Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2016

« Monclar - Le Bayard du XX° siècle », Fabienne Monclar, éd. Via Romana

 Extraits et photos publiés avec l'aimable autorisation de l'auteur. Droits réservés. 

 

"Quand le monde aura cessé de comprendre ce qu’est le sacrifice, les hommes ne sauront plus ce qu’aimer veut dire.

Ils ne comprendront plus que les exploits étaient accomplis et offerts, parce qu’ils n’étaient pas demandés."

Chesterton

 

 

Monclar est un nom qui devrait claquer dans le vent de l’histoire de France tel un fier drapeau national. Est-ce bien le cas ? On peut malheureusement en douter…

R12109097_914702245233906_903320644140085554_n.jpg

Cette biographie est donc la bienvenue. Elle s’apparente d’ailleurs plus à des mémoires, le livre ayant été écrit par Fabienne, fille de Général Raoul Magrin-Vernerey dit Monclar, à partir des notes de son père et des témoignages de ses soldats.

DSC06368.JPG

Monclar, debout au centre, convalescent après une nième blessure

Quelle injustice qu'un tel combattant soit tombé peu à peu (et sciemment ?) dans l'oubli ; jugez-en : tentative d'engagement dans la Légion à 16 ans. Saint-Cyrien, il fait toute la Grande-Guerre avec le 60e RI alias Royal Besançon Marine, dans un esprit très "Montmirail" (nom de sa promotion de l’ESM), charge en gants blancs, casoar ébouriffé par le vent ; blessé 7 fois, cité 11 fois...

Saint-Cyr avait cristallisé notre mystique, forte liqueur qui m’enivra toute ma vie. Nous y sommes entrés comme dans un ordre de chevalerie. Notre exaltation se renforçait de l’exaltation voisine, nous emportait et devenait puissante comme une marée. Nous avions tous le besoin d’agir. Nous étions partis avec le désir tout simple de nous offrir en sacrifice, renouveler la folie de la Croix. Ce fut l’ivresse de 14, puis la course à bout de souffle de 1915 qui nous donnèrent l’expérience de 1918.

imageb.jpg

Monclar, au centre de dos, présente la 13e DBLE au général de Gaulle, Angleterre 1940

Entre-deux-guerres : pacification du Levant, s'appuyant sur les Alaouites (clin d'oeil à l'actualité...), du Maroc, du Tonkin. A la tête de ses Légionnaires de la 13e DBLE, il écrase les allemands à Narvik, seule victoire française de 39-40 ! En pleine Blitzkrieg, pour ne pas être fait prisonnier, il part en barque en Angleterre pour continuer le combat ; ses Képis blancs l’y rejoignent. De ce fait, il apporte à de Gaulle et la France libre sa seule unité constituée (souhaitant en son for intérieur poursuivre la guerre avec les Canadiens plutôt que les Anglais, qu'il ne porte guère dans son cœur). Campagne d'Erythrée où sa brigade française libre d'Orient prend Massaouah, faisant prisonniers 9 officiers généraux, 440 officiers et 14 000 soldats italiens !

« On raconte de lui, mais peut-être n’est-ce qu’une légende, qu’ayant entendu par hasard un de ses hommes mécontent d’une punition dire à ses camarades « je vais lui faire la peau », le Colonel s’approcha et lui donna son revolver chargé : « suis-moi, dit-il, nous partons en patrouille ». Il se promène pendant une heure, toujours suivi de son Légionnaire, et rentre au PC sans encombre. «Tu avais dit que tu me tuerais et tu ne l’as pas fait ; tu feras huit jours de salle de police. Cela t’apprendra qu’un Légionnaire ne doit jamais mentir. »

D’ap. Colonel Sassi, Narvik.

image (1).jpg

Monclar et ses Légionnaires, Levant 1941

Et puis se présente la campagne du Levant : il refuse de combattre les Français restés fidèles à Vichy, il refuse que ses Légionnaires combattent d'autres Légionnaires... Dès lors il est laissé à l'écart par de Gaulle (qui "pousse" son second, Koenig) et ne participe pas à la reconquête de la métropole... Il poursuit cependant le combat, en Syrie et au Liban, contre les mouvements indépendantistes arabes soutenus par l'Angleterre (contrôle du pétrole, déjà), dans l'indifférence générale d'une France fêtant la victoire.

