Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2015

« Outremer », Charles Fréger, photographe. Ed. Villa Noailles & Archibooks

Extraits et photos publiés avec l’aimable autorisation de l’auteur. Droits réservés. Merci de nous consulter si vous souhaitez les réutiliser.

 

 

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,

Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,

Et puis est retourné, plein d'usage et raison,

Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Joachim du Bellay

 

Farfouillant sur le Net à la recherche d’illustrations pour nos textes, nous sommes tombés un beau jour sur ce cliché d’un Légionnaire tendant la traditionnelle ceinture bleue de son camarade, en plein désert. Ce fût une vraie baffe artistique, un sentiment difficile à exprimer, mais une certitude : ce cliché avait sa place au Panthéon des photos mili. Hélas, l’auteur n’était pas mentionné.

Dédicace Fréger.jpg

Alors, évidemment, nous avons mené notre enquête : quel photographe pouvait se cacher derrière ce cliché d’un esthétisme extrême ? Il a été facile a trouver : Charles Fréger. Mais là, heureuse surprise : nous n’avions pas qu’une photo « coup de maître » à nous mettre sous la dent, mais une œuvre d’ampleur, débutée il y a quinze ans : des centaines de photos, près de 25 livres, toute une série de portraits de groupes dont les membres sont indentifiables par le port d’un uniforme ou d’une tenue particulière, dont évidemment les militaires.

Mais trêve de blabla. Faites-vous votre propre idée. Plongez dans « Outremer ». Laissez vagabonder  votre imagination. Reflux des vagues, vent dans les élingues, cris des mouettes, crissement du sable…

charles_freger_outremer_2011_2013_044.jpg

Base navale de Toulon, 2012-2013

Ils avaient pris la mer, des histoires de sirènes dans la tête.

charles_freger_outremer_2011_2013_034.jpg

Base navale de Nouméa, 2012

Parfois ils cherchaient par-dessus bord leurs silhouettes qui longeraient la coque du bateau fendant les eaux.

charles_freger_outremer_2011_2013_028.jpg

Base navale de Nouméa, 2012

Au loin, ils guettaient la terre.

charles_freger_outremer_2011_2013_006.jpg

Djibouti 13e DBLE, 2011

Ils l’avaient imaginée toute de sable immaculé et ce cieux innocents.

charles_freger_outremer_2011_2013_045.jpg

Base navale de Nouméa, 2012

Prodigue, elle leur tendrait des colliers de fleurs blanches.

charles_freger_outremer_2011_2013_031.jpg

Base navale de Nouméa, 2012

La destination, quand bien même elle leur était connue, ne pouvait se résumer au point sur la carte et ils le savaient. 

charles_freger_outremer_2011_2013_030.jpg

Base navale de Nouméa, 2012

Arrivés à terre, ils continueraient à tanguer dans les eaux de l’inconnu.

charles_freger_outremer_2011_2013_023.jpg

Porte-avion Charles de Gaulle, 2012

Et ce mystère, ils ne cherchaient pas à l’élucider pour rien au monde, c’est là leur voyage.

 

***

1840247_6_bc7c_charles-freger-37-ans-s-interesse-aux_7e3d3fd7883cb444541ad71796b6f341.jpgCharles Fréger est né en 1975. Alors qu’il est étudiant aux Beaux-Arts à Rouen, un bateau de la Marine nationale fait escale et il s’essaie  aux portraits de Marins. Un déclic se produit : « En une journée, tout a basculé. J'ai vu que c'était mon monde. Je travaillais déjà sur la sérialité. Dans l'uniforme, il y avait quelque chose de conceptuel, de froid, que j'aimais ». Dès lors, il ne photographie que des groupes dont les membres sont indentifiables par le port d’un uniforme ou d’une tenue particulière : militaires, sportifs, majorettes, chasseurs tribaux… Parcourant le monde depuis le début des années 2000, il dresse un inventaire intitulé « Portraits photographiques et uniformes », œuvre d’art majeure, unanimement reconnue dans le monde artistique.

« Fréger ne revendique pas de discours critique ou politique, il explore en artiste le portrait comme genre, en revisite constamment l’histoire et les méthodes à la façon d’un peintre officiel au service de lui-même, de tout-un-chacun et du monde entier. Si académisme il y a dans son protocole, c’est volontaire, comme pour interroger encore le portrait d’apparat, car il part toujours de là : un portrait où les modèles doivent être des sujets restitués dans leur identité mais aussi leur dignité. » 

Didier Mouchel, Chef de projet photographie, Pôle Image Haute-Normandie 

Site de Charles Fréger ici

Page FaceBook officielle de Charles ici.

FREGER.JPG

ISBN 978-2357332768 – Prix 30 € - Format 26,5 x 20 – 111 pages

Projet en résidence hors-les-murs, 2010-2013, dans le cadre du programme de résidences artistiques initié par la villa Noailles en 2004.

villa noailles.JPG

Coédité par l’association Villa Noailles et Archibooks

Site ici

Se trouve facilement, par exemple en le commandant chez votre libraire préféré(e) ou sur le Net.

 

bibli Freger.JPG

Parmi la vingtaine de livres publiés par Charles et que vous retrouverez ici, outre « Outremer », trois  sont consacrés au monde mili :

« Légionnaires », publié en 2002, composé bien évidemment de portraits de képis blancs, « Merisotakoulu » en 2003 sur les marins finlandais et « Empire » en 2009, dédié aux gardes nationaux et royaux (31 régiments ; Royaume-Uni, Espagne, Italie, Monaco, Suède, Vatican, etc.). Inutile de vous dire que nous souhaitons aborder ces livres à leur tour, en attendant avec une impatience que nous ne dissimulerons pas les futurs projets de Charles. 

***

croix.jpg

Hommage

Aux morts pour la France dans les Théâtres d’Opérations Extérieurs.

Aux morts pour la France dans les départements et territoires d’Outre-mer, notamment en Nouvelle-Calédonie dans les années 80 et en luttant contre l’orpaillage en Guyane.

A ceux morts en service commandé.

Aux blessés.

 

charles_freger_outremer_2011_2013_007.jpg

Djibouti 13e DBLE, 2011

« J'aime l'idée de photographier l'immuable »

Charles Fréger

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire