son déploiement en Afghanistan approche.  Parmi les Gaulois, un drôle de personnage déambule, sans Famas, mais un appareil photo en bandoulière : Alphonse-Bernard Seny. Ainsi commence une belle aventure, qui trouvera son apogée en Surobi. Témoignage de cette page d’histoire, un livre photo comme on les aime : « Le temps de l’action ».

Seny dedicace R.jpg 

Et c’est toute la vie des Gaulois et du GTIA qui s’expose à nos yeux, de bien belle manière : au rythme des 250 pages, on passe de l’entraînement dans les brumes auvergnates aux patrouilles sous soleil brûlant de l'Afghanistan; des convois sous tension à bouffer la poussière, à  la vie dans la base, « soulevage » de fonte et repas appétissants (ou pas) ; des traits tirés par l’épuisement physique et mental, aux sourires lumineux lors des rares instants de détente ; de la promiscuité dans le VBCI ou la chambrée, à l’immensité désertique de la Surobi, qui pourrait être sublime si la mort ne se cachait pas derrière chaque caillou…

Tout cela en grand format, porté par un traitement chromatique malin : couleurs froides pour l’Auvergne, chaudes pour l’Afghanistan.

L’un des livres photo les plus réussi sur les troupes françaises au pays de l’insolence.

alph_B_SENY.jpg

Alphonse-Bernard Seny en Afghanistan

Quelques pages du livre, accompagnées des mots du Colonel Gilles Haberey, chef de corps du 92e RI, 2010-2012, commandant le GTIA en Afghanistan.

 

Voici venu le temps de l’action

 

S6.JPG

Nous avons gravi des collines, trébuchés sous des sacs trop lourds. Nous nous sommes relevés et nous avons repris notre chemin.

 

S5.JPG

Nous avons arpenté des pistes sans fin, parcouru des villages écrasés par le ciel et de verdoyants vergers de grenadiers.

 

S2.JPG

Nous avons été éblouis par le soleil qui brûlait la terre et nous avons écouté le silence de la montagne.

 

S4.JPG

Nous nous sommes préparés, sans peur, mais avec une légitime appréhension. Serions-nous prêts à cette rencontre avec l’ennemi ? Serions-nous prêts à cette rencontre avec nous-même ?

 

S1.JPG

C’est alors qu’est venu le temps de l’action.

 

_M5J9590.jpg

 COL Gilles Haberey, chef de corps du 92e RI, commandant le GTIA « Wild Geese », Afghanistan,  2012.

 

***

 

377588_331769283608546_463709118_n.jpg

Photo © Benoît Schaeffer / Divergence

Alphonse-Bernard Seny débute sa carrière de photographe dans les années 70 mais évolue rapidement vers la réalisation, vidéo-clips, publicités, films d’entreprise. A la fin des années 80, il réalise un film documentaire sur les enfants abandonnés de Saigon. Conquis par le Vietnam, il s’y installe pendant 7 ans et participe à la création d’un hôtel de luxe sur l’ancienne base des forces spéciales américaines de Nhatrang. De retour en France, il reprend sa carrière dans les médias, dont un documentaire plusieurs fois primé sur le photographe Tim Page, à qui l’on doit des images mythiques sur la guerre du Vietnam. Pas à pas, il revient vers son premier amour, la photographie. On lui doit par exemple le projet « Charlie won’t surf », exposition de photos sur les traces de la guerre en Extrême-Orient, avec l’effet toujours dévastateur de l’agent Orange sur les générations successives. En 2011, il est autorisé par l’armée française à suivre le 92e RI de Clermont-Ferrand, de son entraînement à son désengagement de Tora. Fruit de cette immersion : un lien affectif fort avec les Gaulois, et un livre  remarquable, Le temps de l’action, qui concourt sans équivoque au titre de plus bel ouvrage photo sur l’engagement français en Afghanistan.

***

Face_avant_couverture.jpg

Prix : 61,80€ (direct éditeur). ISBN 979-10-92076-00-4 format 24x30, 260 pages couleurs

enfin.JPG

Pour vous procurer le livre, voir ici.

Disponible également chez Prividef, ici.

Site d’Alphonse-Bernard Seny ici.

Page FaceBook du 92e RI ici.

***

10.jpg

Le Tigre du CNE Brice Erbland, auteur de « Dans les griffes du Tigre », en Afghanistan - Ceci est attesté par Brice lui-même, d’après le code de l’hélicoptère visible sur d’autres photos.

 

Seny.jpg

A gauche et à droite, votre serviteur avec Alphonse-Bernard : au Festival International du Livre Militaire 2013, Saint-Cyr Coëtquidan, et lors du vernissage de son exposition "Charlie Won't Surf", le 10 octobre dernier, galerie "Espace réduit", Paris XI°. Au centre, à l'Ecole Militaire lors des journées du patrimoine 2013. Photo © Natachenka

L’armée, ce n’était pas trop mon truc. Question d’époque. Un rien de rébellion aussi ? Je suis fils d’officier. Et pourtant, il fallait que j’y vienne, après m’être intéressé à ce qui « entourait » l’armée, les traces de la guerre par exemple, ou Tim Page. Au final, mon passé rock n’ roll m’a peut-être servi. J’y suis allé au culot, et cela a marché. Lors de ma première rencontre avec le Colonel, j’étais un rien tendu. Je ne savais trop à quoi m’attendre. Et puis le courant est passé, avec lui, puis avec ses hommes. J’ai eu pratiquement carte blanche. Tout s’est fait très naturellement, pas à pas. Oui, ma vision sur ce milieu à part a changé. J’avais conscience qu’en Afghanistan, sans eux et leur protection, je n’étais rien. Evidemment, une telle aventure laisse des traces. Ce sont des gens extraordinaires et se rapprocher de l’armée m’a peut-être aidé à mieux comprendre mon père.

Basé sur une conversation au F.I.L.M avec Alphonse-Bernard

  

 

130px-Insigne_régimentaire_du_92e_régiment_d'infanterie.jpg

Hommage

Aux Gaulois du 92e RI morts pour la France,

Aux blessés.

 

Avec le salut fraternel du Chasseur et de la Russe-blanc

 

Au cœur de notre France

Existe un pays de montagnes

Où l'on entend encore les échos des grandes batailles.

La vie et la mort s'y côtoient encore.

Quand nos armes sont sur le terrain

S'il faut, ennemis, nous referons Gergovie.

"Nos pères les Gaulois", chant du 92e RI

 

1.jpg 

J’ai commandé des soldats exceptionnels.

J’ai commandé des hommes qui savent aujourd’hui ce qui est essentiel et ce qui n’est qu’accessoire.

J’ai commandé des hommes qui ont grandi.

J’ai eu l’honneur d’être parmi eux.

 

_M5J1028.jpg

Et l’Afghanistan ?

Qu’adviendra-t-il demain de ce pays terrible où quatre-vingt-huit de nos frères d’armes ont laissé leur vie ?

Nul de ne peut le prédire.

Mais une chose est sûre : aujourd’hui, les cerfs-volants flottent de nouveau dans le ciel afghan.

 

Colonel Gilles Haberey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Livre photo, 92e Régiment d’Infanterie, Les Gaulois, Régiment d’Auvergne, GTIA Wild Geese, Surobi.

Commentaires

Très beau papier et belle mise en page! Je vous en remercie de tout coeur.

Écrit par : alph b seny | 14/10/2013

Répondre à ce commentaire

Merci Alphonse ! Bien aidé par tes belles photos et le non moins beau texte du COL Haberey.

Écrit par : UPpL'E | 18/10/2013

bravo pour vos reportages, ancien offSAS du contingent ,à79ans je reste proche de l'armée (anc combattant, membre du cté directeur de l'assoc doyenne de NOUMEA)

Écrit par : chanourdie | 08/02/2015

Répondre à ce commentaire

Merci pour vos encouragements. Nous pensons à tous les anciens. Si nous ne portons plus l'uniforme, notre coeur, si...

Écrit par : UPpL'E | 08/02/2015

Écrire un commentaire