DSC06369.JPG

Au centre Rollet, à sa gauche, Monclar. Indochine, entre-deux-guerres

Le sourire revient lorsqu’il retrouve ses Légionnaires, dont il devient inspecteur général, nouveau "père Légion" après Rollet qu'il a croisé en Indochine.

C’est l’aventure qui amène le plus de monde [à la Légion]. Il reste toujours des gens dont, durant l’enfance, l’imagination s’est nourrie de grandes chevauchées, de grands coups de sabre des cavaliers de Sobieski ou de Murat. Il y a aussi, pour les peuples des brumes du Nord, la nostalgie de la mer bleue, des chaudes contrées du Sud. Il y a encore tous ceux dont les aspirations ne s’engrènent pas avec le prosaïsme, la platitude du monde moderne, qui entendent la musique d’un autre monde, qui fuient les conditions sociales et économiques d’une société qui se réduit et que sa veulerie voue à la décrépitude.

LCLMONCLAR et GALDouglas McARTHUR.jpg

Monclar en Corée avec le GAL Douglas McArthur

Pour un dernier clin d’œil au destin, à la veille de la retraite, il se porte volontaire pour prendre le commandement du Bataillon français de l'ONU en Corée. Il abandonne pour cela ses étoiles de général pour les barrettes panachées de lieutenant-colonel. Le bataillon, dans des conditions dantesques dignes de la Grande-Guerre, se couvre de gloire, forçant l’admiration des Américains.

Le Général décède en 1964 alors qu'il est Gouverneur des Invalides, plaçant toute son énergie dans le soutien aux blessés de guerre et anciens combattants.

Qui n’a entendu résonner les tambours assourdis et voilés, leur roulement lourd et lent comme le pas d’un homme à l’entrée du cercueil dans la chapelle, ignore le culte des traditions militaires qui vont faire retentir par les clairons crêpés la sonnerie aux morts, comme sur le champ de bataille, le chant d’adieu des hommes à leurs frères d’armes (…) Sous la voute, les chœurs y vibrent comme si ces voix venaient d’ailleurs, d’un monde sans pesanteur évoquant une veille de résurrection sur un de ces champs de bataille que l’on espère. Dieu viendra visiter parmi les premiers et désignant les vaillants et les humbles, Il réveillera ceux qui sont morts debout.

Fabienne Monclar, obsèques de son père à Saint-Louis des Invalides

***

Ce valeureux Saint-Cyrien-Légionnaire, catholique fervent, officier le plus décoré de France, gaulliste critique, à qui l’on doit des victoires éclatantes, mérite tout sauf l'oubli de la Nation.

Merci à sa fille Fabienne de le remettre à l'honneur grâce à ce livre-épopée très réussi, très complet, superbement écrit.

MONCLAR (2).jpg

ISBN 979-1090029873 - Prix 25€ - Format 20,5 x 13,5 467 pages, cahier-photo.

via romana.JPG

Aux éditions Via Romana

Disponible ici

IMG_8995.JPG

Avec Fabienne Monclar au salon des Ecrivains Combattants 2014

*

Donnez-nous la force et la vaillance,

De vivre debout, officiers de France.

Notre nom est un nom de victoire ;

Il est le vôtre, Général Monclar.

Chant de la 171e promotion de l’ESM de Saint-Cyr "Général Monclar"

Monclar.JPG

Les soldats sont ces fous que Dieu aime. Ils ne savent que se sacrifier. La République les a envoyés se battre pour bâtir des pays divisés et ensanglantés par des rivalités tribales, les pacifier, y construire des hôpitaux, des écoles. Mais la politique reprend ses droits, ses calculs.

Quant aux militaires, tout est perdu ; fors l’honneur, qui n’a pas de prix.

Général Monclar 

décorations.JPG

 

 

 

 

 

Commentaires

jolie image d'archive, c'est presque émouvant.

Écrit par : formation sécurité besançon | 04/02/2016

Répondre à ce commentaire

Merci pour votre intérêt !

Écrit par : UPpL'E | 04/02/2016

Écrire un commentaire